Le Blog d'Alexis

dimanche 31 décembre 2017

EXCLUSIF/Météo: Tendance Météo 2017 en France (Rose des vents): Une année possiblement plus froide que la normal?

Tendance Météo 2018 en France (Rose des vents): Une année possiblement plus froide que la normal?

 

Note :

Ces tendances sont établies à partir des modèles CFS, IRI et NWS / NCEP entre autres. Compte tenu des progrès qui sont encore à réaliser dans ce domaine, ces informations doivent être lues avec un certain recul. Elles sont strictement personnelles, n'engagent pas ma responsabilité et sont le fruit d'un travail individuel d'interprétation mis en ligne sans restriction, sur internet

 

Situation Globale :

En cette fin d'année 2017, un phénomène La Niña d'intensité modérée est en cours dans l'Océan Pacifique. Il influence à des degrés divers l'ensemble de la machine climatique terrestre. Un vortex polaire, ce vaste tourbillon qui emprisonne de l'air froid autour du pôle Nord : qui a fait une entrée remarquée sur le continent Nord Américain. D'autre part, une majorité de modèles suggère toujours à l'échelle globale des températures plus chaudes que le normal. On ne peut pas oublier aussi la fonte de la banquise qui aura certainement un rôle important sur le temps sensible. Tous ces acteurs expliquent que la tendance météo pour l'année 2018 est particulièrement difficile à cerner dans son ensemble avec des mois qui ne se ressemblent pas du tout.

 

 

Tendance à l'échelle de la France:

Tendance Hiver 2017- 2018 / Printemps 2018 :

Pour la tendance de Janvier à Mars 2016. Une domminente plus froide que le normale

 

Janvier, Février et Mars, des mois différents mais avec un point commun. Pour ces 3 mois une anomalie de précipitation positive importante est d'actualités en particulier pour Janvier. Cela signifie que les périodes de calmes seront assez rares en moyenne et que la pluie ou la neige sera souvent d'actualités. On va surveiller le risque d'inondation qui promet dans ce cas de figure être très élevé. Sur un point plus technique, il y a une forte probabilité de régime du type "ondulatoire" ou "Zonal" dans la continuité de la fin d'année 2017. En ce qui concerne les températures, là aussi on observe une anomalie positive pour Janvier, un mois sans doute plus chaud que la normal. Février se rapproche de la normal et Mars est plus froid que la normal. Ce type de prévisions est assez bon pour les montagnes (en particulier la haute montagne), qui pourra profiter d'une couche de neige confortable, attention au risque d'avalanche qui risque d'être élevé en raison non seulement de quantité importante de neige mais aussi de fluctuation de température parfois importante d'un jour à l'autre (à l'image de fin décembre 2017). Seule ombre au tableau, le déficit de précipitation qui pourrait se prolonger sur le golfe du Lion en général et dans une moindre mesure sur le reste du pourtour méditerranéen. Ce type de temps est une bonne nouvelle aussi pour nos nappes qui devraient profiter de ces perturbations si cela se réalise. Le risque de vague de froid est élevé à partir de la fin Janvier.

 

Avril et Mai : Alors qu'avril semble assez proche de la normal (régime continental envisager) pour les températures, Mai semble au contraire plus froid. Pour les précipitations, on constate là aussi une certaine normalité, malgré des disparités importantes en fonction des régions. On restera attentif à de possibles épisodes méditerranéens en particulier vers le golfe du lion où une anomalie de précipitation est particulièrement marquée. La neige pourrait s'inviter encore en montagne à des altitudes moyennes compte tenue de cette configuration pour les 2 mois. À noter que ces 2 mois et en particulier fin mai, semble se mettre en place de possible conflit de masse d'air (de saison) avec sans doute les premiers orages localement fort.

 

Tendance Été 2018 :

Juin, Juillet et Août : le mois de juin pourrait s'annoncer plus froid que la normal mais aussi plus humide. Un mois qui pourrait s'annoncer très orageux en particulier sur le Sud de la France. Le mois de juillet dans la continuité de Juin avec des températures plus froides que la moyenne. Des précipitations qui se rapprochent de la normal avec un axe qui se dessine entre Sud Ouest et Nord Est  sujette à un risque orageux parfois marqué. Août s'annonce assez normal sur le point de la température que sur le point des précipitations avec cependant des disparités importantes. Toujours une anomalie de précipitation positive importante du Sud-ouest au Nord Est. Ces mois sembleraient être dominés par des conflits de masse d'air. Il n'y a pas vraiment d'acteur météo principal.
La bonne nouvelle (si elle se confirme), le risque de sécheresse devrait être assez faible sauf peut-être sur le pourtour deMéditerranée.

 

Tendance Automne/ Hiver 2018 :

Plus Plus on s'éloigne, plus c'est compliquer d’effectuer une tendance qui " tient la route"', on peut supposer la continuité d'une certaine « normalité » ou de mois plus froid que la normal. En matière de précipitation même observation avec sans doute des mois plus arrosés que la normal. Des risques d'intempéries majeurs, style épisode cévenol, inondation ou coup vent (isolément de tempête) ne sont exclus.  Le risque d'avoir de la neige sur les massifs pour la fin d'année est jugé normal dans ce cas de figure. Difficile de se prononcer sur les éventualités de vague de froid..

 

 

Conclusion :

L'année 2018 pourrait être inférieure a la normal pour les températures mais supérieur pour les précipitations
Le début d'année sera à surveillé en raison d'un risque de tempête ou de coup de vent assez marqué. Le risque de vague de froid assez élevé aussi à partir de la fin Janvier. Le risque de vague de chaleur (canicule) est possible pour les mois d'été. Les orages pourraient être plus présents en 2018 qu'il ne l'était en 2015, 2016 ou 2017 dans un contexte de conflit de masse d'air important. L'année 2018 pourrait figurer encore sur l'une des années plus chaudes que la normale dans le monde malgré ces prévisions pour la France plus froide. Toujours une observation de 2 saisons, l'une plus froide et plus humide et l'autre plus chaude et un peu plus sèche avec des intermèdes de plus en plus réduits..

 

Note :

Bien évidemment ces projections ou tendance sont données à titre indicatif et sont à prendre avec des pincettes. Je me mouille un peu. Je pourrais bien sur avoirs totalement faux sur ce que j'ai dit ici mais j'en prends le risque.

 

Alexis

Météorologue amateur

Posté par meterologue à 12:00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


vendredi 29 décembre 2017

Info/Météo/Climat/ Lorraine: Bilan de l'année 2017 en Lorraine

Bilan de l'année 2017 en Lorraine

 

Bilan provisoire de l'année 2017 en Lorraine au 29 Décembre 2017. 

Une année où l'on pourrait qualifier en demi-teinte, légèrement plus chaud que le normal et peu ensoleiller.

 

 Température

 Précipitation

 Ensoleillement

 Vent

 Légérement excédentaire

 Légérement déficitaire (assez proche de la Normal)

 Déficitaire

 Ouest / Sud Ouest

 

Coté Précipitations: Dans le détail on constate que les 5 premiers mois de l'année que les précipitations sont proches de la normal ou déficitaire, ce qui a rendu les réserves en eau du sol (nappe souterraine) insuffisant pour faire face à l'été et en général provoqué une sécheresse sur notre région. Des réserves en eau qui ont déjà était mis à rude épreuve lors de la fin d'année précédente.
Une sécheresse qui a persisté jusqu'en septembre ou Octobre malgré un excédent de précipitation en Juillet et septembre dû principalement à des passages orageux qui ont donné de fort cumul en quelques heures et quelques dégâts parfois. Cette sécheresse a obligé les différentes préfectures à prendre des mesures de restrictions (procédure d'alerte ou alerte renforcée). Avec une fragilité plus importante des ressources importantes sur le bassin la Meuse. Les 2 derniers mois de l'année sont marqué à l'inverse par des précipitations abondantes avec notamment pour décembre des épisodes de crues (de niveau jaune) sur de nombreux cours d'eau. On constatera (voir bilan spécifique plus bas), que la neige est abondante sur le relief des Vosges en cette fin d'année. Cette situation de fin d'année si elle persiste pour les mois suivants augure un risque de sécheresse assez faible pour l'été mais au contraire un risque d'inondation ou de crues des cours d'eau importants sur la région en particulier dans les secteurs les plus Vulnérables.

Pour les températures, elles sont légèrement plus élevées que la moyenne avec des disparités importantes. Nous avons eu l'un des mois de mars les plus doux depuis 1946. Le mois de mai a été particulièrement chaud avec même parfois des records de chaleur battus (parfois de 1953!) et une vague de chaleur importante où il faut remonter à 2005 pour avoir une comparaison. En juin, en fin de mois les températures ont dépassé facilement les 35°C. Ce bilan est contrasté, même si l'année a été légèrement plus chaude, les derniers mois de l'année sont proches de la normal ou légèrement déficitaire suffisant pour équilibrer la balance est rend un excédent de température un peu plus faible que prévu. Observation a confirmé en début d'année 2018 lors du bilan définitif.

Au niveau de l'ensoleillement, jusqu'en juin c'est clairement excédentaire puis pour le reste de l'année (hormis octobre) plus proche de la normal voir déficitaire. Finalement cette tendance (a confirmé avec décembre) pour l'année devrait rendre l'ensoleillement Déficitaire.

Quant au vent c'est principalement en fin d'année (Novembre/décembre) qu'il fait parler de lui avec des coups de vent marqué nécessitant le passage en vigilance orange parfois. Des coups de vent en général en cours d'année dus à des passages orageux parfois marqués.

Côté Orages: Sur l'ensemble de l'année les phénomènes orageux se sont montré moins présents que la normal mais le plus souvent accompagner de fortes pluies ou de vent fort

Neige sur les Vosges: La saison hivernale 2016-2017 se caractérise d'abord par une douceur remarquable : décembre, février et mars ont en effet été extrêmement doux, 3 à 4 °C au-dessus de la moyenne. Seul le mois de janvier a été nettement plus froid que la normale, du fait d'une vague de froid marquée : 1,5 °C à 3 °C en dessous de la normale. La saison se caractérise également par la faiblesse des précipitations, avec un déficit de -40 à -60 % durant les trois mois d'hiver (décembre-janvier-février). En conséquence, l'enneigement a été à la fois peu durable et peu important durant cet hiver.

Pour la saison hivernale 2017 - 2018 au 20 décembre 2017: L'enneigement est très bon: il débute partout vers 400 ou 500 m d'altitude. À 800 m, il y a 40 cm à 50 cm de neige dans le secteur du ballon d'Alsace, 20 à 30 cm sur le reste du massif. À 1000 m, l'épaisseur de neige est partout voisine de 80 cm dans les pentes nord, 60 cm dans les pentes sud. À 1200 m, elle atteint 90 cm à 1 m en versant nord, 80 cm en versant sud.

 

Dans le détail:

 

Janvier: 

 

 Température

 Précipitation

 Ensoleillement

 Vent

 DEFICITAIRE -  la moyenne affiche un déficit de 2 à 5°C.

DEFICITAIRE - En général, elles sont déficitaires de 30 à 70%, ponctuellement de 10%.

 EXCEDENT -  L'insolation dépasse la normale de 15 à 30%.

 Sud Ouest

> De faibles chutes de neige et un épisode de verglas marquent la première moitié du mois, puis le froid s'accentue, avant un redoux humide en toute fin de mois. 

 

Février: 

 

 Température

 Précipitation

 Ensoleillement

 Vent

 EXCEDENT -  Des températures dépassant la normale proche de 03°C

 PROCHE DE LA NORMAL - La répartition est inégale avec un déficit vers l'ouest et les frontières nord, alors qu'une partie Est des Vosges et de la Moselle affiche un excédent

 PROCHE DE LA NORMAL -  L'insolation mensuelle est proche des valeurs de référence

 Un large Sud

> Si le caractère hivernal s'estompe avec des chutes de neige qui se cantonnent souvent sur les sommets vosgiens, un temps assez humide se maintient.

 

Mars: 

 

 Température

 Précipitation

 Ensoleillement

 Vent

 EXCEDENT – La normale est dépassée d'un peu plus de 02°C

 PROCHE DE LA NORMAL. Mais parfois contrasté

 EXCEDENT (Entre 10 et 30%)

Pas de régime clairement déterminer

> Dans la continuité de février, la douceur se maintient et après un début de mois venteux et humide, le temps s'améliore en devenant de plus en plus printanier.

 

Avril: 

 

 Température

 Précipitation

 Ensoleillement

 Vent

 DEFICITAIRE -  celle-ci accusant souvent un déficit de 0,5°C à 1°C

 DEFICITAIRE. Un déficit marqué de 80 à 90% touche une grande moitié nord de la région. (50 à 60% pour les Vosges)

 EXCEDENT -  L'insolation assez généreuse dépasse la normale de 20 à 30% sur une grande partie de la région.

 Nord à Nord Est et Ouest à Nord Ouest

 

> La pluie se fait attendre et après un début de mois agréable, partout le printemps marque un coup d'arrêt avec des gelées sévissant en période de pleine floraison.

 

Mai: 

 

 Température

 Précipitation

 Ensoleillement

 Vent

 EXCEDENT

 DEFICITAIRE : La pluviométrie accuse parfois un déficit marqué de 40 à 70%

 EXCEDENT - partout l'insolation dépasse la normale avec un excédent avoisinant 25 à 30%

 Sud Ouest sur les Vosges. De Sud à l'Ouest ailleurs

 > Si le début de mois se montre hésitant, le temps devient estival, souvent capricieux jusqu'au 19. La fin de mois est marquée par une forte chaleur avec des records de températures.

 

Juin: 

 

 Température

 Précipitation

 Ensoleillement

 Vent

 FORT EXCEDENT - dépassant la normale de 2,5°C en moyenne.

 LEGER EXCEDENT - La pluviométrie est contrastée sur la région

EXCEDENT - Au final, l'insolation généreuse affiche un excédent de 25 à 30%.

 De Sud à Ouest

> Dans la lignée de la dernière décade de mai, l'été confirme son avance avec une période de canicule précoce. Malgré des pluies copieuses par endroits, pour beaucoup l'état de sécheresse des sols reste préoccupant.

 

Juillet: 

 

 Température

 Précipitation

 Ensoleillement

 Vent

 EXCEDENT -  Au final, la moyenne dépasse la normale de en moyenne de 01°C.

 EXCEDENT - On relève un excédent marqué au nord et sur une grande partie de la Meuse, mais quelques secteurs du sud meusien et autour de la limite Meurthe et MoselleVosges accusent un déficit de 10 à 30%.

 DEFICITAIRE - L'insolation est en déficit

 Sud Ouest

> Des périodes estivales bien marquées mais brèves alternent avec un temps capricieux qui au final prend le dessus.

 

Aout: 

 

 Température

 Précipitation

 Ensoleillement

 Vent

 LEGER EXCEDENT - la moyenne est proche de la normale au nord, elle dépasse légèrement au sud

 DEFICITAIRE - Dans l'ensemble la pluviométrie accuse un déficit de 20 à 50%. A noter quelques disparité.

 DEFICITAIRE -  l'insolation mensuelle reste un peu en dessous de la normale.

 Sud à Ouest

> Des journées passagèrement belles alternent avec des périodes presque automnales ne donnant que de faibles pluies, avant une dernière décade aux sensations estivales.

 

Septembre: 

 

 Température

 Précipitation

 Ensoleillement

 Vent

 DEFICITAIRE - elles sont souvent déficitaires de 0.5 à 1°C  (Proche de la Normal en Meuse)

 EXCEDENT - Copieuses sur la Meuse et le plateau lorrain avec 30 à 120% d'excédent, un déficit de 10 à 20% autour d'un axe allant de Isches au pied du Donon.

 DEFICITAIRE -  on constate un manque de 10 à 20%

 Ouest / Sud Ouest

> Le mois est contrasté avec une relative fraîcheur et une dominante nuageuse occasionnant des pluies fréquentes, qui laissent place à un temps plus calme pour l'arrivée officielle de l'automne. 

 

Octobre: 

 

 Température

 Précipitation

 Ensoleillement

 Vent

 EXCEDENT - Partout, elles affichent un excédent proche de 01°C

 DEFICITAIRE - En général, on constate un déficit proche de 40 à 60%, atteignant localement 70%.

 EXCEDENT -  on relève un excédent proche de 10%, voire de 20% sur les hauteurs.

 Sud /Sud Ouest voir Ouest

 > Des conditions anticycloniques dominent en favorisant un début d'automne peu arrosé et relativement doux avec même de la chaleur en milieu de mois.

 

Novembre: 

 

 Température

 Précipitation

 Ensoleillement

 Vent

 PROCHE DE LA NORMAL – On relève peu d'écarts sur les moyennes conformes ou en léger déficit.

 EXCEDENT -  La pluviométrie connaît un excédent généralement compris entre 30 et 80%, dépassant par endroits le double de la normale.

 DEFICITAIRE -  Déficit de 10 à 30%

 De Sud Ouest à Nord Ouest (alternance)

> Après un début de mois engageant, un temps automnal s'installe. Les nuages s'incrustent en apportant des arrosages fréquents, la neige s'invitant jusqu'en plaine en fin de mois.

 

Décembre: 

 

 Température

 Précipitation

 Ensoleillement

 Vent

 EXCEDENT (Prévision)

 LEGER EXCEDENT (Prévision)

 DEFICITAIRE (Prévision)

 ?

 

Faits marquants:

 

Janvier: Pluies verglaçantes: Le 7 en fin d'après-midi et dans la soirée, de petites pluies ou bruines occasionnent du verglas sur l'ouest de la région, alors que la façade Est est touchée par des chutes de neige. Plusieurs épisodes de fortes pluies se sont produit durant ce mois sur la région. Fort coup de vent le 12 avec des rafales parfois supérieur à 120km/h

 

Février: En tout début de mois, le manteau neigeux mesurant 20 à 40 cm (entre 900 et 1400 m) perd 20 cm, qu'il reprend le 4. Stable jusqu'en milieu de mois, la couche malmenée par la douceur se réduit à quelques cm après le 22, puis elle se reconstitue du 27 au 28 avec 20 à 50 cm de neige fraîche.

 

Mars: Depuis 1946, c'est l'un des mois de mars les plus doux. La moyenne de 9.2°C à Metz arrive en 2ème position à égalité avec 1989 et 2012, le record de 9.5°C datant de 1981. Pour Erneville-Aux-Bois, la moyenne de 8.5°C est au niveau du record de 1957; celle de 9.1°C à Nancy se classe en 3ème position, la plus élevée étant relevée en 1994 avec 9.3°C.

 

Mai: Avec 33.2°C à Metz le 28, nouveau record remplaçant celui de 32°C du 25 mai 1953. A Nancy, depuis 1946 la plus haute valeur de 32.5°C du 26 mai 1953 est dépassée le 28 avec 33°C. A Erneville-Aux-Bois, l'ancien record de 30.6°C datant du 25 mai 1953 est battu une première fois le 27 avec 30.8°C, puis le 28 un nouveau record s'établit à 32.2°C. Il faut remonter à 2005 pour trouver une vague de chaleur comparable.

 

Juin: Le 22, les plus hautes valeurs du mois atteignent 36.5°C à Metz et Doncourt-Les-Conflans, 36.2°C  à Nancy, 36.1°C à Vassincourt, 35.7°C à Rouvres-En-Woëvre, 35.5°C à Bains-Les-Bains et Lesse. Avec 36.5°C à Ochey, un nouveau record s'établit, l'ancien de 35.2°C datant du 18 juin 2002. Sur les 60 dernières années, à Metz comme à Nancy, le thermomètre n'a dépassé qu'à 6 reprises les 35°C en juin, dont 3 du 26 au 28 juin 1947.

 

Juillet: Des pluies intenses et de la grêle ont provoqué des dégâts notamment des coulées de boue qui ont touché des communes du nord meusien comme Chaumont-devant-Damvillers, Moirey, Boureuilles et d'autres.

 

Septembre: Les pluies du 13 à 8 h au 14 à 8 h, donnent des cumuls en 24 h qui dépassent la normale mensuelle sur un vaste secteur axé autour de Vassincourt jusqu'à Sarreguemines. Le cumul journalier de 82.2 mm à Erneville-Aux-Bois, se classe au second rang des jours les plus arrosés tous mois confondus, après les 92 mm du 28 octobre 1998.

 

Novembre: Dans la matinée du 12, de fortes bourrasques provoquent des dégâts matériels (toitures envolées et arbres couchés) notamment dans le secteur de Létricourt où une mini tornade est suspectée.

 

Décembre: Un Épisode de coup de vent en milieu de mois nécessitant une vigilance orange.

 

 

(Avec Météo France)

 

Posté par meterologue à 12:02:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

vendredi 22 décembre 2017

Evénement Météo: Météo à la Carte: Retrouvez le direct de ce 21 Décembre 2017 ici même !!

 Alexis Jannot : Observateur Officiel de "Météo à la Carte"!

 

Retrouvez le direct de ce 21 Décembre 2017 ici même !!

 

<< Météo à la carte » est une émission interactive, informative, divertissante et réactive en fonction des événements météorologiques.
Chaque jour, l’émission propose aux téléspectateurs un contenu varié, pour comprendre l’impact de la météo sur la santé, la nature, l’histoire et certains métiers… « Météo à la carte » proposera des points météo détaillés, des reportages dans les régions et des rubriques en plateau…

 

Présenté par Laurent Romejko ; Marine Vignes diffusé du lundi au vendredi à 12h55 et Alexis Jannot à était officiellement nommé observateur officiel de "Météo à la Carte" sur France 3 dit par Laurent Romejko qui a était complètement scotché par Alexis par ses connaissance, ses relevées et ses observation  météo.

 

 

Powered by Dailymotion

 

 En cas de Probléme : Cliquez ici

Pour revoirs la Vidéo  du 05 septembre 2012 c'est ici  : Cliquez ici

Le site de l'émission : Cliquez ici

 

Avec l'Aide de Fabrice Gillant

 

 

Posté par meterologue à 11:37:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Info/Météo: Enneigement en montagne au 20 décembre 2017

Enneigement en montagne au 20 décembre 2017

 

Grâce au flux perturbé atlantique très humide et souvent froid qui a affecté la France durant plus de trois semaines (du 25 novembre au 18 décembre), l'enneigement en cette mi-décembre est abondant dans la majorité des massifs, avec des valeurs nettement supérieures aux normales pour cette période de l'année. L'enneigement est toutefois proche des normales dans les Pyrénées. En Corse, il est important en altitude, modeste plus bas.

Les épaisseurs de neige au sol sont souvent irrégulières, à cause des vents qui ont fréquemment soufflé très fort au cours des semaines précédentes. La neige en surface est le plus généralement récente et froide, légère dans les endroits peu ventés, plus dense dans les zones exposées au vent.

Le massif du Taillefer, dans le sud de l'Isère, le 19 décembre 2017, émergeant d'une mer de nuages laissée par la dernière de la succession de perturbations qui ont touché l'ensemble des massifs montagneux français entre le 25 novembre et le 18 décembre 2017.
Le massif du Taillefer, dans le sud de l'Isère, le 19 décembre 2017, émergeant d'une mer de nuages laissée par la dernière de la succession de perturbations qui ont touché l'ensemble des massifs montagneux français entre le 25 novembre et le 18 décembre 2017. - © Météo-France - Daniel Goetz

Le manteau neigeux en montagne peut évoluer rapidement en fonction des conditions météorologiques.

 

Pour les Vosges: Dans les Vosges, l'enneigement est très bon à l'approche de Noël : il débute partout vers 400 ou 500 m d'altitude. À 800 m, il y a 40 cm à 50 cm de neige dans le secteur du ballon d'Alsace, 20 à 30 cm sur le reste du massif. À 1000 m, l'épaisseur de neige est partout voisine de 80 cm dans les pentes nord, 60 cm dans les pentes sud. À 1200 m, elle atteint 90 cm à 1 m en versant nord, 80 cm en versant sud.

 

Les autres massifs: Cliquez ici

 

(Météo France)

 

 

Posté par meterologue à 10:46:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Info/Météo/Climat: 2017 : remarquablement chaude et sèche sur les 10 premiers mois

2017 : remarquablement chaude et sèche sur les 10 premiers mois

Bilan provisoire.

Sur les 11 premiers mois, 2017 se caractérise par des températures très élevées et un fort déficit de précipitations, ce qui en fait, à l'instar de 2003, 2011 et 2015 une des années associant de manière remarquable chaleur et sécheresse sur la période 1959-2017. 

De janvier à novembre, la température moyenne a dépassé la normale* de 0,9 °C. Il s'agit d'une des plus fortes anomalies positives de température observées depuis 1900. Les mois de février, mars et juin ont été particulièrement chauds, bénéficiant de températures en moyenne plus de 2 °C au-dessus des valeurs saisonnières. Seuls les mois de janvier et septembre ont été plus frais que la normale. Le printemps et l'été 2017 ont même été les 2es plus chauds jamais observés sur la période.

Graphe de l'anomalie de température en France métropolitaine de 1900 à 2017

Cliquer sur le graphe pour l'agrandir
 

Le cumul de précipitations sur les 11 premiers mois est déficitaire* sur la France de près de 20 %, plaçant d'ores et déjà 2017 parmi les années les plus sèches sur la période 1959-2017. Le déficit a même dépassé 50 % en avril et octobre. Seuls février, mars et juin ont bénéficié d'une pluviométrie légèrement excédentaire. En Provence-Alpes-Côte d'Azur, le cumul de pluie est même le plus faible enregistré avec un déficit supérieur à 60 %. Depuis avril, la situation est restée préoccupante sur le sud-est de la France et la Corse. Le déficit pluviométrique, associé aux températures élevées, a été responsable sur ces régions d'une sécheresse des sols superficiels exceptionnelle.

Graphe des températures et précipitations en France métropolitaine de 1959 à 2017
Cliquer sur le graphe pour l'agrandir



* moyenne de référence 1981-2010

 

(Météo France)

 

Posté par meterologue à 10:43:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Info/Météo/Climat: Hiver 2016-2017 : bilan de l’enneigement dans les massifs français

Hiver 2016-2017 : bilan de l’enneigement dans les massifs français

 
Dans l'ensemble des massifs, la saison hivernale* 2016-2017 a été courte, marquée par une remarquable douceur des températures qui la classe au 3e rang des hivers les plus doux jamais observés.
Ses autres points marquants sont :
- des premières neiges prometteuses en novembre ;
- un enneigement démarrant en fait très tardivement, à cause d'une absence quasi totale de chutes de neige de fin novembre à mi-janvier ;
- un manteau neigeux se constituant progressivement de mi-janvier à début mars, où il atteint son plus haut niveau de l'hiver, avec des valeurs nettement supérieures à la normale dans les Pyrénées et en Corse, un peu supérieures dans les Alpes ;
- un enneigement resté le plus souvent très déficitaire à basse et moyenne altitude dans les Alpes ;
- une installation partout précoce, rapide et quasi définitive du printemps, qui entraîne une fonte rapide du manteau neigeux, avec environ quatre semaines d'avance ; elle est toutefois temporairement interrompue fin avril et début mai par d'ultimes offensives hivernales.
Le massif de Belledonne depuis Le Bourg-d'Oisans (Isère), au lendemain de l'offensive hivernale tardive et marquée du 25 au 28 avril 2017. © Daniel Goetz
 
 

Alpes du Nord

Un hiver remarquablement doux, une saison courte
Avec une température moyenne de 1,5 à 2 °C au-dessus de sa normale, la saison hivernale 2016-2017 est la 3e plus douce jamais observée, après 1989-1990 et 2006-2007. Les précipitations ont par ailleurs été presque partout très déficitaires : entre -25 et -45 %, ce qui arrive environ un hiver sur cinq à dix ; en Haute-Maurienne, le déficit a toutefois été moindre, entre -5 et -15 %.
L'enneigement se caractérise, comme la saison précédente, par un début très tardif, pratiquement mi-janvier, et une fin précoce. Cela est dû, d'une part, à une très longue période sans chutes de neige en début d'hiver, de fin novembre à mi-janvier, et d'autre part, à une installation du printemps début mars, à la fois précoce, marquée et quasi définitive. Entre les deux, les chutes de neige significatives se sont concentrées sur trois périodes : mi-janvier, première semaine de février et première semaine de mars, la plus neigeuse de ces trois périodes.
L'enneigement est ainsi resté en dessous de la moyenne durant presque toute la saison, hormis début mars, où, alors à son maximum de l'hiver, ses valeurs furent temporairement normales, voire supérieures. Le déficit de neige a par ailleurs été plus marqué en moyenne montagne. À l'inverse, la partie de la Haute-Maurienne proche de la frontière italienne a bénéficié d'un enneigement le plus souvent excédentaire durant la saison, grâce à des épisodes neigeux de « retour d'est ».
 

Alpes du Sud

Une saison courte, avec un enneigement souvent très modeste
Comme dans les Alpes du Nord, la saison hivernale 2016-2017, avec une température moyenne supérieure d'environ 1,5 °C à la normale, se révèle la 3e plus douce jamais observée (après 1988-1989 et 1989-1990). Les précipitations présentent également un déficit en général marqué (-25 à -45 %), ce qui arrive en moyenne une fois tous les 5 à 10 ans ; ce déficit a toutefois été moindre près de la frontière italienne et dans les Alpes-Maritimes (-10 à -20 %).
L'enneigement a en conséquence été à la fois de courte durée (début très tardif et fonte précoce) et très déficitaire durant pratiquement toute la saison, sauf près de l'Italie, grâce à des épisodes neigeux de « retour d'est ». Le déficit de neige a par ailleurs été plus sévère à moyenne altitude.
 

Pyrénées

Une saison courte mais avec un enneigement plutôt bon
La saison hivernale 2016-2017 a été globalement plutôt sèche, douce et ensoleillée. L'enneigement a débuté tardivement, et la fonte printanière a été assez précoce. Entre les deux, l'enneigement a pourtant en général été supérieur à la normale, sauf à basse et moyenne altitude, grâce à quelques épisodes neigeux, celui de mi-janvier étant remarquable.
 

Corse

Un enneigement tardif mais bon
L'enneigement en Corse s'est situé au-dessus des normales, après un démarrage tardif mi-janvier. Nettement excédentaire à toutes altitudes en février, grâce à d'importantes chutes de neige jusqu'à basse altitude, il s'est ensuite assez rapidement réduit à moyenne altitude à cause des températures souvent très douces. Plus haut, l'enneigement s'est maintenu à des valeurs tout à fait correctes jusqu'en mai.
 

Vosges

Un enneigement tardif et peu durable, du fait d'un hiver doux et très sec
La saison hivernale 2016-20176 se caractérise d'abord par une douceur remarquable : décembre, février et mars ont en effet été extrêmement doux, 3 à 4 °C au-dessus de la moyenne. Seul le mois de janvier a été nettement plus froid que la normale, du fait d'une vague de froid marquée : 1,5 °C à 3 °C en dessous de la normale. La saison se caractérise également par la faiblesse des précipitations, avec un déficit de -40 à -60 % durant les trois mois d'hiver (décembre-janvier-février). En conséquence, l'enneigement a été à la fois peu durable et peu important durant cet hiver.
 

Jura

Un hiver peu enneigé car très sec et globalement doux
La saison hivernale 2016-2017 dans le massif du Jura se caractérise, d'une part, par une sécheresse marquée (le déficit des précipitations en décembre-janvier-février est compris entre -40 et -60 %), et d'autre part, par une grande douceur des températures. En conséquence, l'enneigement a partout été modeste : le mètre de neige au sol n'a été atteint qu'aux plus hautes altitudes, et ce de façon temporaire, tandis que le nombre de jours avec au moins 10 cm de neige au sol a été la moitié de la normale. L'enneigement n'a de plus été continu que tardivement, à partir de début janvier, et seulement au-dessus d'environ 1100 m. La fonte printanière a également été à la fois précoce et rapide.
 

Massif central

Une saison courte, un enneigement globalement modeste
La saison hivernale 2016-2017 se caractérise, comme dans tous les autres massifs montagneux français, par sa très grande douceur. La température moyenne durant les trois mois d'hiver (décembre-janvier-février) a ainsi été supérieure de 2 à 3 °C à la normale. Ces trois mois ont également été marqués par un fort déficit en précipitations, entre -40 et -60 %, sauf sur le flanc sud-est du massif (selon un axe montagne Noire - sud de la Haute-Loire, en passant par les Cévennes et le Mézenc), où elles se situent autour de la normale, du fait de la survenue de plusieurs épisodes pluvieux dits cévenols. Tout cela a été le plus généralement défavorable à un bon enneigement, particulièrement en dessous de 1300 m d'altitude environ.
L'enneigement a de plus été tardif (à partir du 10 janvier) et sa fin précoce (entre mi-mars et début avril selon l'altitude). Entre les deux, l'épaisseur maximale atteinte par le manteau a été le plus souvent modeste, sauf aux plus hautes altitudes. Vers 1200 m dans le Cantal, l'hiver 2016-2017 figure au 9e rang des hivers les moins enneigés depuis une quarantaine d'années, ce qui équivaut à une durée de retour d'un tel hiver égale à une année sur 4 ou 5.
 
*15 décembre - 15 avril
(Météo France)

Posté par meterologue à 10:41:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Info/Météo/Climat: Bilan climatique de l’automne 2017

Bilan climatique de l’automne 2017

(Automne météorologique : septembre-octobre-novembre)

Automne 2017 : un déficit de pluie persistant

Des conditions anticycloniques ont prédominé tout au long de l'automne sur l'ouest de l'Europe. Plusieurs systèmes perturbés, très actifs, ont ainsi circulé le plus souvent en marge de la France, privant notre pays de précipitations significatives sur une large moitié sud.

 

Sur l'ensemble de la saison

 

Les températures, légèrement plus douces sur le Nord-Ouest, ont été en moyenne  conformes aux normales sur le reste du pays, voire un peu fraîches sur la moitié sud.
Malgré un mois d'octobre parmi les plus chauds depuis 1900, la température de
13,2 °C en moyenne sur la saison est conforme à la normale*.
 
Les précipitations ont été déficitaires sur la majeure partie du pays. Proche des normales de la Normandie aux Hauts-de-France, elles ont en revanche été légèrement excédentaires de l'Île-de-France à la Champagne-Ardenne et à la Lorraine. Le déficit, souvent supérieur à 40 %, a localement atteint 80 % sur le Languedoc-Roussillon et en Provence- Alpes-Côte d'Azur. La pluviométrie a été en moyenne sur le pays et sur la saison déficitaire* de 30 %, plaçant cet automne parmi les 10 plus secs sur la période 1959-2017.
Sur les régions méditerranéennes, l'automne 2017 a été marqué par une quasi-absence de pluie après un été déjà exceptionnellement sec sur ces régions. Ce déficit persistant a ainsi contribué à une sécheresse des sols superficiels remarquable sur le pourtour méditerranéen et en Corse et qui perdure depuis le printemps.
 
L'ensoleillement a été contrasté. Généreux sur la moitié sud, notamment sur le Nouvelle-Aquitaine et sur les régions méditerranéennes, il a en revanche été légèrement déficitaire sur le Nord-Ouest où les passages nuageux ont été plus fréquents, quoique souvent peu actifs.
 

*Moyenne de référence 1981-2010.
**Moyenne de référence 1991-2010.

(Cliquer sur le graphique pour l'agrandir)

 

     

     

(Cliquer sur les cartes pour les agrandir)

 

Suite du bilan: Cliquez ici

 

(Météo France)

 

Posté par meterologue à 10:40:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Info/Météo: Point sur la situation hydrologique au 01 Décembre 2017 en France

Point sur la situation hydrologique au 01 Décembre 2017 en France

> Le Bilan

Novembre 2017: Les précipitations ont été à nouveau peu fréquentes pour la saison et les cumuls déficitaires sur une grande partie du pays à l’exception des régions de la Normandie et des Hauts-deFrance à l’Alsace. Le déficit a dépassé 30 % du sud de la Bretagne au golfe du Lion ainsi qu’en région PACA. En moyenne sur la France et sur le mois, la pluviométrie, géographiquement très contrastée, a été déficitaire* de 20 %.
Sur le Sud-Est, la sécheresse des sols superficiels, qui a débuté au printemps, perdure, atteignant encore des valeurs record sur la Corse et en Provence - Alpes - Côte d’Azur. Depuis le début de la période de recharge, le déficit de plus de 50 % des pluies efficaces est très marqué sur une grande moitié sud du pays.

 

* : normales concernant température et précipitations : moyenne de référence 1981-2010

 

Consulter le bilan de suivi hydrologique 

 

(Météo France)

 

 

Posté par meterologue à 10:37:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Info/Météo: Point sur la situation Hydrologique en France et en Lorraine au 01er Décembre 2017

Point sur la situation Hydrologique en France et en Lorraine au 01er Décembre 2017

 

> En France

Les précipitations ont été à nouveau peu fréquentes pour la saison et les cumuls déficitaires sur une grande partie du pays à l’exception des régions de la Normandie et des Hauts-deFrance à l’Alsace. Le déficit a dépassé 30 % du sud de la Bretagne au golfe du Lion ainsi qu’en région PACA. En moyenne sur la France et sur le mois, la pluviométrie, géographiquement très contrastée, a été déficitaire* de 20 %.
Sur le Sud-Est, la sécheresse des sols superficiels, qui a débuté au printemps, perdure, atteignant encore des valeurs record sur la Corse et en Provence - Alpes - Côte d’Azur. Depuis le début de la période de recharge, le déficit de plus de 50 % des pluies efficaces est très marqué sur une grande moitié sud du pays.

 

> En Lorraine

Précipitations:

 Ce mois de novembre est marqué par des températures fraiches jusqu’au 20, puis plus douces pour la dernière décade. La pluviométrie mensuelle agrégée sur le bassin atteint 84,7 mm et présente un excédent de 11  % sur le mois.

 

Légende: Le graphique de Erneville aux bois dans la Meuse. (Cliquer sur les graphes pour les agrandir)

 

Côté hydrologique:

La situation s'améliore nettement malgrès une baisse des niveaux. 

Pour l'ouest de la Meuse: Ce mois-ci, les écoulements mensuels sont globalement en hausse par rapport à octobre, en particulier au Nord-Est du territoire, mais les débits restent encore inférieurs à la normale sur les bassins crayeux. Les fréquences de VCN3 sont en légère baisse par rapport au mois dernier et sont en moyenne encore inférieurs à la médiane, mais les dates d’observation des VCN3 sont presque toutes situées au début du mois de novembre.

 

Nappes Souterraines:

Concernant les nappes d’eau souterraine, la majorité des piézomètres est en hausse mais la situation est globalement stable par rapport au mois d’octobre. Les niveaux sont encore légèrement en dessous de la moyenne pour les nappes crayeuses et conforme à la moyenne de novembre pour les nappes non crayeuses.

 

Ailleurs en France:

//.

 

Côté Sécheresse:

Au 24 Novembre 2017: 25 départements en France ont pris au moins une restriction d'usages de l'eau sur leur territoire.

Au 24 Novembre 2017: Aucune restriction sur les départements en Lorraine. 

 

 

Analyse (au /) pour la Lorraine:

Retour des analyses en Mai.

 


Jusqu'a la mi Mai, le bulletin hydrologique est simplifié. Prochain point vers la mi Janvier.

 

 

*On distingue plusieurs types de sécheresses :

- La sécheresse météorologique correspond à un déficit prolongé de précipitations.
- La sécheresse des sols, dite « agricole », se caractérise par un déficit en eau des sols superficiels (entre 1 et 2 m de profondeur), suffisant pour altérer le bon développement de la végétation. Elle dépend des précipitations et de l'évapotranspiration des plantes. Cette notion tient compte de l'évaporation des sols et de la transpiration des plantes (l'eau puisée par les racines est évaporée au niveau des feuilles). La sécheresse agricole est donc sensible aux précipitations, à l'humidité et à la température de l'air, au vent mais aussi à la nature des plantes et des sols.
- La sécheresse hydrologique se manifeste enfin lorsque les lacs, rivières ou nappes souterraines montrent des niveaux anormalement bas. Elle dépend des précipitations mais aussi de l'état du sol influant sur le ruissellement et l'infiltration. Le réseau hydrographique et les caractéristiques des nappes déterminent les temps de réponse aux déficits de précipitations observés sur différentes périodes.
Ces « différentes » sécheresses peuvent intervenir à divers moments, non forcément concomitants et ne sont pas forcément systématiques.

 

(Avec Météo France, BRGM, Eau France et Dreal Grand Est)

 

Posté par meterologue à 10:34:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

vendredi 24 novembre 2017

Info/Météo/Climat: Octobre 2017 : chaud et exceptionnellement sec

Octobre 2017 : chaud et exceptionnellement sec

(Bilan définitif au 6 novembre 2017)
 
Octobre 2017 se caractérise sur la France par une douceur remarquable en seconde partie de mois et par un déficit de pluviométrie souvent proche des records dans le Sud. 
Les températures ont été très douces, hormis un pic de fraîcheur du 6 au 8 octobre. En milieu de mois, la France a connu des températures dignes d'une fin d'été. De plus, les 25 et 26, sur une grande partie du pays, les maximales ont souvent atteint des valeurs jamais mesurées si tardivement dans l'année, comme le 25 avec 27,5 °C à Tulle (Corrèze) et le 26 avec 24,4 °C à Nantes (Loire-Atlantique), 27,7 °C à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) ou 28,2 °C à Toulouse (Haute-Garonne). En moyenne sur le mois et sur le pays, la température a été supérieure à la normale* de 1,4 °C.
Les passages perturbés ont été peu fréquents et peu actifs sur l'ensemble du pays, épargnant la région Provence-Alpes-Côte d'Azur où les cumuls mensuels de pluie dépassent rarement 2 mm.  Le déficit*, supérieur à 50 % sur la moitié nord du pays, a été le plus souvent supérieur à 80 % sur la moitié sud, hormis sur l'ouest du Languedoc-Roussillon concerné par  un épisode méditerranéen les 18 et 19. La région PACA connaît une sécheresse record depuis le début des mesures. En moyenne sur la France et sur le mois, le déficit pluviométrique, proche de 70 %, est parmi les valeurs records, derrière octobre 1978, 1969, 1985 et 1971.
L'ensoleillement, proche de la normale** de la Bretagne aux Hauts-de-France et aux Ardennes, a été très généreux sur le reste du pays avec un excédent le plus souvent supérieur à 20 %. Il dépasse 30 % sur un large quart sud-est, sur la Corse ainsi que localement sur le Centre-Val de Loire, le sud de l'Alsace et le Sud-Ouest. L'ensoleillement a dépassé les valeurs records pour un mois d'octobre, notamment à Lyon (Rhône) avec 199 heures, au cap Ferret (Gironde) avec 214 heures, à Bastia (Haute-Corse) avec 247 heures et à Nice (Alpes-Maritimes) avec 263 heures.
 
*Moyenne de référence 1981-2010.
**Moyenne de référence 1991-2010.
 
 
Cliquer sur le graphe pour l'agrandir
  
 
 
 
Cliquer sur les cartes pour les agrandir
 

Fait marquant 

Octobre 2017 : très sec et très ensoleillé sur le quart sud-est et la Corse 

Le mois d'octobre 2017 a été marqué par des conditions anticycloniques qui ont dominé sur l'Europe de l'Ouest. Le flux perturbé a été rejeté sur le nord de l'Europe, privant notre pays de précipitations significatives et favorisant un ensoleillement remarquable. Sur le quart sud-est, les pluies ont été quasi absentes hormis lors d'un épisode méditerranéen peu intense sur le Languedoc-Roussillon. Sur la région Provence–Alpes–Côte d'Azur, les cumuls mensuels de précipitations ont rarement dépassé 2 mm.
De nombreux records pour un mois d'octobre ont été battus :
  • 0,2 mm à Nice (Alpes-Maritimes, mesures depuis 1942) et au Luc (Var, mesures depuis 1946) ;
  • 0,4 mm à Saint-Auban (Alpes-de-Haute-Provence, mesures depuis 1954) ;
  • 0,8 mm à Marignane (Bouches-du-Rhône, mesures depuis 1921) ;
  • 1,2 mm à Toulon (Var, mesures depuis 1936) et à Orange (Vaucluse, mesures depuis 1948) ;
  • 1,4 mm à Montélimar (Drôme, mesures depuis 1920) ;
  • 1,8 mm à Nîmes (Gard, mesures depuis 1922) ;
  • 2,4 mm à Tallard (Hautes-Alpes, mesures depuis 1964) ;
  • 3,8 mm au Puy-en-Velay (Haute-Loire, mesures depuis 1928) ;
  • 5,2 mm à Saint-Étienne (Loire, mesures depuis 1946).
Le déficit pluviométrique récurrent sur l'ensemble de la région PACA ainsi que sur le Gard et la Corse a contribué à une nouvelle aggravation de la sécheresse des sols superficiels, établissant de nouvelles valeurs records.
 
Cliquer sur le graphe pour l'agrandir
 

 

(Météo France)

 

Posté par meterologue à 22:58:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,