Le Blog d'Alexis

mercredi 1 octobre 2014

Météo/Orages/Lorraine: Prévisions du risque orageux en Lorraine: Journée du 01 Octobre 2014 et nuit suivante

Prévisions du risque orageux en Lorraine: Journée du 01 Octobre 2014 et nuit suivante

 

Bulletin Grand Public :

Émis le Mercredi 01 Octobre 2014 à 09h50

Echéance: Du Mercredi 01 Octobre 2014 à 09h00 au Jeudi 02 Octobre 2014 à 09h00.

 

Pas de risque d'orages.

 

//.

 

Bulletin pour les professionnel :

Émis le Mercredi 01 Octobre 2014 à 09h50

Echéance: Du Mercredi 01 Octobre 2014 à 09h00 au Jeudi 02 Octobre 2014 à 09h00.

 

Pas de risque d'orages.

 

//.

 

 

Le Blog d'alexis

 

Posté par meterologue à 09:54:04 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


Info/Monde: Eruption volcanique au Japon: cinq nouveaux corps découverts, bilan alourdi à 48 morts

Eruption volcanique au Japon: cinq nouveaux corps découverts, bilan alourdi à 48 morts

Des équipes de secours embarquent à bord d'un hélicoptère militaire le 1er octobre 2014 près du village d'Otaki, près de Nagano, au Japon

Des équipes de secours embarquent à bord d'un hélicoptère militaire le 1er octobre 2014 près du village d'Otaki, près de Nagano, au Japon (Photo AFP)

Cinq corps supplémentaires ont été retrouvés mercredi après-midi au sommet du mont japonais Ontake entré brutalement en éruption samedi, portant le bilan total provisoire à 48 morts, ont indiqué plusieurs médias.

Quarante-trois corps avaient déjà été découverts entre samedi et mercredi matin sur les pentes de ce volcan de 3.067 mètres situé entre les préfectures centrales de Nagano et Gifu.

Les opérations de secours avaient repris mercredi matin, quatre jours après l’éruption qui avait piégé des centaines de marcheurs.

Les sauveteurs avaient dû renoncer à se rendre sur place mardi par crainte d’une nouvelle éruption du fait d’un redoublement des rejets de gaz et de trépidations.

En revanche, mercredi matin les forces d’autodéfense ont pu poser leurs hélicoptères dès l’aube sur la montagne dont la surface recouverte d’une épaisse couche de cendres grises a des apparences lunaires.

Ils ont récupérés plusieurs corps qui avaient été repérés les jours précédents, mais ont eu la mauvaise surprise d’en trouver de nombreux autres.

Selon des témoignages recueillis sur place par les médias, même avec les nouvelles découvertes, le nombre de personnes dont on reste sans nouvelles reste plus important.

Interrogée mercredi matin par l’AFP, la préfecture de Nagano a indiqué que «des investigations étaient en cours pour recenser le nombre d’individus dont on reste sans nouvelles». Selon un porte-parole «ce sont des opérations difficiles qui prennent du temps et il est impossible pour l’heure de dire quand les chiffres seront annoncés».

 

(Source: AFP)

Posté par meterologue à 09:52:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 30 septembre 2014

Info/Climat/Monde: L'homme en partie responsable de l'intensification des vagues de chaleur en 2013 (étude)

L'homme en partie responsable de l'intensification des vagues de chaleur en 2013 (étude)

Le lien entre le réchauffement climatique causé par l'homme et cinq grandes vagues de chaleur dans le monde en 2013 a été établi pour la première fois de manière très claire par plusieurs groupes de scientifiques dans un rapport paru lundi.

Cependant, tous les événements climatiques extrêmes sur la planète ne sont pas liés à l'activité humaine, souligne ce document publié par l'Agence américaine océanographique et atmosphérique (NOAA).

Ces climatologues ont analysé au total 16 événements climatiques extrêmes, pluies torrentielles, inondations, sécheresses, canicules et tempêtes.

"Le Japon, la Corée et la Chine ont connu des étés extrêmement chauds en 2013. Les études portant sur ces événements montrent que le changement climatique causé par l'homme ont rendu ces vagues de chaleur plus probables", ont noté les scientifiques.

D'autres éléments mis en avant démontrent également que ces changements climatiques dus à l'homme augmentent le risque de voir des pluies centennales, comme l'Inde en a connu en juin 2013, ajoute la NOAA.

La combustion de charbon ou d'hydrocarbures, particulièrement mise en avant pour expliquer le réchauffement climatique, a aussi joué "un rôle substantiel pour l'été sec et chaud qu'a connu l'Europe de l'ouest en 2013", notent encore les chercheurs.

Le fait que plusieurs groupes de scientifiques s'appuyant sur des méthodes indépendantes parviennent aux mêmes conclusions souligne de manière plus flagrante l'influence de l'activité humaine sur les événements climatiques extrêmes. En l'occurrence, 92 experts issus de 14 pays ont participé à ces travaux.

Mais le réchauffement climatique dû à l'homme ne permet pas d'expliquer tous les événements climatiques extrêmes. Ainsi, dans le cas de la sécheresse en Californie qui sévit depuis trois ans, sur laquelle trois groupes de climatologues américains se sont penchés, tous ont conclu que "les facteurs humains dans le climat n'ont eu aucune influence sur le manque de précipitations".

Le rapport d'une centaine de pages de la NOAA, intitulé "Expliquer des événements météorologiques extrêmes de 2013 d'un point de vue climatique", est publié par le Bulletin de la société météorologique américaine (BAMS).

js/bdx

 

(Avec AFP)

Posté par meterologue à 17:26:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Info/Environnement/Monde: La Terre a perdu la moitié de ses populations d'espèces sauvages en 40 ans

La Terre a perdu la moitié de ses populations d'espèces sauvages en 40 ans

Un lion en Afrique du Sud en 2012.

Un Lion en Afrique du Sud en 2012. Photo: AFP/Stephane de Sakutin

 

La planète est malade, et sa guérison semble de plus en plus incertaine. La pression exercée par l'humanité sur les écosystèmes est telle qu'il nous faut chaque année l'équivalent d'une Terre et demie pour satisfaire nos besoins en ressources naturelles, tandis que le déclin de la biodiversité est sans précédent. Ce sont les conclusions alarmantes du Fonds pour la nature (WWF), dans la dixième édition de son rapport Planète vivante, le bilan de santé le plus complet de la Terre.

Ce rapport bisannuel, réalisé avec la société savante Zoological Society of London et les ONG Global Footprint Network et Water Footprint Network, et présenté à l'Unesco mardi 30 septembre, se fonde sur trois indicateurs. Le premier, l'indice planète vivante (IPV), mesure l'évolution de la biodiversité à partir du suivi de 10 380 populations (groupes d'animaux sur un territoire) appartenant à 3 038 espèces vertébrées de mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens et poissons.

DÉCLIN MASSIF DES ESPÈCES SAUVAGES

Déclin de la biodiversité entre 1970 et 2010.

Résultat : les effectifs de ces espèces sauvages ont décliné de 52 % entre 1970 et 2010. Autrement dit, la taille de ces populations a fondu de moitié en moins de deux générations, ce qui représente un recul beaucoup plus marqué que celui précédemment estimé (– 28 %). Dans le détail, les espèces d'eau douce sont les plus durement touchées avec une chute de 76 % entre 1970 et 2010, contre un déclin de 39 % pour les espèces marines et les espèces terrestres.

« Nous avons enrichi notre base de données d'un millier de populations, mais surtout, nous avons changé de méthodologie, explique Christophe Roturier, directeur scientifique du WWF France. Nous avions auparavant surreprésenté dans notre indice les espèces de mammifères et d'oiseaux par rapport aux reptiles, amphibiens et poissons. Nous avons donc pondéré chaque espèce par rapport à sa réelle importance dans les écosystèmes. »

Si ce déclin touche l'ensemble du globe, les pertes les plus lourdes sont observées sous les tropiques (– 56 % contre – 36 % dans les zones tempérées). L'Amérique latine est la région la plus affectée (– 83 %), suivie par l'Asie-Pacifique. Au contraire, dans les aires terrestres protégées, l'IPV a diminué de « seulement » 18 %.

Le déclin de la biodiversité touche davantage les tropiques (– 56 %) que les zones tempérées (– 36 %).

Les principales menaces pesant sur les espèces sauvages sont la disparition et de la dégradation de leurs habitats (du fait de la déforestation, de l'urbanisation ou encore de l'agriculture), la chasse et la pêche (intentionnelle, à des fins alimentaires ou sportives, ou accidentelle comme les prises accessoires), la pollution et le changement climatique, dont les effets devraient être de plus en plus forts.

Lire : Avec le réchauffement, les espèces marines migrent vers les pôles

Principales menaces pour les espèces.

L'HUMANITÉ CONSOMME 1,5 TERRE

Second indice du rapport, l'empreinte écologique mesure la pression qu'exerce l'homme sur la nature. Elle calcule précisément les surfaces terrestres et maritimes nécessaires pour produire chaque année les biens et services que nous consommons (nourriture, combustibles, espace pour les constructions, etc) et absorber les déchets que nous générons.

Selon le WWF, l'empreinte écologique de l'humanité atteignait 18,1 milliards d'hectares globaux (hag, hectares de productivité moyenne) en 2010, soit 2,6 hag par personne. Le problème, c'est que cette empreinte mondiale, qui a doublé depuis les années 1960, excède de 50 % la biocapacité de la planète, c'est-à-dire sa faculté à régénérer les ressources naturelles et absorber le CO2, qui elle, s'élevait à 12 milliards de hag (1,7 hag par personne). Au final, en 2010, l'humanité a utilisé l'équivalent d'une planète et demie pour vivre, et a donc entamé son « capital naturel ». La moitié de cette surconsommation est imputable aux émissions de CO2 (53 %), en grande partie dus aux combustibles fossiles (charbon, pétrole et gaz naturel).

Composantes de l'empreinte écologique.

Ce « dépassement », où ce jour à partir duquel l'humanité vit à crédit – qui intervient de plus en plus tôt dans l'année – est possible car nous coupons des arbres à un rythme supérieur à celui de leur croissance, nous prélevons plus de poissons dans les océans qu'il n'en naît chaque année, et nous rejetons davantage de carbone dans l'atmosphère que les forêts et les océans ne peuvent en absorber. Conséquence : les stocks de ressources s'appauvrissent et les déchets s'accumulent plus vite qu'ils ne peuvent être absorbés ou recyclés, comme en témoigne l'élévation de la concentration de CO2 dans l'atmosphère.

Lire : Concentration record des gaz à effet de serre en 2013

« Si l'innovation technologique, telle que l'amélioration de l'efficacité de la consommation des ressources et de l'énergie peut permettre de réduire le dépassement, elle nous expose aussi à de nouveaux dilemmes : ainsi, la progression de la biocapacité agricole grâce à l'emploi d'engrais et à la mécanisation s'est-elle effectuée en consommant davantage de combustibles fossiles, donc en augmentant l'empreinte carbone », prévient le rapport.

LE KOWEÏT, PLUS FORTE EMPREINTE ÉCOLOGIQUE PAR HABITANT

Quels pays exercent la plus grande pression sur les écosystèmes ? Ce sont ceux qui émettent le plus de CO2 : la Chine, les Etats-Unis, l'Inde, le Brésil et la Russie. A eux cinq, ils pèsent près de la moitié de l'empreinte écologique mondiale.

Ramené par habitant, cet indice donne un classement très différent. Cette fois, ce sont les pays aux revenus les plus élevés qui sont les plus fautifs. Ainsi, l'empreinte écologique record par tête est détenue par le Koweït (10,5 hag par habitant, soit 6 fois ce que la Terre peut produire), suivi du Qatar, des Emirats arabes unis, du Danemark et de la Belgique, qui se situent autour de 8 hag par habitant. La France se classe à la 23e position, avec 4,5 hag, soit bien plus que la moyenne mondiale (2,6) ou que la biocapacité de la Terre (1,7). L'Afghanistan, Haïti, l'Erythrée, la Palestine et le Timor oriental possèdent quant à eux l'empreinte la plus faible, avec environ 0,4 hag par habitant.

L'empreinte écologique par habitant, par pays, en 2010

TROP D'EAU CONSOMMÉE

Enfin, le troisième indice du rapport Planète vivante, l'empreinte eau permet de saisir l'ampleur des volumes d'eau douce (prélevée dans les lacs, rivières, réservoirs et aquifères) et d'eau de pluie nécessaires à nos modes de vie. La production agricole engloutit 92 % de l'empreinte eau globale, devant la production industrielle (4,4 %) et les usages domestiques (3,6 %).

Si l'Inde et la Chine sont en tête (avec les Etats-Unis) des pays ayant la plus forte empreinte eau, c'est qu'elles exportent massivement des biens intensifs en eau, qu'ils soient agricoles ou industriels, à destination des pays développés. Ce qui augmente les pressions sur des zones fragiles souvent dépourvues de politiques de conservation de cette ressource rare. Aujourd'hui, plus d'un tiers de la population mondiale, soit environ 2,7 milliards de personnes, vit dans des bassins fluviaux connaissant une grave pénurie d'eau pendant au moins un mois par an.

Les pénuries d'eau dans le monde.

Cette tendance devrait aller en s'aggravant avec l'augmentation de la population, qui a déjà presque triplé depuis 1950, pour atteindre 7 milliards en 2011, et devrait encore croître à 9,6 milliards en 2050 et 11 milliards en 2100. « L'humanité peut réussir à décorréler son développement de son empreinte écologique, assure Philippe Germa, directeur général du WWF France. Il faut pour cela préserver le capital naturel, notamment en arrêtant de surexploiter les stocks halieutiques, produire mieux, avec moins d'intrants et de déchets et plus d'énergies renouvelables, et réorienter les flux financiers, en prenant en compte les coûts environnementaux et sociaux. »

 

(Journaliste au service Planète du Monde)/ LeMonde.fr

Info: http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/09/30/la-terre-a-perdu-la-moitie-de-ses-populations-d-especes-sauvages-en-quarante-ans_4496200_3244.html

 

 

Posté par meterologue à 12:55:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Info/Inondation/Orages: Précipitations exceptionnelles dans le Sud-Est

Précipitations exceptionnelles dans le Sud-Est

Après un premier épisode de fortes pluies orageuses du 16 au 18 septembre dans le Sud-Est, un nouvel épisode méditerranéen d'une intensité exceptionnelle touche le Languedoc-Roussillon depuis la fin de nuit de dimanche.

Ces épisodes de pluies intenses sont typiques de la saison automnale en Méditerranée. Le phénomène actuel est lié à la confrontation entre un flux de sud chaud et humide dans les basses couches de l'atmosphère et de l'air froid en altitude. Cela a entraîné la formation d'une ligne orageuse marquée. Cette perturbation est restée quasi-stationnaire, bloquée sur le sud de la France. Des cumuls de pluie exceptionnels ont été observés.

 

 Montpellier 29 septembre 2014 16h02Depuis le début de cet épisode méditerranéen, dimanche 28 septembre au soir et jusqu'à ce mardi 30 septembre (4 heures), on a relevé les cumuls suivants :


299 mm* à Montpellier (près de 4 mois de pluie d'un mois de septembre**)
160 mm à Pézenas (plus de 2 mois de pluie)
156 mm à Bézier (plus de 2 mois de pluie)
153 mm à Prades-Le-Lez (près d'un mois et demi de pluie)
124 mm à Narbonne (un peu moins de 2 mois de pluie)
 88 mm à Perpignan (plus de 2 mois de pluie)

 

Photo : Montpellier, le 29 septembre 2014 à 16h02 - © Infoclimat/Obichel

Record de précipitations quotidiennes à Montpellier
À Montpellier, le record absolu de précipitations en une journée a été battu en seulement 3 heures.  Entre 15h et 18h, 253 mm de précipitations se sont abattus sur la ville.
Entre 15h et 16h, il est tombé 91 mm, 93 mm de 16h à 17h. On observe en moyenne ce type de cumuls horaires moins d'une fois par siècle dans cette ville.

Pour suivre l'évolution de la situation, consultez la carte de vigilance météorologique et les bulletins de suivi.

Cumul de pluie du 28 au 30 septembre 2014

Cumuls de précipitations sur 2 jours entre le 28 et le 30 septembre 2014 à 6h UTC  © Météo-France

(cliquez sur l'image pour l'agrandir)


* : 1 mm = 1 L/m2
** : normales 1981-2010

(Source: Météo France)

Posté par meterologue à 12:35:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,



lundi 29 septembre 2014

Info: Orages, inondations : l'Hérault placé en vigilance rouge

Orages, inondations : l'Hérault placé en vigilance rouge

 

Ce lundi 29 septembre après-midi l'Hérault est fortement touché par des pluies orageuses. Le département est en vigilance rouge jusqu'à mardi 10 h. Le point.

C'est un véritable déluge qui s'abat sur une partie de l'Hérault depuis ce lundi midi. Les quantités d'eau pourront atteindre 90 à 130 mm en plaine, jusque 200 mm sur le relief. Le département a été placé en vigilance rouge à 16 h 10 par Météo France. Cette alerte est valable jusqu'à mardi 10 h.

Montpellier et son agglomération

Predict, une filiale de Météo France, appelle les habitants de la région de Montpellier à la plus grande prudence. Les pluies, déjà très intenses en début d'après-midi, se poursuivront sans discontinuer probablement jusqu'à ce soir. "Une telle situation, très préoccupante, ne s'est pas produite au moins depuis 2003 sur le grand Montpellier", explique Alix Roumagnac, le dirigeant de Predict. Sur France Bleu Hérault, Roland Mazurie, délégué départemental de Météo France, a assuré que la soirée s'annonçait "très difficile dans l'Est de l'Hérault avec de très grosses pluies".

En début d'après-midi, le Lez est sorti de son lit. Les autres rivières inquiètent également. Les bus et les tram était quant à eux à l'arrêt en milieu d'après-midi. Et de nombreuses routes étaient inondées. La Ville de Montpellier "recommande à tous ses habitants de limiter leurs déplacements".

LE DIRECT DE FRANCE BLEU HÉRAULT

 

 

(Midi Libre)

Posté par meterologue à 17:06:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Info/Météo/Orages/URGENT: VIGILANCE ROUGE POUR L'HERAULT(34)

VIGILANCE ROUGE POUR L'HERAULT(34)

Phénomène en cours.
Fin de phénomène prévue le mardi 30 septembre 2014 à 10h00

En Vigilance: Aude (11), Gard (30), Hérault (34) et Pyrénées-Orientales (66).

Faits nouveaux :
Le département de l'Hérault est passé en vigilance ROUGE.
Le département du Gard est passé en vigilance ORANGE.
La fin d'événement a été retardée au mardi 30 à 10 HL.

Situation actuelle :
Il est tombé depuis la nuit du dimanche 28 au lundi 29, de 60 à 140 mm sur l'est des Pyrénées-Orientales, de 70 à 160 mm sur l'est de l'Aude.
Sur le département du Gard, il est tombé de 20 à 100 mm, essentiellement sur l'ouest du département.
Sur le département de l'Hérault, il est déjà tombé depuis ce lundi 29 au matin de 40 à 130 mm sur la moitié ouest de l'Hérault, et de 70 à 220 mm sur la moitié Est du département.
Les intensités relevées ont été très fortes (85 mm/h relevé à Montagnac et à Puechabon, 75 mm/h relevé à St-Jean- de Védas. Il est tombé en plusieurs endroits plus de 180 mm en moins de trois heures.


Evolution prévue :
Sur les Pyrénées-Orientales et l'Aude, après une accalmie, de nouvelles vagues pluvio-orageuses sont attendues, sans doute en cours d'après-midi et soirée du lundi 29 et en deuxième partie de nuit du lundi 29 au mardi 30.
On attend sur ces départements (surtout les moitiés est) sur la période lundi 08 hl à mardi 08 hl soit en 24 heures, de 30 à 50 mm et localement de 70 à 120 mm, qui pourront se rajouter aux précipitations déjà tombées.
Sur le département du Gard, il va continuer à pleuvoir. On pourrait d'ici mardi 30 en matinée relever de 60 à 100 mm supplémentaires.
Sur l'Hérault les pluies, parfois orageuses, vont se poursuivre jusqu'en matinée de mardi 30, en plusieurs vagues pluvieuses.
Les intensités pourront être fortes : fréquemment 40 à 50 mm/h, parfois 60 à 85 mm/h.
On attend d'ici mardi 30 en matinée de 80 à 100 mm supplémentaires et localement jusqu'à 150/200 mm supplémentaires, principalement sur l'est de l'Hérault.
Le cumul global sur l'épisode, pourrait donc atteindre localement 200 à 350 mm.
Sur l'ensemble de l'épisode, soit en environ 36 heures, les cumuls pourraient atteindre localement 250 à 350 mm.

 

(Météo France)

Posté par meterologue à 17:03:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 27 septembre 2014

Info/Insolite/Etrange/Monde: Le Kansas se prépare à une invasion... de zombies

Le Kansas se prépare à une invasion... de zombies

Zombie

Zombie / Crédits : DR

Insolite: C'est très sérieux : le gouverneur du Kansas Sam Brownback a demandé à ses administrés de se tenir prêt en cas d'invasions de zombies.

Les Américains sont-ils fous ? Le gouverneur du Kansas Sam Brownback a demandé aux administrés de son État de se tenir prêt en cas d'attaque de zombies. Celui-ci envisage même de déclarer officiellement le mois d'octobre "mois des zombies".

Cependant, ce n'est pas tant les préparatifs de la défense de l'Etat contre les mangeurs de chair humaine que le gouverneur veut mettre en pratique mais plutôt sur la sensibilisation de la planification des secours en cas de catastrophe naturelle.

Une attaque de zombies en vue d'une tornade

La simulation d'une attaque de zombies serait, d'après les services de l'Etat, un bon moyen de se préparer au pire. "Si vous êtes équipé pour gérer une invasion de zombies, alors vous êtes prêt pour les tornades, les tempêtes, les incendies ainsi que toute autre catastrophe naturelle dont le Kansas fait face habituellement", explique Devan Tucking, agent des services sociaux avec la division de la gestion des urgences du Kansas.

L'Etat demande alors aux habitants de concevoir un plan de survie qu'ils pourraient mettre en œuvre dans le cas (peu) probable ou une attaque de ce genre surviendrait.

Véritable phénomène de mode, le collège de la Virginie du Nord prévoit une invasion de zombies sur son campus afin que les étudiants puissent plancher sur la meilleure façon de planifier le désastre. En France on connaissait déjà les "Zombies Walk", à quand l'invasion d'HEC ?!

Source: E.L/ MyTFI

Posté par meterologue à 16:50:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 26 septembre 2014

Info/Météo/Monde: La Finlande a connu sa première offensive hivernale

La Finlande a connu sa première offensive hivernale

En ce début de saison froide, la neige s'est invitée cette semaine pour la première fois sur la Finlande par l'est du pays mardi, avant de gagner, en s'intensifiant, le centre et le nord du pays mercredi. On a relevé jeudi matin jusqu'à 20 cm à Rovaniemi. Cette première offensive neigeuse s'est évacuée en faiblissant par le nord du pays jeudi. D'ordinaire sur cette région, les premiers vrais épisodes neigeux ont plutôt lieu vers le 10 octobre.

Un début de semaine sous l'influence d'une masse d'air polaire
Au cours du week-end des 20 et 21 septembre, une zone de basses pressions, initialement centrée sur la Scandinavie, s'est progressivement décalée vers les pays baltes et le nord-ouest de la Russie, provoquant une aspiration d'air polaire sur la plus grande partie de la Suède, de la Norvège et de la Finlande dans la journée de dimanche. Conséquence : en début de semaine, les températures ont chuté. On a par exemple relevé pour la première fois de la saison -10 °C à Vilhelmina, en Suède mardi 23 et mercredi 24 au matin.

PmerT850FinlandeSept14actu

Pression au niveau de la mer et température à 850 h Pa (en violet et bleu les masses d'air froid, en jaune les masses d'air chaud) du 23 septembre à 06 UTC au 26 septembre 2014 à 00 UTC - Modèle Arpège du 23 septembre 2014 à 00 UTC © Météo-France  (Cliquez sur l'animation pour l'agrandir).


Au sein de cette zone de basses pressions, une dépression s'est creusée sur le nord-ouest russe entre lundi et mardi. À la limite entre cet air polaire et la masse d'air moins froide située sur la Russie, la bande frontale, jusque là pluvieuse, a commencé à prendre un caractère neigeux dans la nuit de lundi à mardi. La neige est tombée sur l'est finlandais : mardi matin, on relevait ainsi 7 cm à Ilomasti-Mekrojarvi.

Les flocons ont ensuite gagné les régions centrales et septentrionales du pays entre mardi et mercredi. Mercredi matin, on relevait 6 cm à Suomussalmi Pesio. Les chutes de neige ont été plus intenses et étendues du centre au nord de la Finlande pendant la journée de mercredi, débordant également sur le nord de la Suède. Jeudi matin, on a ainsi relevé jusqu'à 20 cm à Rovaniemi, 13 cm à Kemijarvi Lentokentta, 11 cm à Pudasjarvi. Les chutes de neige se sont estompées jeudi, alors que la dépression se décalait vers le nord-ouest, coupant l'alimentation en air polaire.


Un retour à des conditions plus clémentes en fin de semaine
Sous l'influence d'une nouvelle dépression assez creuse, cette fois en mer de Norvège, de l'air relativement doux a regagné la Suède, la Norvège et la Finlande ce vendredi 26 septembre, et mis fin à ce premier coup de froid de la saison. On a relevé à la mi-journée 6 °C à Rovaniemi avec un vent de sud et une faible pluie qui a fait fondre la couche neigeuse.

ImSatScanSept14actu

Image du satellite géostationnaire MSG3-MET10 le vendredi 26 septembre à 12h UTC - © Météo-France (Cliquez sur l'image pour l'agrandir).

Ce premier épisode hivernal fait suite à un été chaud sur la Scandinavie. À Rovaniemi, la température a été supérieure de 4 à 5°C aux normales en juillet, avec des températures proches des records absolus (29,8°C le 22 juillet, record à 30,7°C). Mais c'est surtout en Norvège que de nombreux records avaient été battus cet été.

 

Source: Météo France

Posté par meterologue à 15:46:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 25 septembre 2014

Info/Météo: Brouillard d’automne

Brouillard d’automne

Jeudi 25 septembre au matin, l'automne s'est installé sur l'Hexagone avec ses bancs de brouillard, parfois denses. Des conditions anticycloniques, avec un net refroidissement nocturne, conjuguées à un vent faible ont favorisé l'apparition de ce phénomène météorologique, courant à cette saison.
La visibilité a parfois été fortement réduite en début de journée. Elle ne dépassait pas, par exemple, à 7 heures:

50 m à Romorantin et à Avord
100 m au Mans, à Orléans, à La Rochelle et à Bourges
200 m à Lorient, à Rennes, à Saint-Quentin et à Bergerac
300 m à Rodez
450 m au Bourget
500 m à Saint-Nazaire
600 m à Roissy et à Brest

Par endroit le brouillard s'est même épaissi dans la matinée, avec une visibilité réduite à 100 m à Brest à 8 h ou encore à 50 m à Niort à  9h. Au cours de la matinée, avec la hausse des températures, le brouillard s'est progressivement dissipé sauf dans le Centre où il était encore tenace à 11h.


Un phénomène météorologique complexe

Le brouillard est la suspension dans l'atmosphère de très petites gouttelettes d'eau réduisant la visibilité au sol à moins d'un kilomètre. L'automne est la saison la plus favorable à sa formation. Pour en savoir plus sur ce phénomène et découvrir les types de brouillard existants, consultez notre dossier sur le brouillard.

Le brouillard est un phénomène particulièrement dangereux pour tous les types de transports, routiers, aéronautiques ou maritimes. Des prévisions de brouillard sont élaborées à fine échelle sur les zones où elles représentent un enjeu majeur, comme les aéroports. Les chercheurs de Météo-France réalisent des études pour mieux connaître ce phénomène et améliorer sa prévision sur l'ensemble du territoire. Pour en savoir plus, consultez notre dossier sur les activités de recherche sur le brouillard.

 image du 250914 7h utc
Image satellite en composition colorée du jeudi 25 septembre à 7h UTC, en ocre sur la France les nuages bas et brouillards © Météo-France

 

Source: Météo France

Posté par meterologue à 11:59:54 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,



Fin »