Le Blog d'Alexis

lundi 16 octobre 2017

Médias/Lorraine: (REECOUTEZ) Intervention de Alexis Jannot à France Bleu Sud Lorraine ce Lundi 16 Octobre 2017

Intervention de Alexis Jannot à France Bleu Sud Lorraine ce Lundi 16 Octobre 2017

Afficher l'image d'origine

Intervention de Alexis Jannot à France Bleu Sud Lorraine ce Lundi 16 Octobre 2017 à 07h52 dans la météo de France Bleu Matin.

France Bleu Sud Lorraine émet en Meurthe et Moselle sud et sur les Vosges principalement mais aussi sur internet.

 

Réecoutez l'intervention ci dessous:

 

 

 Le Blog d'Alexis

 

Posté par meterologue à 08:09:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


mercredi 11 octobre 2017

Info/Météo/Sécheresse/Lorraine: Point de Suivi d'Etiage en Lorraine au 11 Octobre 2017

Point de Suivi d'Etiage en Lorraine au 11 Octobre 2017

 

> En Lorraine

Dans un contexte automnal, et malgré le retour de températures plus fraiches alliées à une baisse de l'activité végétative, le déficit d'écoulement enregistré depuis plusieurs mois est encore bien marqué sur le sud des bassins Meuse et Moselle. Les zones "Meuse amont" et "Moselle amont, Meurthe" sont en situation d'alerte.
La situation hydrologique est plus favorable sur les bassins situés plus au nord. Les zones "Meuse aval, Chiers" et "Moselle aval, Orne, Nied, Seille" sont en situation normale.
Situation normal pour les bassins du Sarre et du Rhin.

 

Ouest Meuse: La situation des bassins versants s’améliore par rapport au dernier bulletin. Le bassin Saulx-Ornain passent de l’état d’alerte à un état normal. Les bassins suivant sont en état d’alerte Marne amont. L'Aisne Amont est en situation normal.
 
 

 

*On distingue plusieurs types de sécheresses :

- La sécheresse météorologique correspond à un déficit prolongé de précipitations.
- La sécheresse des sols, dite « agricole », se caractérise par un déficit en eau des sols superficiels (entre 1 et 2 m de profondeur), suffisant pour altérer le bon développement de la végétation. Elle dépend des précipitations et de l'évapotranspiration des plantes. Cette notion tient compte de l'évaporation des sols et de la transpiration des plantes (l'eau puisée par les racines est évaporée au niveau des feuilles). La sécheresse agricole est donc sensible aux précipitations, à l'humidité et à la température de l'air, au vent mais aussi à la nature des plantes et des sols.
- La sécheresse hydrologique se manifeste enfin lorsque les lacs, rivières ou nappes souterraines montrent des niveaux anormalement bas. Elle dépend des précipitations mais aussi de l'état du sol influant sur le ruissellement et l'infiltration. Le réseau hydrographique et les caractéristiques des nappes déterminent les temps de réponse aux déficits de précipitations observés sur différentes périodes.
Ces « différentes » sécheresses peuvent intervenir à divers moments, non forcément concomitants et ne sont pas forcément systématiques.

 

(Avec Météo France et Dreal Grand Est)

 

Posté par meterologue à 11:26:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Info/Météo/Lorraine: Sécheresse: La Moselle, la Meurthe et Moselle et les Vosges en Etat d'Alerte renforcée.

Sécheresse: La Meurthe et Moselle Etat d'Alerte renforcée, Fin des restrictions en Moselle et dans les Vosges.

 

> Vosges

* Le 03 Octobre 2017: A l’issue de la période estivale, Monsieur Jean-Pierre CAZENAVE-LACROUTS, Préfet des Vosges a décidé de ne pas reconduire l’arrêté préfectoral « sécheresse » du 31 août dernier, applicable jusqu’au samedi 30 septembre 2017

En effet, même si la situation hydrologique que dans le département n’est pas encore à son meilleur niveau, la pluviométrie de ces derniers jours et les perspectives météorologiques permettent la levée des principales restrictions en vigueur pour certains usages de l’eau.

La sécheresse de cette année a rappelé une nouvelle fois à chacun l’importance d’une gestion durable de la ressource en eau.

Le Préfet tient donc à remercier l’ensemble de la population du département et les élus pour leur participation active à l’effort collectif d’économie d’eau ainsi que les industriels du département appelés à limiter leur consommation.

Pour chaque citoyen, la prise de conscience – parfois brutale – de la rareté de l’eau et de sa valeur doit s’accompagner d’un changement dans les comportements quotidiens, les efforts de civisme de chacun étant une condition nécessaire au développement durable et à la sauvegarde des richesses naturelles

 

 

* Le 31 Août 2017: Le Comité départemental sécheresse s’est réuni ce mardi 29 août 2017 en Préfecture des Vosges afin de réaliser un point de situation de la ressource en eau dans le département.

Du fait de la persistance de températures élevées et de trop rares précipitations, il est constaté un faible débit des cours d’eau et une baisse accentuée du niveau des nappes phréatiques. Des pénuries d’eau potable apparaissent sur les réseaux d’alimentation de certaines collectivités, ainsi qu’une forte dégradation des milieux aquatiques et piscicoles.

C’est pourquoi le Préfet des Vosges appelle à un comportement responsable et parcimonieux en matière de consommation de la ressource en eau et décide de maintenir les mesures renforcées de restriction de certains usages de l’eau jusqu’alors en vigueur dans l’ouest du département et de les étendre sur l’ensemble du département des Vosges.

En conséquence, à compter du 1er septembre et jusqu’au 30 septembre inclus, l’interdiction des usages suivants considérés comme non prioritaires est reconduite sur l’ensemble du département des Vosges, hors impératifs sanitaires ou de sécurité civile :

- l’utilisation de l’eau à titre privé pour le lavage des véhicules hormis ceux réalisés dans une station professionnelle équipée de dispositif de recyclage de l’eau ;

- le remplissage des piscines à usage privé à l’exception des piscines hors sol d’une capacité inférieure à 1m3 d’eau et sauf si la mise en eau d’un bassin en construction est nécessaire à l’installation des dispositifs de protection ;

- l’arrosage, entre 8 heures et 20 heures des pelouses, espaces verts privés ou publics, des espaces sportifs ou jardins d’agrément ; l’arrosage manuel des plantes d’ornement reste toléré ;

- l’arrosage des jardins potagers de 8 heures à 20 heures ;

- le fonctionnement des fontaines publiques en circuit ouvert ;

- le lavage des voiries, terrasses, façades et toitures. 

Par ailleurs, le remplissage ou la vidange des étangs et des plans d’eaux de loisirs à usage personnel reste interdit.

Tout prélèvement dans un cours d’eau à des fins d’arrosage, non autorisé par arrêté préfectoral est interdit à l’exception des besoins liés à la sécurité civile.

Les travaux ou activités en lit mineur de cours d’eau sont décalés jusqu’au retour d’un débit plus élevé à l’exception des travaux d’urgence.

Les agriculteurs sont invités à éviter toute consommation d’eau non indispensable telle que le lavage des véhicules et engins et le lavage des locaux et matériels sans contact alimentaire.

Les industriels sont invités à prendre toute disposition pour limiter les consommations d’eau non strictement indispensables. Les prélèvements effectués pour alimenter les canaux ou conduites de dérivation des micro-centrales hydrauliques en arrêt de production sont interdits. Les centrales devront être arrêtées à partir du moment où le débit réservé ne pourra plus être respecté.

Les manœuvres des vannes des ouvrages de retenue pouvant modifier le régime hydraulique des cours d’eau sont soumis à l’accord préalable du service de police de l’eau.

Voies Navigables de France veillera à assurer une exploitation optimisée de ses réserves d’alimentation du canal des Vosges afin de préserver l’alimentation des cours d’eau.

Ces mesures de restriction, applicables dès maintenant et jusqu’au 30 septembre inclus, sont susceptibles d’être aggravées en fonction de l’évolution prochaine de la situation météorologique et hydrologique.

Les contrevenants aux dispositions de cet arrêté préfectoral s’exposent à une peine d’amende allant jusqu’à 1500 € voire 3000 € en cas de récidive.

Arrêté n° 349-2017 du 31-08-2017 portant limitation de certains usages de l'eau dans le département des  Vosges 

 

 

* Le 31 Juillet 2017: Le Comité départemental sécheresse s’est réuni ce mardi 25 juillet 2015 en Préfecture des Vosges afin de réaliser un point de situation de la ressource en eau dans le département

Aussi, compte-tenu des faibles débits des cours d’eau et d’un indice de sécheresse des sols élevé dans l’ouest du département, M. Jean-Pierre CAZENAVE-LACROUTS, Préfet des Vosges a décidé de relever, par arrêté, au niveau « alerte renforcée » les mesures de limitation provisoires de certains usages de l’eau sur le bassin de la Meuse amont .

Compte-tenu d’une situation un peu plus favorable mais encore fragile sur le bassin de la Moselle, de la Meurthe et de la Saône,  M. Jean-Pierre CAZENAVE-LACROUTS, Préfet des Vosges a décidé de maintenir, par un arrêté, au niveau « alerte » les mesures de limitation provisoires de certains usages de l’eau sur ces bassins.

Les communes concernées par les mesures d’ alerte ou d’alerte renforcée sont annexées aux arrêtés téléchargeables ci-dessous.

En conséquence, à compter de ce vendredi 28 juillet et jusqu’au 31 août 2017, les usages de l’eau considérés comme non prioritaires, sont interdits dans l’ensemble du département des Vosges pour les eaux provenant des nappes souterraines, des cours d’eau et de leurs nappes d’accompagnement, à savoir (en gras figurent les mesures spécifiques à la zone située en « alerte renforcée ») :

- le remplissage des piscines à usage privé d’une capacité supérieure à un mètre cube sauf si la mise en eau d’un bassin en construction est nécessaire à l’installation des dispositifs de protection,

- le lavage des véhicules sauf dans les stations professionnelles équipées d’un système de recyclage de l’eau,

- le lavage des voiries et des trottoirs, le nettoyage des terrasses et façades sauf dérogation pour salubrité publique,

- l’arrosage des pelouses et espaces verts publics ou privés (incluant les bacs à fleurs et balconnières) et des terrains de sports (sauf terrains de compétition niveau national) de 8h à 20h. Cette interdiction ne concerne pas l’arrosage manuel des plantes d’ornement qui est toléré,

- l’arrosage des jardins potagers de 8h à 20h. Durant cette période, seul un arrosage manuel est autorisé,

- l’alimentation des fontaines publiques pour les fontaines en circuit ouvert dans la mesure du possible,

- le remplissage des plans d’eau excepté pour les activités commerciales. Seuls les prélèvements par dérivation en alimentation régulière sont autorisés dans la limite des débits minimums imposés par les règlements d’eau. Une attention particulière sera apportée au respect des débits réservés pour le cours d’eau, conformément à la réglementation en vigueur.

- Tout prélèvement dans un cours d’eau à des fins d’arrosage, non autorisé par arrêté préfectoral est interdit à l’exception des besoins liés à la sécurité civile.

- Pour les ouvrages hydrauliques (gestion des barrages réservoirs) : les manœuvres rapides des vannes des ouvrages de retenue pouvant modifier le régime hydraulique des cours d’eau sont soumis à l’accord préalable du service de police de l’eau

- les travaux ou activités en lit mineur de cours d’eau sont décalés jusqu’au retour d’un débit plus élevé à l’exception des travaux d’urgence devant être autorisés par la police de l’eau.

- Les vidanges des piscines destinées à recevoir du public sont interdites sauf dérogations sanitaires.

- le remplissage ou la vidange des plans d’eaux de loisirs à usage personnel est interdit.

Enfin, les industriels sont invités à prendre toute disposition pour limiter les consommations d’eau non strictement indispensables et les prélèvements effectués pour alimenter les canaux ou conduites de dérivation des micro-centrales hydrauliques en arrêt de production sont interdits.

Les contrevenants aux dispositions de l’arrêté préfectoral s’exposent à une peine d’amende allant jusqu’à 1 500€ voire 3 000€ en cas de récidive.

Ces mesures de restriction applicables dès maintenant et jusqu’au 31 août pourront être renforcées, prolongées ou abrogées en fonction de l’évolution de la situation météorologique et hydrologique.

> Arrêté n° 298/2017 portant limitation provisoire en zone "Moselle amont et Meurthe" et "Saône amont" - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,39 Mb

> Arrêté n° 299/2017 portant limitation dans la zone Meuse amont et médiane (zone alerte renforcée) - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,30 Mb

 

 

* Le 06 Juillet 2017: Le déficit pluviométrique global qui perdure depuis l'automne dernier a entraîné une baisse générale des débits de tous les cours d'eau dans les bassins versants de la Meuse, de la Moselle, et de la Saône.

Cette situation résulte des faibles hauteurs de pluie enregistrées dans les derniers mois dans l’ensemble du département, même si le déficit est plus marqué dans l’Ouest.

Les niveaux des nappes souterraines sont également bas pour la saison. Même si des précipitations intervenaient dans les semaines à venir, elles ne permettraient pas de combler rapidement le déficit accumulé.

Cette situation d’étiage (débit minimal d'un cours d'eau) entraîne des risques de pénurie d’eau potable sur les réseaux d’alimentation de certaines collectivités ainsi qu’une forte dégradation des milieux aquatiques dans les eaux de surface du département des cours d’eau.

Dans ces conditions, Monsieur Jean-Pierre CAZENAVE-LACROUTS, préfet des Vosges, a réuni le comité sécheresse le jeudi 29 juin dernier. A l’issue de la réunion, le préfet a décidé de prendre un arrêté limitant provisoirement certains usages de l’eau dans l’ensemble du département, à savoir :

Sont interdits pour les particuliers et collectivités :

- le remplissage des piscines à usage privé d’une capacité supérieure à 1 mètre cube sauf si la mise en eau d’un bassin en construction est nécessaire à l’installation des dispositifs de protection
- le lavage des véhicules sauf dans les stations professionnelles
- le lavage des voiries et des trottoirs, le nettoyage des terrasse et façades sauf dérogation pour salubrité publiques
l’arrosage des pelouses et espaces verts publics ou privés (incluant les bacs à fleurs et balconnières) et des terrains de sports (sauf compétition de niveau national) de 8h00 à 20h00. Cette interdiction ne concerne pas l’arrosage manuel des pantes d’ornement qui est toléré.
- l’arrosage des jardins potagers de 8h à 20h ; seul un arrosage manuel est autorisé.
- l’alimentation des fontaines publiques en circuit ouvert
le remplissage des plans d’eau excepté pour les activités commerciales

Ces interdictions s’appliquent, qu’il s’agisse d’eau provenant du réseau d’alimentation public, de prélèvements dans les cours d’eau ou leur nappe d’accompagnement (nappe en équilibre avec les rivières), ou de puits personnels.

Des mesures spécifiques sont également prises pour les usages industriels et commerciaux, pour la gestion des ouvrages hydrauliques et de la navigation, ainsi que pour les rejets dans le milieu naturel.

L’ensemble de ces dispositions sont applicables jusqu’au 31/07/2017. Le Préfet des Vosges réunira à nouveau le comité départemental sécheresse le 25 juillet prochain ; en fonction de l’évolution de la situation météorologique et hydrologique il pourra être conduit à renforcer, prolonger ou abroger les mesures prises.

Les contrevenants s’exposent à des amendes (1 500 euros, 3 000 euros pour les récidivistes).

 

* Le 23 Juin 2017: La Préfecture des Vosges appelle la population à une utilisation économe de la ressource.

Compte tenu du manque de précipitations, d'un temps sec et ensoleillé depuis plusieurs semaines, la situation de la ressource en eau est préoccupante.

"Il n’y a pas à ce jour de difficultés généralisées dans l’approvisionnement en eau potable mais la situation commence à se fragiliser, tout particulièrement dans les têtes de bassin" précise les services de l’Etat.
Les niveaux des nappes souterraines sont bas pour la saison.
Un comité sécheresse doit se réunir le jeudi 29 juin. C'est lors de cette réunion que seront décidées d'éventuelles mesures de restrictions d'usage de l'eau.

En attendant, pour économiser l’eau, il est conseillé de :
- restreindre le lavage des voitures et l’arrosage
- réparer les fuites 
- ne pas faire couler l’eau inutilement.

Une forte baisse des débits des cours d’eau est aussi constatée dans les bassins versants de la Meuse, de la Moselle et de la Saône. C'est la conséquence des faibles hauteurs de pluie enregistrées dans les derniers mois. Le déficit le plus marqué est dans l'Ouest du département.
Plusieurs stations de référence vosgiennes viennent de franchir les seuils de vigilance : Roville-aux-Chênes, Soulosse-sous-Saint-Elophe, Monthureux-sur-Saône et Fontenoy-le-Château.

 

> Moselle

* Le 05 Octobre 2017: Suite à la réunion du comité sécheresse du 04 octobre 2017, la préfecture de la Moselle, levent les mesures de restrictions pour les zones de "Moselle aval, Orne, Seille et Nieds", "Moselle amont et Meurthe", "Sarre" et "Lauter, Sauer, Moder et Zorn". 

sauvegarder le fichier > arrete 90 du 4 octobre 2017-001-1 - format : PDF - 0,52 Mb - 05/10/2017  

 

* Le 13 Septembre 2017: Le retour de la pluie et les semaines pourries qui se profilent ne règlent aucunement le problème de déficit pluviométrique chronique que connaît la région depuis 2016.

Ceci a pour conséquence le maintien des mesures de limitation des usages de l’eau sur le département de la Moselle a annoncé ce mercredi 13 septembre la préfecture de la Moselle.

"Le déficit pluviométrique global actuel et l’absence de précipitations notables ces derniers mois, conjugués à des températures élevées, a entraîné une baisse générale des débits de tous les cours d’eau. Cette absence de pluviométrie a des incidences directes sur l’état de la ressource superficielle et souterraine, d’autant que les pluies récentes n’ont pas permis de combler le manque d’eau accumulé", écrivent les services préfectoraux. L’agglomération de Metz en plein cœur de la zone dite "Moselle aval, Orne, Nied, Seille" (487 communes) est particulièrement concernée puisqu’elle est toujours placée en alerte rouge.

Sur ce constat, il est donc toujours interdit, malgré l’humidité ambiante, de remplir les piscines (hormis les piscines publiques), de laver sa voiture chez soi, de nettoyer voiries et des trottoirs, ainsi que terrasses et façades, d’arroser entre 9 h et 20 h, d’alimenter les fontaines publiques et de remplir les plans d’eau. Les contrevenants s’exposent à des amendes (1 500 euros, 3 000 euros pour les récidivistes).

 

 

 

* Le 31 Juillet 2017: Modification des restrictions d'eau dans le département : Emmanuel BERTHIER, préfet de Moselle, a pris quatre arrêtés visant à répondre à la situation de sécheresse. 

> arrêté DDT/SABE/EAU n°58 du 28 juillet 2017 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 1,31 Mb

> arrêté DDT/SABE/EAU n°63 du 28 juillet 2017 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 1,31 Mb

> arrêté DDT/SABE/EAU n°64 du 28 juillet 2017 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 1,32 Mb

> arrêté DDT/SABE/EAU n°65 du 28 juillet 2017 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 1,31 Mb

 

 

*Le 06 Juillet 2017: Deux semaines après avoir placé la presque totalité du département en situation de vigilance, la préfecture de la Moselle renforce encore les restrictions d’eau par endroit. Le comité sécheresse, qui s’est tenu mardi, a décidé de prendre de nouvelles mesures de limitation, « en raison de la dégradation de la situation ». Les derniers relevés montrent en effet une baisse générale des débits de tous les cours. Toutefois, les restrictions – applicables dès à présent – sont « particulières et graduées » selon les bassins concernés. Au total, 820 communes du département et limitrophes vont devoir mieux gérer leur usage de l’eau.

Ainsi, la zone Moselle aval - Orne - Seille passe d’une situation d’alerte à l’alerte renforcée. Ce qui représente 487 communes touchées.

La zone Moselle amont - Meurthe reste maintenue en alerte (15 communes concernées).

La zone Lauter, Sauer, Moder et Zorn ainsi que la zone Sarre sont, elles, placées en vigilance (44 communes et 274 communes concernées).

 

Cette nouvelle phase implique des changements d’habitudes pour les particuliers et les collectivités. Les agriculteurs n’étant, pour l’heure, pas visés par les économies d’eau.

• Remplissage des piscines privées

Zones de vigilance : sensibilisation du grand public et des collectivités aux règles de bon usage et d’économie d’eau.

Zones d’alerte et d’alerte renforcée : interdiction, sauf si chantier en cours (hors piscines publiques, piscines d’établissements recevant du public et piscines d’hôtel).

• Lavage des véhicules

Zones de vigilance : sensibilisation du grand public et des collectivités aux règles de bon usage et d’économie d’eau.

Zones d’alerte : interdiction, sauf dans les stations professionnelles.

Zones d’alerte renforcée : interdiction, sauf dans les stations professionnelles équipées d’un système de recyclage.

• Lavage des voiries, trottoirs, nettoyage des façades et terrasses

Zones de vigilance : sensibilisation spécifiquement des maires pour limiter les usages de l’eau.

Zones d’alerte : limitation au strict nécessaire.

Zones d’alerte renforcée : interdiction, sauf dérogation pour la salubrité publique.

• Arrosage des pelouses, espaces verts publics ou privés et des terrains de sport (sauf de compétition nationale)

Zones de vigilance : sensibilisation spécifiquement des maires pour limiter les usages de l’eau.

Zones d’alerte : interdiction de 11h à 18h.

Zones d’alerte renforcée : interdiction de 9h à 20h.

• Arrosage des jardins potagers

Zones de vigilance : sensibilisation spécifiquement des maires pour limiter les usages de l’eau.

Zones d’alerte : interdiction de 11h à 18h. Arrosage uniquement manuel.

Zones d’alerte renforcée : interdiction de 9h à 20h. Arrosage uniquement manuel.

• Alimentation des fontaines publiques

Zones de vigilance : sensibilisation spécifiquement des maires pour limiter les usages de l’eau.

Zones d’alerte et d’alerte renforcée : interdiction pour les fontaines en circuit ouvert, dans la mesure du possible.

• Remplissage des plans d’eau

Zones de vigilance : sensibilisation spécifiquement des maires pour limiter les usages de l’eau.

Zones d’alerte et d’alerte renforcée : interdiction, exceptée pour les activités commerciales.

 

Ces interdictions s’appliquent, rappelle la préfecture, qu’il s’agisse d’eau provenant du réseau d’alimentation public, de prélèvements dans les cours d’eau ou leur nappe d’accompagnement (nappe en équilibre avec les rivières), ou de puits personnels.

Elles sont applicables dès à présent et jusqu’au 31 juillet, sauf évolution de la situation météorologique et hydrologique conduisant à renforcer, prolonger ou abroger les mesures prises.

Et parce que la ressource en eau est précieuse, les contrevenants s’exposent à des amendes d’un montant de 1 500 euros ou 3 000 euros pour les récidivistes.

(Avec le Républicain Lorrain)

 

 

*Le 23 Juin 2017: Jeudi soir, la préfecture a pris des mesures pour limiter l'usage de l'eau : arrosage et lavage sont soumis à des restrictions, mais pas seulement.

Les zones de gestion Moselle aval,Orne, Nied, Seille et Moselle amont et Meurthe placées en alerte sécheresse.

Il fallait s'y attendre, et l'épisode de canicule qui a touché la France cette semaine n'a pas arrangé la situation. Au contraire, le niveau des cours d'eau en Moselle a fortement baissé et la situation commence à être inquiétante. D'autant que la pluie ne semble toujours pas s'inviter dans le ciel lorrain pour les prochains jours. Un constat qui conduit la préfecture du département à prendre des mesures de restriction d'usage de l'eau, pour "anticiper une situation qui pourrait s’avérer difficile."

Retrouvez la liste des communes concernées en PDF

La limitation n'épargne personne : particuliers, collectivités, exploitants agricoles, industriels, bateliers...

  • L’arrosage des jardins, des pelouses, des massifs floraux, des potagers, des espaces verts et des espaces sportifs sont interdits de 11h à 18h
  • Le lavage des véhicules est interdit (sauf dans les stations professionnelles)
  • Le remplissage des piscines privées est interdit
  • Le lavage des voies publiques, des façades et terrasses et des immeubles est interdit

Selon les arrêtés pris par le Préfet, "ces interdictions s’appliquent, qu’il s’agisse d’eau provenant du réseau d’alimentation public, de prélèvements dans les cours d’eau ou leur nappe d’accompagnement (nappe en équilibre avec les rivières), ou de puits personnels."

 

> Meurthe et Moselle

*Le 28 Juillet 2017: Philippe MAHÉ, préfet de Meurthe-et-Moselle, a pris trois arrêtés modifiant les restrictions d'eau dans le département pour répondre à la situation de sécheresse.

A la suite de la faible pluviométrie et du niveau très bas des nappes phréatiques du département, le préfet de Meurthe-et-Moselle, Philippe MAHÉ, avait pris le 6 juillet 2017 dernier trois arrêtés plaçant les trois bassins versants que compte le département en situation d’alerte renforcée.

Pour rappel, il existe trois niveaux de restrictions liées à la sécheresse : la situation d’alerte, la situation d’alerte renforcée et la situation de crise.

En raison d'une légère amélioration constatée en matière de ressource en eau pour les bassins « Moselle amont et Meurthe » et « Meuse aval et Chiers », Philippe MAHÉ, préfet de Meurthe-et-Moselle, a pris ce jour deux arrêtés préfectoraux ramenant ces deux bassins en situation d’alerte.

En revanche, la situation du bassin « Moselle aval Orne Nied et Seille » ne s’est pas améliorée. Ce bassin est maintenu en situation d’alerte renforcée par arrêté préfectoral pris ce jour également, en accord avec la préfecture de Moselle.

Par conséquent, les principales mesures de restrictions s’appliquant aux particuliers et collectivités faisant partie des bassins « Moselle amont et Meurthe » et « Meuse aval et Chiers », placés en situation d’alerte, sont les suivantes :

- l'arrosage des jardins, des pelouses, des massifs floraux, des potagers, des espaces verts et des espaces sportifs est interdit de 11h à 18h

- le lavage des véhicules à domicile est interdit ;

- le remplissage des piscines privées est interdit ;

- le lavage des voies publiques, des façades, des terrasses et des immeubles est limité au strict nécessaire

Les principales mesures de restrictions s’appliquant aux particuliers et collectivités faisant partie du bassin « Moselle aval Orne Nied et Seille », placé en situation d’alerte, sont les suivantes :

- l'arrosage des jardins, des pelouses, des massifs floraux, des potagers, des espaces verts et des espaces sportifs est interdit de 9h à 20h ;

- le lavage des véhicules est interdit sauf dans les stations équipées d'un système de recyclage, d’économie d’eau ou équipée d’un système à haute pression

- le remplissage des piscines privées est interdit;

- le lavage des voies publiques, des façades, des terrasses et des immeubles est interdit (sauf dérogation pour salubrité publique).

Les maires sont chargés de veiller au respect de ces règles. Les contrevenants aux dispositions de l’arrêté préfectoral s’exposent à une peine d’amende allant jusqu’à 1 500€ voire 3 000€ en cas de récidive, mais la préfecture compte sur le civisme de nos concitoyens pour respecter ces mesures.

 Les trois arrêtés sont valables jusqu'au 15 septembre 2017.

> 2017 07 28 arrêté Moselle aval - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,67 Mb

> 2017 07 28 Meuse AVAL - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,64 Mb

> 2017 07 28 arrêté Moselle amont - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,65 Mb

> Carte_bassins - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,12 Mb

 

* Le 07 Juillet 2017: Alerte sécheresse renforcée pour la « Moselle aval Orne Nied et Seille », la « Moselle amont et Meurthe » et la « Meuse aval et Chiers »

L'absence de précipitations notables ces dernières semaines, conjuguée à des températures élevées a entraîné une baisse générale des débits de tous les cours d'eau dans le département. Les services de l'État ont en effet procédé cette semaine à des analyses exceptionnelles sur toutes les stations installées sur les cours d'eau.
En raison d'une aggravation constatée du niveau des cours d'eau, Philippe MAHÉ, préfet de Meurthe-et- Moselle, a placé en alerte renforcée le département par arrêtés préfectoraux (qui abrogent les arrêtés de bassin du 23 juin 2017). Sur trois niveaux de restrictions liées à la sécheresse, nous venons de passer au niveau 2. Cette décision implique des restrictions particulières sur les usages de l'eau, que ce soit pour les particuliers, les collectivités, les exploitants agricoles, les industriels, etc.

Ainsi les particuliers et les collectivités sont soumis, à compter de vendredi 7 juillet 2017 aux mesures suivantes :
- l'arrosage des jardins, des pelouses, des massifs floraux, des potagers, des espaces verts et des espaces sportifs est interdit de 9h à 20h ;
- le lavage des véhicules est interdit (sauf dans les stations équipées d'un système de recyclage);
- le remplissage des piscines privées est interdit ;
- le lavage des voies publiques, des façades, des terrasses et des immeubles est interdit (sauf dérogation pour salubrité publique).

Les maires sont chargés de veiller au respect de ces règles. Les contrevenants aux dispositions de l’arrêté préfectoral s’exposent à une peine d’amende allant jusqu’à 1 500€ voire 3 000€ en cas de récidive, mais la préfecture compte sur le civisme de nos concitoyens pour respecter ces mesures.

Les arrêtés de restrictions AEP sont pris en tenant compte des dispositions de l'arrêté préfectoral du 23 juin fixant un cadre pour la mise en œuvre des mesures de limitation ou de suspension provisoire de l'usage de l'eau dans le département de Meurthe-et-Moselle, en période de sécheresse.

 

 

* Le 28 Juin 2017

Alerte sécheresse pour la « Moselle aval Orne Nied et Seille », la « Moselle amont et Meurthe » et la « Meuse aval et Chiers »

L'absence de précipitations notables ces dernières semaines, conjuguée à des températures élevées a entraîné une baisse générale des débits de tous les cours d'eau dans le département. Les services de l'État ont en effet procédé cette semaine à des analyses exceptionnelles sur toutes les stations installées sur les cours d'eau.
En raison d'une aggravation constatée du niveau des cours d'eau, Philippe MAHÉ, préfet de Meurthe-et- Moselle, a placé en alerte le département par arrêtés préfectoraux. Sur trois niveaux de restrictions liées à la sécheresse, nous venons de passer au niveau 1. Cette décision implique des restrictions particulières sur les usages de l'eau, que ce soit pour les particuliers, les collectivités, les exploitants agricoles, les industriels, etc.

- les bassins de la "Moselle amont et Meurthe" et "Meuse aval et Chiers" sont au niveau d'ALERTE
- le bassin de la "Moselle aval, Orne, Nied et Seille" est au niveau d'ALERTE RENFORCEE

Ainsi les particuliers et les collectivités sont soumis, à compter de vendredi 23 juin 2017 aux mesures suivantes :
- l'arrosage des jardins, des pelouses, des massifs floraux, des potagers, des espaces verts et
des espaces sportifs est interdit de 11h à 18h;
- le lavage des véhicules est interdit (sauf dans les stations professionnelles);
- le remplissage des piscines privées est interdit;
- le lavage des voies publiques, des façades, des terrasses et des immeubles est limité au strict
nécessaire.

Les maires sont chargés de veiller au respect de ces règles. Les contrevenants aux dispositions de l’arrêté préfectoral s’exposent à une peine d’amende allant jusqu’à 1 500€ voire 3 000€ en cas de récidive, mais la préfecture compte sur le civisme de nos concitoyens pour respecter ces mesures.

Consultez les arrêtés :

> arreté DDTDirection départementale des territoires-2017-061 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,59 Mb

> arrete DDTDirection départementale des territoires-2017-062 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,59 Mb

> arrete DDTDirection départementale des territoires-2017-063 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,59 Mb

 

 

(avec Magnum la Radio, France Bleu Nord Lorraine et Préfecture)

 

Posté par meterologue à 10:08:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

lundi 9 octobre 2017

Médias/Lorraine: (REECOUTEZ) Intervention de Alexis Jannot à France Bleu Sud Lorraine ce Lundi 09 Octobre 2017

Intervention de Alexis Jannot à France Bleu Sud Lorraine ce Lundi 09 Octobre 2017

Afficher l'image d'origine

Intervention de Alexis Jannot à France Bleu Sud Lorraine ce Lundi 09 Octobre 2017 à 07h50 dans la météo de France Bleu Matin.

France Bleu Sud Lorraine émet en Meurthe et Moselle sud et sur les Vosges principalement mais aussi sur internet.

 

Réecoutez l'intervention ci dessous:

 

 

 Le Blog d'Alexis

 

Posté par meterologue à 08:02:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 29 septembre 2017

Info/Météo: Septembre 2017 : frais avec une pluviométrie très contrastée

Septembre 2017 : frais avec une pluviométrie très contrastée

(Bilan provisoire au 28 septembre 2017)

 
Ce mois de septembre a été marqué par des conditions automnales précoces, avec en milieu de mois une période particulièrement agitée et beaucoup de fraîcheur.
Malgré quelques journées chaudes en début de mois et après le 23, septembre a été marqué par des températures inférieures aux valeurs de saison, jusqu'à 2 °C de moins sur les massifs. Elles ont été particulièrement fraîches du 15 au 20 avec en moyenne 3 à 4 °C de moins que la normale. En moyenne sur le mois et sur le pays, la température devrait être près de 1 °C en dessous de la normale*.
Les passages perturbés actifs ont été fréquents sur la façade atlantique et le nord du pays. Ils ont été accompagnés de pluies particulièrement abondantes le 8 sur un grand quart nord-ouest et le 13 de la Sarthe à la Moselle. Les cumuls ont été excédentaires de la Bretagne aux frontières du Nord. En revanche, sur le quart sud-est du pays très peu arrosé, le déficit pluviométrique dépasse 50 %. Autour de la basse vallée du Rhône, on a enregistré moins de 20 mm sur le mois. En moyenne sur la France et sur le mois, la pluviométrie devrait être proche de la normale*.
L'ensoleillement, proche de la normale** sur le pourtour méditerranéen et la Corse, a été peu généreux sur le reste du pays. Le déficit, souvent supérieur à 10 %, a dépassé 20 % de la Bretagne au Bassin parisien et au nord de l'Aquitaine.
 
* Moyenne de référence 1981-2010.
** Moyenne de référence 1991-2010.
 
Cliquer sur le graphe pour l'agrandir
 
 
 
 
 
 
Cliquer sur les cartes pour les agrandir
 
(Météo France)

Posté par meterologue à 11:19:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Info/Météo: Point sur la situation Hydrologique en France et en Lorraine au 01er Septembre 2017

Point sur la situation Hydrologique en France et en Lorraine au 01er Septembre 2017

 La situation de sécheresse établie sur la France depuis ce printemps persiste avec néanmoins des évolutions différentes selon les régions au cours du mois de juillet.

Cliquez sur les cartes pour les agrandir

 

> En France

La sécheresse* des sols superficiels, qui a débuté au printemps, s'est globalement plutôt atténuée durant l'été**, sauf sur les régions méditerranéennes. Au cours du mois d'août, suite à des passages perturbés sur le nord du pays, les sols superficiels se sont humidifiés sur un large quart nord-ouest. En revanche, la sécheresse des sols a persisté sur le reste du pays qui a été peu arrosé excepté sur l'ouest des Pyrénées. Le déficit pluviométrique persistant associé à des températures caniculaires début août a accentué la sécheresse sur la Corse, le Gard et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

 

> En Lorraine

Précipitations:

 Les cumuls de précipitations ont été en moyenne inférieurs à 75 mm sur le Grand-Est (déficit de 5 à 55% par rapport à la normal sur la Grand Est). Les précipitations ont été déficitaires sur la majeure partie du pays. La pluviométrie sur l’année hydrologique est déficitaire sur l’ensemble du pays. Le déficit reste supérieur à 25 % sur le Grand Est. Durant ce mois d'août, le déficit de cumul des précipitations efficaces s’est accentué sur la quasi-totalité du pays. Sur l’année hydrologique, le bilan des précipitations efficaces est déficitaire avec un déficit compris entre 50 et 75 % sur le au Grand-Est. L’indice d’humidité des sols est déficitaire localement dans le Grand-Est, un peu moins sur le Sud Meuse et le relief des Vosges.

 

Légende: Le graphique de Erneville aux bois dans la Meuse. Seulement 47,4mm en Août 2017. (Cliquer sur les graphes pour les agrandir)

 

Côté hydrologique:

La situation est toujours préoccupante en direction de la Meuse et en particulier de la Meuse Amont suite à un déficit de précipitation important. La situation reste fragile sur le reste de la région, il faut resté attentif à l'évolution de la situation.

Sécheresse - Cours deau Lorraine

 

Sécheresse - Cours deau Ouest Meuse

 

Pour l'ouest de la Meuse: Ce mois-ci, les hydraulicités et fréquences de VCN3 sont en légère hausse sur les bassins crayeux et non crayeux. Toutefois, certaines fréquences de VCN3 et surtout de nombreuses valeurs d’hydraulicité restent basses pour la saison.
 

> En Meuse (au 23 Août 2017): 5 rivières indiquent un écoulement visible faible - 3 rivières indiquent un écoulement non visible et 4 rivières assec. Le reste (18) des rivières la situation est normal mais les niveaux sont en baisse et souvent très bas.

> En Meurthe et Mosselle (au 22 Août 2017): 1 rivière indique un écoulement non visible et 8 rivières assec. Le reste (29) des rivières la situation est normal mais les niveaux sont en baisse et souvent très bas.

> En Moselle (au 26 Août 2017): 1 rivière indique un écoulement visible faible - 2 rivières indiquent un écoulement non visible et 4 rivières assec. Le reste (33) des rivières la situation est normal mais les niveaux sont en baisse et souvent très bas.

> Dans les Vosges (au 24 Août 2017): 7 rivières indiquent un écoulement visible faible - 1 rivière indique un écoulement non visible et 2 rivières assec. Le reste (21) des rivières la situation est normal mais les niveaux sont en baisse et souvent très bas.


 
Remplissage des lacs-réservoirs de la région Lorraine:

Fin août, les taux de remplissage des lacs sont conformes à leur objectif de gestion.

- Lac de la Madine (55 - 54): 81%

- Lac du vieux Pré (54): 70%

 

Nappes Souterraines:

Les nappes sont généralement à la baisse au mois d’août 2017. Cette tendance à la baisse n’est pas anormale pour cette saison, puisque les nappes se déchargent d’avril à septembre. Mais, les niveaux moyens sont globalement bas à très bas par rapport à la moyenne des mois d’août. Pour de nombreuses stations de suivi, la moyenne mensuelle de ce mois d’août est parmi les plus faibles des moyennes mensuelles des mois d’août de l’ensemble de la chronique piézométrique  .

Sur les nappes d’eau souterraine crayeuses et non crayeuses, la majorité des points de mesure est en baisse par rapport au mois dernier et présente des niveaux inférieurs à très inférieurs à la moyenne pour un mois d’août, à de rares exceptions près.

 

Sécheresse - Nappes Lorraine

 

Ailleurs en France:

Les deux tiers environ des nappes (70%) affichent un niveau modérément bas à très bas. Cette situation de basses eaux n’est pas totalement inhabituelle pour cette période de l’année mais elle est tout de même assez dégradée. Elle est la conséquence du déficit de recharge hivernale cette année. Plusieurs secteurs présentent des niveaux autour de la moyenne comme en Beauce, la région Languedoc-Roussillon, la Corse au nord-est ainsi que certains secteurs alluviaux de PACA. Le reste du territoire présente des niveaux modérément bas voire bas. La vallée du Rhône au sud de Lyon se maintient sur des niveaux très bas. 

La tendance d'évolution du niveau des nappes traduit la situation de fin de période estivale, dite de basses eaux, avec plus des trois quarts des points (85%) orientés à la baisse. Le phénomène de baisse des niveaux qui s’est fortement accéléré au cours des derniers mois est d’importance similaire au mois dernier. Seuls 4% des points sont en hausse alors qu’ils étaient encore 24% au 1er juin. Le nombre de points stables (11%) est encore assez faible pour la période. Cette situation n’est pas totalement inhabituelle cependant car il s’agit de la période des plus basses eaux mais celle-ci se prolonge et elle est tout de même assez prononcée.

La situation des nappes au 1er septembre 2017 traduit la période annuelle des plus basses eaux.

 

Côté Sécheresse:

Au 29 Septembre 2017: 79 départements en France ont pris au moins une restriction d'usages de l'eau sur leur territoire.

Au 29 Septembre 2017: L'ensemble des départements de la Région Lorraine on prit des arrêtés d'usage de l'eau. Au 29 Septembre 2017, La Meuse (partiel), les Vosges (total), la Meurthe-et-Moselle (partiel) et la Moselle (partiel) sont au maximum en Alerte renforcée.

> Les zones "Meuse amont", "Meuse aval et Chiers" et "Moselle amont et Meurthe" sont en vigilance. La zone "Moselle aval, Orne, Nieds et Seille" est en situation normale. L'Etat est normal pour le bassin de l"Aisne Amont". Etat d'alerte pour les bassins de "Marne Amont" et le bassin Saulx/Ornain. 

 

 

Analyse (au 29 Septembre 2017) pour la Lorraine:

Même si ce bulletin peut paraître encore préoccupant en début de mois de septembre sur la situation hydrologique, en cette fin de mois, la situation s'améliore, lié aux précipitations du mois de septembre. Amélioration donc, mais la situation reste fragile, effectivement en cette fin septembre les précipitations se font plus rares. Cette situation pourrait se poursuivre début octobre. Cependant nous arrivons progressivement en automne, la nature va progressivement se mettre en "veille" à l'approche de l'hiver. Les besoins en eau vont ainsi profiter directement aux nappes (faut-il que cet hiver 2017/2018 pleuvent suffisamment). La situation actuelle est contrastée d'un lieu à un autre, lié principalement aux orages. La situation hydrologique est plus confortable sur le bassin Saulx/Ornain par exemple. Les perspectives météorologiques pour les 15 prochains jours ne prévoient pas d'abondante précipitation d'une manière générale mais pas de grosse température non plus. Par conséquent, la situation devrait continuer a se stabiliser voir s'améliorer, tout va dépendre des précipitations. L'indice d'humidité des sols devrait aussi augmenter. L'économie d'eau est une affaire de tous.


La situation est à suivre pour les prochaines semaines. Prochain point vers la mi Octobre.

 

 

*On distingue plusieurs types de sécheresses :

- La sécheresse météorologique correspond à un déficit prolongé de précipitations.
- La sécheresse des sols, dite « agricole », se caractérise par un déficit en eau des sols superficiels (entre 1 et 2 m de profondeur), suffisant pour altérer le bon développement de la végétation. Elle dépend des précipitations et de l'évapotranspiration des plantes. Cette notion tient compte de l'évaporation des sols et de la transpiration des plantes (l'eau puisée par les racines est évaporée au niveau des feuilles). La sécheresse agricole est donc sensible aux précipitations, à l'humidité et à la température de l'air, au vent mais aussi à la nature des plantes et des sols.
- La sécheresse hydrologique se manifeste enfin lorsque les lacs, rivières ou nappes souterraines montrent des niveaux anormalement bas. Elle dépend des précipitations mais aussi de l'état du sol influant sur le ruissellement et l'infiltration. Le réseau hydrographique et les caractéristiques des nappes déterminent les temps de réponse aux déficits de précipitations observés sur différentes périodes.
Ces « différentes » sécheresses peuvent intervenir à divers moments, non forcément concomitants et ne sont pas forcément systématiques.

 

(Avec Météo France, BRGM, Eau France et Dreal Grand Est)

 

Posté par meterologue à 11:14:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Météo/Orages/Lorraine: Prévisions du risque orageux en Lorraine: Journée du 29 Septembre et nuit suivante

Prévisions du risque orageux en Lorraine: Journée du 29 Septembre et nuit suivante

 

Bulletin Grand Public :

Émis le Vendredi 29 Septembre à 09h00

Echéance: Du Vendredi 29 Septembre 2017 à 09h00 au Samed 30 Septembre 2017 à 09h00.

 

Risque d'orages faible à modérée.

 

Risque d'orages faible à modérée à l'avant voir dans le front froid à partir de 01h. Rafales de vent entre 50 et 60km/h localement 60/70km/h. Risque de fortes pluies. Risque classique.

 


Bulletin pour les professionnels :

Émis le Vendredi 29 Septembre à 09h00

Echéance: Du Vendredi 29 Septembre 2017 à 09h00 au Samed 30 Septembre 2017 à 09h00.

 

Risque d'orages faible à modérée.

 

Risque d'orages faible à modérée à l'avant voir dans le front froid à partir de 01h. Rafales de vent entre 50 et 60km/h localement 60/70km/h. Risque de fortes pluies. Risque classique.

 

 /.   

 

Cette prévision ne justifie pas de prévision spécifique car le risque reste localisé et que cette situation reste classique pour la saison, la prudence reste de mise. La fiabilité est Moyenne.

 

> Echéance la plus active: 

> Risque de Tornade estimé à 02%

> Risque de Tuba ou autres phénomènes venteux estimé à 20%

> Risque de Grêle d'un diamètre supérieur à 2cm estimé à 02% sur la région.

> Activité éléctrique: Faible à localement modérée

>

 

Demain: RAS. 

 

Cette prévision ne justifie pas de prévision spécifique car le risque reste localisé et que cette situation reste classique pour la saison, la prudence reste de mise. La fiabilité est moyenne.

 

 

Le Blog d'alexis

 

 

Posté par meterologue à 09:15:16 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 28 septembre 2017

Info/Météo/Cyclone: L'exceptionnel ouragan Irma

L'exceptionnel ouragan Irma

 
(Infographie: Keraunos) 
IRMA a été un ouragan exceptionnel de catégorie 5 (maximum de l’échelle Saffir/Simpson), très dévastateur et catastrophique pour de nombreuses îles des Petites et Grandes Antilles.
L’historique d’IRMA
L’historique d’IRMA Le 30 août 2017, la tempête tropicale IRMA naît à l’Ouest des îles du Cap Vert. Pendant 24 heures, IRMA va suivre une trajectoire vers Ouest-Nord-Ouest et s’intensifier rapidement en ouragan catégorie 2 puis catégorie3 le 31 août, ce qui en fera le 2ème ouragan majeur de la saison 2017 après Harvey.
Aux environ du 40ème degré de longitude et à plus de 19 degrés de latitude, IRMA infléchit sa route vers l’Ouest-Sud-Ouest en faiblissant légèrement (catégorie 2). Il devient alors une menace sérieuse pour l’arc Antillais.
IRMA va alors se renforcer continuellement pour atteindre la catégorie 5 le 5 septembre et son maximum d’intensité dans l’après-midi du 5 avec des vents moyens de l’ordre de 295km/h. Il gardera cette incroyable intensité à son passage sur Barbuda, St-Barth, St-Martin/Anguilla et les îles Vierges jusque dans la nuit du 6 au 7 septembre.
Il longe ensuite les côtes Nord de Puerto-Rico, République Dominicaine et Haïti à une distance de plusieurs dizaines de kilomètres ce qui limitera un peu l’impact sur ces pays. 
Par contre, il n’épargnera pas Cuba, surtout le littoral nord du Centre du centre de l’île ce qui l'a légèrement affaibli, le faisant rétrograder de la catégorie 5 à la catégorie 3 en cours de la journée. À son passage, on a cependant enregistré des pluies diluviennes - jusqu'à 500 mm en 24 h - et une rafale à 256 km/h dans la province centrale de Ciego de Avila. Son virage vers le Nord plus tardif qu’anticipé, le fera atterrir sur les côtes Ouest de la Floride ( Naples – Fort Meyers) et non à proximité de Miami. Irma s'est renforcé dans la matinée au cours de son parcours entre Cuba et la Floride, repassant vers 6 h UTC en catégorie 4. Il a touché terre quelques heures plus tard, à 9h10 locales, sur l'île de Cudjoe Key, dans l'archipel des Keys, au sud de la Floride. Irma a ensuite touché terre une seconde fois vers 16 h locales sur l'île de Marco, non loin de la ville de Naples.
En entrant définitivement dans les terres , il s'est nettement affaibli et a été rétrogradé ce lundi matin à 6h UTC en ouragan de catégorie 1, alors qu'il remonte progressivement vers le nord de l'état. Il devrait évoluer en dépression moins intense  demain sur le sud-est des Etats-Unis. 
Animation du satellite GOES13 entre le samedi 9 septembre à 00h00 UTC et le lunedi 11 septembre 2017 à 06h00 UTC 
Animation du satellite GOES13 entre le samedi 9 septembre à 00h00 UTC et le lunedi 11 septembre 2017 à 06h00 UTC - © Météo-France
(Cliquer sur l'animation pour l'agrandir)
 

 

Des vents d'une rare intensité 

Les petites Antilles ont été touchées par des pluies intenses et des vents très violents, le paroxysme de l'évènement se situant entre 1h et 9h locales 
A Gustavia, par exemple, située sur l'île de Saint-Barthélémy, la pression a brutalement chuté au passage de l'œil de l'ouragan, générant de fortes précipitations et des vents extrêmement forts. On a mesuré des valeurs de vent de 244 km/h en rafales, 30 minutes avant le passage de l'oeil, ce qui permet d'estimer les rafales maximales à plus de 300 km/h.  
La marée de tempêtes associée a provoqué en outre de fortes submersions marines sur les côtes. La surélévation du niveau de la mer a dépassé 3 m en certains points du littoral.  
Rafales de vent maximales relevées par des stations au sol :
- 251 km/h à Barbuda avant que l'anémomètre ne soit détruit. Des valeurs supérieures se sont donc produites.
- 244 km/h à Saint-Barthélémy avant que l'anémomètre ne soit détruit. Des valeurs supérieures se sont donc produites.
- 256 km/h à Ciego de Avilla à Cuba
229 km/h à Naples (Floride)
- 209 km/h à Marco Island (Floride)
- 198 km/h à Big Pine Key (Floride)
- 196 km/h à Lely (Floride)
- 163 km/h à Fort Myers (Floride)
- 161 km/h à Miami (littoral)
159 km/h à Sainte-Lucie (Floride)
- 140 km/h Fort Lauderdale (littoral)
Pressions minimales relevées par des stations au sol :
- 916.1 hPa à Barbuda
- 915.6 hPa à Saint-Barthélémy
 
Animation du satellite GOES13 entre le mercredi 6 septembre à 00h00 UTC et le vendredi 8 septembre 2017 à 09h00 UTC
Animation du satellite GOES13 entre le mercredi 6 septembre à 00h00 UTC et le vendredi 8 septembre 2017 à 09h00 UTC © Météo-France
La pression atmosphérique minimale au niveau de la mer qui a été enregistrée à St-Barth a été de 915,9 hpa avec simultanément ou presque des rafales à 244km/h vers 4 heures du matin le 6 septembre (à 4h07). ( A noter: cette valeur enregistrée environ 30 à 45 mn avant l’arrivée du mur de l’œil et juste avant l’arrêt de la station des mesures rend très vraisemblable l’occurrence de rafales au-delà de 300 km/h).
En l’absence de bouées côtières, il n’y a pas de mesures directes des vagues. Des simulations numériques de très haute résolution, initialisées en temps réel avec les données d’IRMA et calibrées avec les bouées voisines, donnent des valeurs de 5 à 9m sur St-Barth et 4 à 6m sur St-Martin en vagues moyennes.
En termes de marée de tempête, la surcôte (montée brutale du niveau de la mer) a été modélisée à plus de 3 m dans les baies exposées au nord  de St-Martin (Marigot, Grand Case) et à plus de 1,2 m à Gustavia (St-Barth). Ces valeurs extrêmes sont cohérentes avec la submersion majeure constatée,

Un phénomène sans précédent sur les petites Antilles

 

Si l’on se réfère aux bases de données existant depuis 1851, il n'avait jamais été observé d'ouragan avec des vents aussi forts (pas seulement estimés mais mesurés par les avions chasseurs de cyclone) affectant les Petites Antilles. Des ouragans aussi puissants voire un peu plus se sont déjà produits dans le bassin mais uniquement en Mer des Caraïbes et dans le Golfe du Mexique.

Il s’agit du premier atterrissage d'un ouragan de catégorie 5 sur une île des Petites Antilles. Les plus forts, encore dans la mémoire collective, de type Hugo (1989 Guadeloupe) ou Luis (1995 St-Martin) étaient de catégorie 4 lors de l’atterrissage avec des vents moyens jusqu’à 220-230km/h. IRMA a été considéré (mesures avions in situ, satellites, radars, scattéromètres, sondes, …) comme générant des vents moyens jusqu’à 290-295km/h). Une mission d’un avion «chasseur de cyclones» a même mesuré une valeur de rafales (10 secondes) à 317km/h au niveau de vol de l’avion, soit entre 2500 et 3000m d’altitude.

Irma est l'ouragan le plus puissant jamais observé sur les petites Antilles depuis les premiers enregistrements météorologiques réalisés sur la zone. Par ailleurs, on estime qu'il a maintenu cette vitesse de vent pendant 33 heures consécutives (un peu plus de 3 jours), un record mondial depuis le début de l'ère satellitaire, détrônant celui établi par le typhon Haiyan, aux Philippines en 2013.

L’image contient peut-être : eau et plein air
Image satellite visible (via Infoclimat) du système le 06 septembre 2017 en fin de journée.
Au moins 34 personnes ont été tuées par l'ouragan dans les Caraïbes et en Floride :
Barbuda : 95% de l'île inhabitable, une personne tuée
Saint-Martin : 90% de destruction sur l'île de 75 000 habitants. Le bilan atteint 10 morts, 112 blessés
Saint-Barthélémy : aucune victime à déplorer mais dégâts identiques à ceux de Saint-Martin
Iles Vierges britanniques : destructions considérables, comparables à Saint-Martin sur les îles de Tortola et de Gorda, plusieurs personnes tuées
Anguilla : dommages sévères en plusieurs points de l'île, une personne tuée.
Turks & Caicos : dommages catastrophiques reportés par le gouvernement mais pas de victime
Porto Rico : plus d'un million de personnes ont été privées d'électricité et 50.000 d'eau.
Bahamas : dommages importants sur Ragged Island, île la plus touchée par Irma selon le gouvernement local. Les îles d'Inagua et Crooked Island ont aussi subi de gros dégâts
République Dominicaine : au moins 10 000 personnes affectées par les inondations sur la côte nord du pays
Haïti : la partie nord du pays affecté au niveau des cultures mais aucune victime
Cuba : le littoral nord de l'île a été inondé sur plusieurs centaines de kilomètres d'après la presse locale. Nombreuses toitures arrachées et dégâts sévères vers Esmeralda
 

Des prévisions pour anticiper l'activité cyclonique

Les modèles météorologiques de Météo-France, du NHC et du Centre européen de prévisions avaient permis d'anticiper dès le mercredi 30 août la trajectoire probable de l'ouragan et son intensité. 
IRMA et le changement climatique
 
Les effets du changement climatique sont une réalité aux Antilles. En effet, les mesures de températures en Martinique et Guadeloupe l’attestent avec une augmentation d’environ 0,25° par décennie depuis le milieu du siècle dernier. Une autre conséquence est la montée du niveau de la mer, millimètre par millimètre (environ 2 à 3 mm par an).
Mais, un évènement pris isolément ne peut pas, par lui seul, confirmer les effets du changement climatique concernant les épisodes météorologiques extrêmes.
Néanmoins, le développement d'un évènement tel que l’ouragan majeur IRMA est cohérent avec les simulations climatiques qui indiquent, dans le contexte du réchauffement global, non pas une augmentation du nombre de cyclones, mais la possibilité de cyclones plus intenses et une régionalisation évoluant.
Enfin, les conséquences du changement climatique, surtout au niveau de la mer, augmentent la vulnérabilité des enjeux côtiers. Et comme la littoralisation de la population s’est accentuée, le risque cyclonique est de plus en plus important et doit être pris comme un aspect majeur dans le cadre des politiques d’adaptation aux changements climatiques et de développement durable.
 
(Météo France, Keraunos, Infoclimat et le NHC) 
 

Posté par meterologue à 12:18:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Info/Climat: Banquise arctique : point sur l'étendue

Banquise arctique : point sur l'étendue

Le 13 septembre 2017, la surface de la banquise arctique a atteint son minimum annuel avec 4,64 millions de km². Ce minimum d'extension annuel est la 8e valeur la plus faible depuis le début des mesures satellitaires en 1980. Le record de faible extension reste détenu par l'année 2012 avec 3,4 millions de km².

Évolution de l'étendue de la banquise arctique de mars à septembre 2017 - © NASA
 

Une année qui avait très mal débuté

Le 7 mars 2017, la banquise avait atteint son extension annuelle maximale avec une valeur de 14,42 millions de km². Celle-ci constitue le nouveau record de faible extension maximale depuis le début des mesures satellitaires en 1980. L'ancien record date de février 2015.

Cette valeur record de faible extension maximale ne s'est pas concrétisée en un record de faible extension minimale, en raison d'une fonte des glaces estivale moins importante que certaines autres années.

En effet, l'été 2017 a été marqué par des basses pressions sur la Mer de Beaufort, qui ne sont généralement pas favorables à la fonte de la banquise. En effet, les basses pressions sont souvent liées à des conditions froides et les vents associés favorisent une extension de la surface de glace.

Carte de comparaison de l'étendue de la banquise arctique

Extension de la banquise arctique depuis 2011 - Comparaison avec la moyenne 1981-2010
Cliquer sur l'image pour l'agrandir
© National Snow and Ice Data Center (NSIDC) 

 

(Météo France)

 

 

Posté par meterologue à 12:02:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Info/Météo: Atlantique nord : une saison cyclonique déjà exceptionnelle

Atlantique nord : une saison cyclonique déjà exceptionnelle

Les 5 dernières semaines ont vu 5 ouragans majeurs* se former sur le bassin Atlantique Nord, dont 3 ont touché les Caraïbes. Parmi eux, deux ouragans de catégorie 5 ("Irma" sur Barbuda/St-Martin/St-Barthélémy et "Maria" en Dominique) ont touché Terre aux petites Antilles, ce qui ne s'était jamais produit entre 1851 et 2016.

 

Animation d'images du satellite GOES13 entre le 22 août et le 24 septembre 2017, une image toutes les 30 minutes ; on voit  successivement les ouragans Harvey, Irma, José, Katia, Lee et Maria - © Météo-France
 
Après un début de saison** assez calme jusqu'à début août (quelques tempêtes tropicales ou ouragans de faible intensité et de faible durée de vie), la fin août et le mois de septembre ont été extrêmement actifs sur l'Atlantique tropical, depuis "Harvey", qui a frappé le Texas fin août, jusqu'à "Maria" qui a achevé son parcours dévastateur sur le nord des Antilles. Septembre 2017 est ainsi un des mois de septembre les plus actifs jamais observés sur le bassin Atlantique, avec 4 ouragans majeurs : Irma, José, Maria, puis Lee (qui ne menace aucune terre).
 

La saison cyclonique 2017 en quelques chiffres au 27 septembre

13 tempêtes nommées (lettres A à M)
     dont 8 ouragans
     dont 5 ouragans "majeurs" (catégorie >= 3) :
          - Harvey, cat. 4, pic le 25 août
          - Irma, cat. 5, 5 au 8 septembre
          - José, cat. 4, 8 au 10 septembre
          - Maria, cat. 5, 18 au 19 septembre
          - Lee, cat. 3, 27 septembre
 
 
Alors qu'il reste 2 mois avant la fin de la saison**, le nombre moyen de phénomènes habituellement observés sur une saison entière a déjà été dépassé, et  l'activité cyclonique sur la période juin-septembre a été à peu près deux fois plus élevée que la normale.
 
Cette forte activité se manifeste aussi dans le calcul de l'énergie cyclonique accumulée*** (ACE) depuis le début de la saison (ACE de 194 au 27 septembre), et en particulier au mois de septembre. L'ACE cumulée sur le mois de septembre 2017 atteint une valeur record, tous mois confondus, devant septembre 2004 (où l'ACE avait atteint 155).
 

Comparaison entre une saison** "normale" (moyenne NHC 1981-2010) et 2005, saison de tous les records

            Normale                                             2005
 
12 tempêtes tropicales                                      28
6 à 7 ouragans                                                  15
2 à 3 ouragans majeurs*                                    7 (à égalité avec 1961),
                                                                          dont 4 de catégorie 5
                                                                          (Emily, Katrina, Rita 
                                                                          et Wilma)
 
 
 
* Un ouragan est considéré comme « majeur » quand il est de catégorie 3 ou plus sur l'échelle de Saffir-Simpson qui en compte 5.
 
** Saison cyclonique en Atlantique nord : 1er juin au 30 novembre.
 
*** À chaque cyclone est associée une énergie cyclonique accumulée, ou ACE, fonction de l'intensité de ses vents et de sa durée de vie. L'énergie accumulée au cours de la saison est ensuite calculée en additionnant les ACE des différents cyclones de la saison. La valeur seuil de 153 est retenue par la NOAA pour qualifier une saison cyclonique de particulièrement active.
(Météo France)

Posté par meterologue à 12:01:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,