Le Blog d'Alexis

lundi 24 juin 2019

Info/Météo/Lorraine: Très fortes chaleurs : vers un épisode caniculaire remarquable: Le point en Lorraine

Très fortes chaleurs : vers un épisode caniculaire remarquable: Le point en Lorraine

Ce week-end, des conditions anticycloniques avec de hautes pressions reviennent sur le pays à l'avant d'une dépression sur l'Atlantique. Un flux de sud s'installe entre les deux systèmes et fait remonter une masse d'air très chaud sur le pays en provenance du Maghreb et de l'Espagne.

Une vague de chaleur remarquablement intense et précoce s'installe sur la France.

La chaleur, arrivée dimanche, s'accentue encore nettement dès aujourd'hui et à partir de demain mardi, on attend 35 à 40 °C sur la grande majorité des régions.

 

 

Mardi, les températures montent encore d'un cran : 34 °C sont prévus à Paris et Reims, 36 °C à Nancy, Metz, et Strasbourg, 37 °C à Lyon, 39 °C à Grenoble. La barre des 40 °C pourraient déjà être atteinte très ponctuellement entre la basse vallée du Rhône et les vallées alpines.

Mercredi, les 40 °C se multiplieront dans le Sud-Ouest, en Provence et vallée du Rhône, dans les plaines de la région Auvergne-Rhône-Alpes, en Bourgogne et jusqu'au sud de la région Centre. Localement, des températures de 41 à 42 °C seront observées dans ces régions.

Un pic de chaleur à l'échelle du pays devrait être atteint jeudi et vendredi avec des températures proche des 40 °C jusqu'au nord de la Loire.

Ces très fortes chaleurs persisteront jusqu'à samedi, particulièrement sur la moitié est. Des records mensuels de températures seront régulièrement battus, et des records absolus, datant souvent d'oût 2003, seront menacés.

La fin de cet épisode est pour l'instant envisagée dimanche par le quart nord-ouest du pays, avec un air plus tempéré gagnant progressivement le pays.

La nuit, les températures minimales baisseront peu : le mercure ne descendra pas sous la barre des 20 °C sur une bonne partie du pays.

Les agglomérations sont particulièrement vulnérables lors des épisodes de fortes chaleurs. La température y est en effet plus élevée qu'aux alentours. Ce phénomène appelé îlot de chaleur urbain est particulièrement marqué en période de vagues de chaleur. 

Cette vague de chaleur s'annonce exceptionnelle pour un mois de juin. Les vagues de chaleur et canicule touchent particulièrement l'Hexagone entre début juillet et mi-août. Cependant, ces dernières années, la France a connu des épisodes de fortes chaleurs précoces et tardives, comme juin 2017. Depuis 1947, seule la vague de chaleur du 18 au 28 juin 2005 avait été aussi précoce. L'épisode attendu s'annonce bien plus intense, sans précédent au mois de juin.

 

Pour la Lorraine: 

Météo France place ce 24 juin 2019 en vigilance orange "Canicule" l'ensemble de la Lorraine.

 

Le matin les températures ne devraient pas descendre en dessous de 17 à 22 degrés, et même parfois 23 ou 24 degrés. Et au plus chaud de ces journées, durant l'après-midi, les températures pourront monter jusqu'à 35 à 40 degrés et même au delà.
Cette période de températures caniculaires devrait connaitre son apogée mercredi et jeudi avec des températures maximales extrêmes jusqu'à 39 à 41 degrés, et peut-être très ponctuellement au-delà. Des records de températures historiques pourraient être battus dans certaines villes. 

 

Pour la Lorraine voici les températures moyennes attendues la nuit et le jour:

Département

Seuil de Canicule

Mardi 25

Mercredi 

Jeudi

Vendredi

Samedi

Dimanche

Lundi 01er

Meuse

 

17/33°C

17/36°C

17/37°C

17/36°C

17/34°C

17/33°C

17/34°C

15/30°C

Meurthe et Moselle

18/34°C

19/37°C

19/37°C

18/36°C

18/35°C

18/34°C

18/35°C

19/30°C

Moselle

 

19/34°C

19/36°C

19/36°C

18/35°C

18/35°C

18/34°C

18/35°C

17/30°C

Vosges

 

18/33°C

17/37°C

19/37°C

18/36°C

18/35°C

17/34°C

17/35°C

18/31°C

 

A noter: Prévisions au 24 juin 2019 à 16h00. Température moyenne minimale est maximale par département. Des pointes à 40°C ne sont pas à exclure en particulier vers le sud-ouest de la Meuse ou dans les grandes villes. Températures parfois largement supérieure à 20°C dans certaines grandes villes la nuit. 

 

La pollution en Lorraine:

En lien avec la persistance du fort rayonnement solaire et des températures élevées, les niveaux d'ozone vont continuer d'augmenter sur l'ensemble de la région Grand Est le mercredi 26 juin 2019. L'épisode de pollution va s'étendre géographiquement à d'autres départements de la région Grand Est.

 

Quels sont les dangers d'une canicule ?

Canicule et fortes chaleurs représentent un risque important pour la santé. Le danger est toutefois plus grand pour les personnes âgées, les nourrissons et les enfants, les personnes handicapées, les personnes atteintes de maladie chronique ou de troubles de la santé mentale, les personnes qui prennent régulièrement des médicaments, les femmes enceintes et les personnes isolées. Les sportifs et les personnes qui travaillent dehors peuvent aussi être vulnérables. Les conséquences les plus graves peuvent être :

 La déshydratation Ses symptômes : des crampes musculaires aux bras, aux jambes, au ventre et un épuisement qui se traduit par des étourdissements, une faiblesse, une tendance inhabituelle à l'insomnie.

► Le coup de chaleur Le coup de chaleur (ou hyperthermie) survient lorsque le corps n'arrive plus à contrôler sa température qui augmente alors rapidement. On peut le repérer par une agressivité inhabituelle, une peau chaude, rouge et sèche, des maux de tête, des nausées, des somnolences et une soif intense et/ou une confusion, des convulsions et une perte de connaissance. Il doit être signalé aux secours dès que possible.

Comment se protéger ? Consultez ici les conseils de comportement du Ministère des Solidarités et de la Santé https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/risques-climatiques/canicule

 

(Avec Météo France)

 

 

 

Posté par meterologue à 16:46:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


jeudi 20 juin 2019

Météo/Orages/Lorraine: Prévisions du risque orageux en Lorraine: Journée du 20 Juin 2019 et nuit suivante

Prévisions du risque orageux en Lorraine: Journée du 20 Juin 2019 et nuit suivante

 

Bulletin Grand Public :

Émis le Jeudi 20 Juin 2019 à 08h00

Echéance: Du Jeudi 20 Juin 2019 à 09h00 au Vendredi 21 Juin 2019 à 09h00.

 

Risque d'orages Faibles à modérées.

 

Instable. Averses localement Orageeuses avec parfois de fortes pluies et de la grêle. Risque étant assez localisé. 

 


Bulletin pour les professionnels :

Émis le Jeudi 20 Juin 2019 à 08h00

Echéance: Du Jeudi 20 Juin 2019 à 09h00 au Vendredi 21 Juin 2019 à 09h00.

 

Risque d'orages Faibles à modérées.

 

Instable. Averses localement Orageeuses avec parfois de fortes pluies et de la grêle. Risque étant assez localisé. 

 

Cette prévision ne justifie pas de prévision spécifique car le risque orageux reste localisé (pour le paramétre orages) et que cette situation reste classique pour la saison, la prudence reste de mise. La fiabilité est moyenne à bonne.

 

> Echéance la plus active: 13h à 20h

> Risque de Tornade estimé à 02%.  

> Risque de Tuba ou autres phénomènes venteux estimé à 40%

> Risque de Grêle d'un diamètre supérieur à 2cm estimé à 01%. 

> Activité éléctrique: Faible à Modérée

>

 

Demain: RAS 

 

Cette prévision ne justifie pas de prévision spécifique car le risque reste localisé (pour le paramétre orages) et que cette situation reste classique pour la saison, la prudence reste de mise. 

 

 

Le Blog d'alexis avec Keraunos

 

 

Posté par meterologue à 08:19:00 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mercredi 19 juin 2019

Météo/Orages/Lorraine : Prévisions du risque orageux en Lorraine: Journée du Mercredi 19 Juin 2019

 Prévisions du risque orageux en Lorraine: Journée du Mercredi 19 Juin 2019 

 

Risque de phénomène violent localement, Prudence.

 

Prévisions n°98

 

Emis le Mercredi 19 Juin 2019 à 08h30

Echéance du Mercredi 19 Juin 2019 de 09h00 jusqu'au Jeudi 20 Juin à 09h00.

 

Bulletin Grand Public :

- Vigilance:

 A l'heure de l'enregistrement de ce bulletin, la couleur de la vigilance est JAUNE pour "Orages" sur la Lorraine . 

Soyez attentif si vous pratiquez des activités sensibles au risque météorologique ou à proximité d′un rivage ou d′un cours d′eau; des phénomènes habituels dans la région mais occasionnellement et localement dangereux sont en effet prévus; tenez-vous au courant de l’évolution de la situation.           

 

Prévisions

  Cette journée de mercredi est instable dès le matin avec des averses orageuses qui circule sur la région. Plutôt faible dans l'ensemble. L'instabilité monte d'un cran en fin d'après-midi et en soirée avec des averses orageuses. Orages qui restent localisés mais des lignes orageuses ne sont pas exclu. Le risque diminuera en cours de nuit sans disparaître. Sous ses orages, une activité électrique soutenue, de fortes pluies, de fortes rafales de vent autour de 80km/h  mais aussi de la grêle (qui semble être le principal risque).

                                        __________________________________________

 

Bulletin pour les professionnel :

 

Emis le Mercredi 19 Juin 2019 à 08h30

Echéance du Mercredi 19 Juin 2019 de 09h00 jusqu'au Jeudi 20 Juin à 09h00.


- Vigilance :

A l'heure de l'enregistrement de ce bulletin, la couleur de la vigilance est JAUNE pour "Orages" sur la Lorraine . 

Soyez attentif si vous pratiquez des activités sensibles au risque météorologique ou à proximité d′un rivage ou d′un cours d′eau; des phénomènes habituels dans la région mais occasionnellement et localement dangereux sont en effet prévus; tenez-vous au courant de l’évolution de la situation.           

 

- Qualification du Phénomènes :

Risque orageux significatif avec probabilité de phénomènes violents (grêle > 5 cm).

 

- Situation:

  Dans un flux de sud-ouest toujours chaud et instable du sud-ouest au nord et à l'est de la France, une faiblesse d'altitude pilote une limite pseudo frontale assez large qui va s'étirer des Pyrénées au nord du pays avant de migrer davantage vers l'est en fin de journée.

 

La convection devrait rester localement virulente aujourd'hui mais dans un environnement assez peu cisaillé en profondeur et avec une instabilité en baisse par rapport à hier. On notera toutefois un risque supercellulaire persistant bien qu'en déclin par rapport à mardi.

 

Le flux modérément divergent en altitude sera doublé en basse couche d'une convergence assez bien structurée, prenant la forme d'un thalweg de surface qui évoluera progressivement du centre vers l'est du pays.

 

Profitant de conditions bien instables du Massif-Central au nord-est (MUCAPE proche de 1800/2000 J/kg) mais aussi sur une bande centrale de la France, jusqu'aux Pyrénées (en moyenne 1500 J/kg de MUCAPE), la convection restera profonde toute la journée, avec une reprise de l'activité orageuse plus marquée cet après-midi, ce soir et nuit prochaine du Massif-Central au nord-est.   

 

 

- Types de phénomènes et chronologie :

 

Orages Modérée à Fort

Début de l’événement: Mercredi 19 Juin 2019 à 09h00 

Maximum estimé : Mercredi 19 Juin 2019 2019 à 22h00 (estimation)

Fin de l'événement: Jeudi 20 Juin à 01h00 

 

- Localisation :

 

Ensemble de la région. Risque peut être un peu plus élevé en direction et sur le massif des Vosges.

 

- Fait nouveaux:

 

Néant

 

- Observation :

 

A 08h30: Temps orageux sur la région avec des averses orageuses faibles qui circule sur Meuse, Moselle et Meurthe-et-Moselle principalement. Ciel plus lumineux ailleurs. Température moyenne de 18 (avec des pointes à 22°C). 

 

Prévisions:

 

- Intensité et type de structure :

 

Orages modéré. Super-Cellule ou Monocellulaire et Multicellulaire en général.

 

- Précipitations estimé sur la région:

 

Quantité attendu(quantité très variable en fonction des endroits): 10 à 20 mm en général mais localement 30mm en moins d'1h ou 2h. 

Caractéristique: Précipitation soutenu. Développement organisé.  

 

- Vent :

 

Des rafales autour de 80 km/h en général localement 100km/h. Vent de Sud Oest en général. 

 

 

- Grêle :

 

Petite chute de grêle ou grésil inférieur à 2 cm de diamètre risque estimé à 95% .  

Chute de grêle supérieur à 2 cm de diamètre risque estimé à: 15%.

 

- Tornades/Tuba :

 

Risque estimé à 02% pour le risque de Tornades. Risque estimé de 25% pour le risque de Tuba. 

 

- Foudre et activité électrique :

 

Modérée à Forte. 

 

- Autres phénomènes :

 

Micro/Macro rafale autre phénomène de même type : risque estimé à 65%. 

Risque d'arrcus ou de phénomène de type rotatif: risque estimé à 70%.

Risque cependant localisé.

 

- Fiabilité :

 

Moyenne à Bonne

 

- Commentaire:

 Fortes probabilités de phénomènes violents en particulier la grêle. La prudence et la vigilance sont de rigueur.

 

Prévisions pour les prochains jours:

Un nouveau un fort risque orageux pour demain jeudi.

 

 

 

Le Blog d'alexis

 

Posté par meterologue à 08:39:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 18 juin 2019

Info/Météo/Sécheresse/Lorraine: Point de Suivi d'Etiage en Lorraine au 18 Juin 2019

 

Point de Suivi d'Etiage en Lorraine au 18 Juin 2019

 

> En Lorraine

En ce qui concerne les eaux souterraines, la première décade du mois de juin est déficitaire en pluies sur l'ensemble de la région Grand Est, à l'exception de l'Alsace et de l'Ouest du département de la Marne. La période de décharge des nappes est maintenant bien installée et les niveaux moyens mensuels des piézomètres sont majoritairement à la baisse, y compris pour les nappes ayant une forte inertie comme les nappes de la craie. Concernant les niveaux moyens mesurés, la moitié des piézomètres ont des niveaux inférieurs aux normales pour la période, mais les deux tiers sont en bleu. Les nappes à forte inertie présentent des niveaux nettement inférieurs aux valeurs habituellement observées à cette période, avec des ouvrages en orange et en rouge. Ces niveaux sont le résultat des deux dernières années sèches et de la faible recharge de cet hiver. Les niveaux moyens des ouvrages situés en bordure de la plaine d'Alsace (Habsheim, Hésingue, Wintzenheim) sont toujours nettement inférieurs aux normales, en raison de la faiblesse des conditions hydriques du versant vosgien. L'unité hydrogéologique "Craie de Champagne Nord" repasse en gris et l'unité "Craie de Champange Sud et centre" reste en gris.

Concernant les eaux de surface, les précipitations de la première quinzaine de juin ont globalement permis de maintenir la situation hydrologique générale des bassins de la Meuse et de la Moselle à un niveau stable par rapport à fin mai. Toutes les unités hydrologiques restent encore en bleu, même si le déficit d'écoulement reste plus marqué sur les unités "Moselle amont et Meurthe" et "Moselle aval, Orne, Nied et Seille". Sur le territoire Rhin-Sarre la baisse des débits est ralentie par quelques précipitations. Sur la Sarre, la baisse des débits s'observe plutôt à l'aval avec la station de Wittring qui passe en gris. Sur les cours d'eau du Bas-Rhin les niveaux stagnent ou baissent légèrement, avec toujours la Zorn à Waltenheim en gris. Dans le Haut-Rhin les débits ont stagné voire augmenté par endroit avec l'ensemble des stations toujours en bleu. Enfin, le Rhin est assez haut, suites aux récentes précipitations sur son bassin suisse. Sur le bassin Seine-Normandie en région Grand-Est, les écoulements des cours d'eau sont majoritairement en baisse. L'unité hydrologique "Afflents crayeux Aube et Seine" passe en gris. Toutes les autres unités hydrologiques restent en bleu malgré ponctuellement le passage en jaune de l’état de deux stations hydrométriques (à Montiéramey et à Puilsieux).

Pour les réservoirs et barrages de la région Grand Est, les niveaux de remplissage sont proches de leur maximum (autour de 89 % pour les ouvrages de soutien d'étiage et de 97 % pour les ouvrages utilisés pour l'alimentation en eau potable), à l'exception des réservoirs de Vieux Pré et Kruth qui affichent 65% et 66% de remplissage.

 
 

 

*On distingue plusieurs types de sécheresses :

- La sécheresse météorologique correspond à un déficit prolongé de précipitations.
- La sécheresse des sols, dite « agricole », se caractérise par un déficit en eau des sols superficiels (entre 1 et 2 m de profondeur), suffisant pour altérer le bon développement de la végétation. Elle dépend des précipitations et de l'évapotranspiration des plantes. Cette notion tient compte de l'évaporation des sols et de la transpiration des plantes (l'eau puisée par les racines est évaporée au niveau des feuilles). La sécheresse agricole est donc sensible aux précipitations, à l'humidité et à la température de l'air, au vent mais aussi à la nature des plantes et des sols.
- La sécheresse hydrologique se manifeste enfin lorsque les lacs, rivières ou nappes souterraines montrent des niveaux anormalement bas. Elle dépend des précipitations mais aussi de l'état du sol influant sur le ruissellement et l'infiltration. Le réseau hydrographique et les caractéristiques des nappes déterminent les temps de réponse aux déficits de précipitations observés sur différentes périodes.
Ces « différentes » sécheresses peuvent intervenir à divers moments, non forcément concomitants et ne sont pas forcément systématiques.

 

(Avec Météo France et Dreal Grand Est)

 

Posté par meterologue à 19:41:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

vendredi 7 juin 2019

Info/Météo/Sécheresse/Lorraine: Point de Suivi d'Etiage en Lorraine au 04 Juin 2019

 

Point de Suivi d'Etiage en Lorraine au 04 Juin 2019

 

> En Lorraine

En ce qui concerne les eaux souterraines, la troisième décade du mois de mai est déficitaire en pluies sur l'ensemble de la région Grand Est. La période de décharge des nappes est maintenant bien installée et les niveaux moyens mensuels des piézomètres sont majoritairement à la baisse. Certaines nappes ayant une forte inertie (nappe de la craie) présentent une tendance à la stabilité, mais cette tendance ne devrait pas perdurer. Concernant les niveaux moyens mesurés, les deux tiers des piézomètres ont des niveaux inférieurs aux normales pour la période, mais la majorité est en bleu. Les nappes à forte inertie présentent encore des niveaux nettement inférieurs aux valeurs habituellement observées à cette période, avec des ouvrages en orange et en rouge. L'impact des deux années sèches et de la faible recharge de cet hiver risque de mettre plus de temps à s'atténuer sur ces nappes. Les niveaux moyens des ouvrages situés en bordure de la plaine d'Alsace (Habsheim, Hésingue, Wintzenheim) sont toujours nettement inférieurs aux normales, suite à la faiblesse des conditions hydriques du versant vosgien et surtout du Sundgau (Mooslargue).

Le contexte estival observé depuis quelques jours, ainsi que la forte activité végétative ont un impact significatif sur les écoulements dans les cours d'eau des bassins de la Meuse et de la Moselle. Bien que toutes les unités hydrologiques restent encore en bleu, la tendance générale est à la baisse, avec une dégradation des écoulements plus marquée sur les unités "Moselle amont et Meurthe" et "Moselle aval, Orne, Nied et Seille". Sur le territoire Rhin-Sarre les débits minimums sont observés en fin de semaine 22, suites à la survenue de fortes températures. Les débits sont tous à la baisse. L'ensemble des stations est encore en bleu à l'exception de la Zorn à Waltenheim qui a franchi le seuil gris. Sur le bassin Seine-Normandie en région Grand-Est, les écoulements des cours d'eau sont tous en baisse suite aux déficit de précipitations des dernières semaines. Cependant, toutes les unités hydrologiques restent en bleu.

Pour les réservoirs et barrages de la région Grand Est, les niveaux de remplissage sont proches de leur maximum (autour de 88 % pour les ouvrages de soutien d'étiage et de 98 % pour les ouvrages utilisés pour l'alimentation en eau potable), sauf pour le réservoir de Vieux Pré qui affiche seulement 65% de remplissage.

 
 

 

*On distingue plusieurs types de sécheresses :

- La sécheresse météorologique correspond à un déficit prolongé de précipitations.
- La sécheresse des sols, dite « agricole », se caractérise par un déficit en eau des sols superficiels (entre 1 et 2 m de profondeur), suffisant pour altérer le bon développement de la végétation. Elle dépend des précipitations et de l'évapotranspiration des plantes. Cette notion tient compte de l'évaporation des sols et de la transpiration des plantes (l'eau puisée par les racines est évaporée au niveau des feuilles). La sécheresse agricole est donc sensible aux précipitations, à l'humidité et à la température de l'air, au vent mais aussi à la nature des plantes et des sols.
- La sécheresse hydrologique se manifeste enfin lorsque les lacs, rivières ou nappes souterraines montrent des niveaux anormalement bas. Elle dépend des précipitations mais aussi de l'état du sol influant sur le ruissellement et l'infiltration. Le réseau hydrographique et les caractéristiques des nappes déterminent les temps de réponse aux déficits de précipitations observés sur différentes périodes.
Ces « différentes » sécheresses peuvent intervenir à divers moments, non forcément concomitants et ne sont pas forcément systématiques.

 

(Avec Météo France et Dreal Grand Est)

 

 

Posté par meterologue à 22:16:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


Info/Météo: Tempête Miguel : un phénomène rare mais pas inédit pour la saison

Tempête Miguel : un phénomène rare mais pas inédit pour la saison

La tempête Miguel touche ce vendredi une grande partie de la France. Un phénomène inhabituel à cette période de l'année.

Image du satellite METEOSAT 11 du 6 juin 2019 à 11h UTC - La tempête Miguel est encore au large du cap Finisterre situé à l'extrême nord-ouest de la péninsule ibérique 
Image du satellite METEOSAT 11 du 6 juin 2019 à 11h UTC - La tempête Miguel est encore au large du cap Finisterre situé à l'extrême nord-ouest de la péninsule ibérique - © Météo-France

La période la plus propice aux tempêtes en France se situe entre octobre et mars. A cette période de l'année, le courant-jet d'altitude sur l'Atlantique Nord (ou « rail des perturbations » dans lequel se développent les dépressions tempétueuses) est en moyenne plus puissant et plus proche des côtes européennes.

Observer une tempête comme Miguel en juin est bien plus rare car le courant-jet est généralement plus faible et ondule plus au nord, avec des contrastes thermiques nord-sud moins marqués qu'en hiver sur l'Atlantique et des hautes pressions subtropicales qui remontent davantage sur le sud de l'Europe.

Comment l'expliquer ?

Animation des la température à 850 hPa en plages de couleur (illustrant les contrastes thermiques), le courant-jet d'altitude (vers 12 km) qui atteint près de 200 km/h au nord-ouest de l'Espagne, et isobares (pression) seuillées pour faire ressortir la dépression Miguel qui se creuse sous le jet, entre jeudi 6 juin à 00h UTC et vendredi 7 juin 2019 à 18h UTC 
Animation de  la température à 850 hPa en plages de couleur (illustrant les contrastes thermiques), le courant-jet d'altitude (vers 12 km) qui atteint près de 200 km/h au nord-ouest de l'Espagne, et isobares (pression) seuillées pour faire ressortir la dépression Miguel qui se creuse sous le jet, entre jeudi 6 juin à  00h UTC et vendredi 7 juin 2019 à 18h UTC - © Modèle du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme, développé en partenariat avec Météo-France

La situation perturbée actuelle s'explique par la présence d'une forte anomalie de bas géopotentiel sur le proche Atlantique associée à des masses d'air plus fraîches que la normale, contrastant avec l'air chaud présent plus au sud au large du Maroc. Cette zone à fort tourbillon de grande échelle avec contraste thermique marqué participe à un net renforcement du courant-jet au nord-ouest de l'Espagne (environ 200 km/h à 12 km d'altitude ce jeudi), propice au creusement d'une dépression marquée peu commune en juin.

Une situation dangereuse

La végétation est plus vulnérable face aux tempêtes l'été : les arbres, couverts de feuilles, cèdent plus facilement qu'en hiver à force de vent égale, car le feuillage offre une prise au vent plus importante. Dans la situation actuelle, un autre facteur aggravant est la saturation des sols en eau suite aux précipitations récentes, ce qui rend la résistance des racines moins bonne.

Tempête estivale : des précédents

Des tempêtes ou forts coups de vent ont déjà eu lieu en juin ou en été dans le passé . Il faut cependant remonter à plus de 30 ans pour trouver des épisodes comparables :

Le 6 juillet 1969 : une tempête frappe la moitié nord, surtout la Bretagne, la Normandie puis région parisienne. 

Le 26 juin 1958 : elle avait une trajectoire plus au sud.

- Le 16 juin 1965 : tempête sur la moitié nord du pays, Ile-de-France incluse.

On retrouve également des situations très dépressionnaires les 9 juin 1954, 12 juillet 1961, 3 juillet 1988, 7 et 8 août 1948…

À noter, le 7 juin 1987, une ligne de grains orageuse provoque un coup de vent tempétueux. On relève alors 126 km/h à Biscarrosse, 115 km/h à Bordeaux.

 

(Météo France)

 

Posté par meterologue à 22:09:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Info/Météo/Climat: Printemps 2019 : très contrasté

Printemps 2019 : très contrasté

(Printemps météorologique : mars-avril-mai)

De belles périodes chaudes et ensoleillées ont alterné avec un temps plus agité et par moments très frais pour la saison tout au long du printemps. Les conditions anticycloniques ont été plus fréquentes sur la moitié nord de la France, notamment sur le Nord-Ouest où le temps a été globalement plus doux, plus ensoleillé et plus sec que la normale. En revanche, après un mois de mars très sec, plusieurs épisodes pluvio-orageux intenses ont concerné les régions méridionales où les températures ont été à peine de saison.


Le printemps a débuté en mars dans une grande douceur. Puis les températures ont été souvent fraîches pour la saison, hormis un épisode quasi estival courant avril. En mai, elles ont été inférieures aux normales* sur l'ensemble du pays avec de fortes gelées très tardives en début de mois. En moyenne sur la France et sur la saison, la température devrait être conforme à la normale.
 

Évolution des températures minimales et maximales quotidiennes en France par rapport à la normale quotidienne, du 1er mars au 27 mai 2019.
(Cliquer sur le graphe pour l'agrandir)


Les cumuls de précipitations ont été déficitaires de 20 à 50 % sur les côtes de la Manche, de l'Orléanais au nord de l'Auvergne, en vallée du Rhône et autour du golfe du Lion. Ils ont été plus proches de la normale* sur le reste du pays, voire ponctuellement excédentaires sur le Nord-Est et la Côte d'Azur. En moyenne sur la France, la pluviométrie est à ce jour déficitaire de près de 10 %.


L'ensoleillement a été généreux sur un grand quart nord-ouest du pays ainsi que le long des frontières du Nord et sur le sud-est de la Corse avec un excédent** souvent supérieur à 10 %. Il a été généralement conforme à la saison sur le reste du pays.

*Moyenne de référence 1981-2010.
**Moyenne de référence 1991-2010.

 

(Cliquer sur les cartes pour les agrandir)

 

(Météo France)

 

Posté par meterologue à 22:07:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Info/Météo/Monde: USA : plus de 500 tornades en un mois !

USA : plus de 500 tornades en un mois !

Aux États-Unis, avec plus de 500 signalements de tornades sur ces 30 derniers jours, on connaît la séquence la plus active depuis l'épisode d'avril 2011. La saison est particulièrement propice à ces phénomènes sur ce pays.

 

Tornades rapportées aux USA entre le 1er janvier et le 28 mai 2019
Tornades rapportées aux USA entre le 1er janvier et le 28 mai 2019 - © NOAA/Storm Prediction Center

On dénombre ainsi 935 tornades depuis le début de l'année dont 442 pour le mois de mai seulement.
La journée du 27 mai 2019 a connu à elle-seule 52 tornades

(Via Météo France)

 

Posté par meterologue à 22:05:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Info/Météo: Mai : chaud dans le monde, plus frais en France

Mai : chaud dans le monde, plus frais en France

Le mois de mai 2019 a été le 3e plus chaud jamais enregistré dans le monde avec une anomalie de +0,52 °C par rapport à la normale 1981-2010, d'après le Copernicus Climate Change Service. Il se situe derrière le mois de mai 2016 (+0,58°C/normale) et mai 2017 (+0.54°C/normale).


L'Alaska et l'ouest du Canada, le sud-est des États-Unis, le nord-ouest et le sud-ouest de l'Afrique, l'extrême ouest et l'est de l'Asie ainsi que le Groenland et une partie de l'Antarctique sont les régions où les températures ont été sensiblement supérieures à la normale.

En Europe, la température du mois de mai a été proche de la normale. Pour rappel, l'année dernière, le mois de mai avait été exceptionnellement chaud. On avait enregistré une anomalie record de +2,5 degrés par rapport à la normale.

Cette année, les températures ont été contrastées sur le continent. Il a fait plus chaud que la normale sur la péninsule ibérique et sur l'Europe de l'est, mais plus froid sur une large bande centrale.

-1,1°C par rapport à la normale en France

En France, avec une anomalie de -1.1°C par rapport à la normale, le mois de mai 2019 a été le plus frais depuis mai 2013 (-2.3°C/normale) et proche de 2010 (-1.2°C/normale). Le record du mois de mai le plus froid date de 1941 ex aequo avec 1902 (-3.7°C/normale).


Des records de fraîcheur nocturne ont été battus en début de mois. On a enregistré par exemple : -0.2 °C à Brest le 5 mai, -1.2 °C à Saint-Girons  ou -1.6 °C à Pontoise le 7 mai.

Le mois de mai s'est fini avec un pic de chaleur. Le 31 mai et pour la première fois de l'année 2019, les 30°C ont été atteints en France avec par exemple 30.6°C à Carpentras, 30.4°C à Nîmes et 30.3°C à Aubenas.

Retrouver notre bilan complet du printemps 2019 mois par mois et ses faits marquants.

 

(Météo France)

 

Posté par meterologue à 22:03:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Info/Météo/Orages/Lorraine: Retour sur les orages du 04 et 05 juin 2019 en Lorraine

 Retour sur les orages du 04 et 05 juin 2019 en Lorraine

Entre de l'air chaud remontant sur l'est et de l'air frais Atlantique sur l'ouest, le contraste de températures a été important les 04 et 05 Juin 2019 avec à l'intersection des 2 masses d'air un conflit. La Meuse puis l'ensemble de la région était au coeur de ce conflit qui a eu pour conséquence la formation d'orages parfois violents.

Le 04 juin 2019, La Meuse a été concernée par des orages parfois violent en particulier sur le secteur de Septsarges (au nord-ouest de Verdun).

Un flux de sud-ouest instable concernait une grande partie de la France ce mardi 4 juin. Un forçage d'altitude dynamique est venu circuler sur le nord du pays, positionnant la zone en entrée droite de jet, ce qui est propice aux fortes ascendances synoptiques. Le creusement d'une dépression de surface, dans l'air chaud, se distingue sur le champ de vent observé à 10 m en deuxième partie d'après-midi. 
Cette dépression a contribué à faire remonter une masse d'air chaud et humide vers l'Ile-de-France, les Hauts-de-France et la Champagne. Ainsi, les profils verticaux, en plus d'être bien cisaillés à tous les niveaux, se sont révélés fortement instables des Pyrénées au nord avec des indices de soulèvement proches de -7K.


Une rafale de 137.5 km/h sous un orage a été relevé, pulvérisant littéralement l'ancien record mensuel du 14 juin 2003 (97.2 km/h), constituant la 4ème valeur de vent la plus forte TOUS MOIS CONFONDUS à cette station dont l'ouverture date de juillet 1991 :

146.5km/h le 17/12/2004
146.5km/h le 28/02/2010
143.3km/h le 31/03/2010
137.5km/h le 04/06/2019 (Nouveau)
133.3km/h le 28/01/1994

 

 

 

Mais c'est le 05 juin 2019 que le conflit de masse d'air mais surtout la différence des 2 masses d'air s'est accentué avec pour conséquence une situation explosive sur la Lorraine.

(Carte: Météociel)

Un thalweg d'altitude dynamique est venu pivoter sur le centre en direction du nord-est de la France ce mercredi 5 juin. En arrivant sur l'air chaud et humide encore présent de l'est des Hauts-de-France au nord-est, des orages parfois violents ont pu se développer. De multiples structures convectives virulentes, également supercellulaires pour certaines se sont organisées, du nord Franche-Comté jusqu'à la Lorraine. Là aussi une évolution en structure linéaire s'est ensuite opérée: 

 

Hormis une forte activité électrique sur la Région.
De fort cumul (supérieur à 15/20 mm) en 01h relevé voire même proche des 30 Mm comme en Moselle ou au pied du massif des Vosges.
Des rafales de vent autour de 70 à 90 km/h maximums relevés (93 km/h au Markstein).
De la grêle aussi comme à Jeanménil (88) 3 à 4 cm de diamètre. De nombreux reports de grêle sur la région
La Meuse a plutôt été épargnée.
L'activité électrique est très importante, avec près de 25000 éclairs enregistrés à 22h00 en l'espace de 4h en France dont plus 10 000 pour la Lorraine. Les départements les plus touchés sont les Vosges, la Meurthe-et-Moselle et la Moselle pour le moment.

(Carte: Météo France)

Environ 54 000 décharges électriques détectées en France par Blitzortung les 4 et 5 juin - Pour autant, 2019 demeure pour l'instant autrement moins orageuse que 2018 avec 284 000 éclairs depuis le 1er janvier versus 971 000 l'an dernier à la même date, soit -71%

 

(Météo France)

 

Posté par meterologue à 22:01:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,