Le Blog d'Alexis

lundi 31 décembre 2018

EXCLUSIF/Météo: Tendance Météo 2019 en France (Rose des vents): Des précipitations supérieures à la normale

Tendance Météo 2019 en France (Rose des vents): Des précipitations supérieures à la normale

 

Note :

Ces tendances sont établies à partir des modèles CFS, IRI, ARPEGE et NWS / NCEP entre autres. Compte tenu des progrès qui sont encore à réaliser dans ce domaine, ces informations doivent être lues avec un certain recul. Elles sont strictement personnelles, n'engagent pas ma responsabilité et sont le fruit d'un travail individuel d'interprétation mis en ligne sans restriction, sur internet. 

 

Situation Globale :

En cette fin d'année 2018, l'Océan Pacifique s'est réchauffé le long de l'équateur. Un épisode El Niño est en cours et se poursuivra au cours du trimestre prochain. D'intensité modérée, il sera bien moins fort que l'épisode de l'hiver 2015/2016. Ce phénomène est un élément essentiel à l'échelle du globe pour la prévision saisonnière car c'est une des principales sources de prévisibilité à ces échéances lointaines. Il influence à des degrés divers l'ensemble de la machine climatique terrestre.  D'autre part, une majorité de modèles suggère toujours à l'échelle globale des températures plus chaudes que la normal. Tous ces acteurs expliquent que la tendance météo pour l'année 2019 est particulièrement difficile à cerner dans son ensemble avec des mois qui ne se ressemblent pas du tout.

Prévision d'anomalie de température de surface des océans pour le trimestre décembre 2018 - janvier et février 2019

 (Anomalies de température de surface de la mer prévues par le modèle de Météo-France pour le trimestre janvier-février-mars 2019.
La zone orange au centre du Pacifique, le long de l'équateur, indique des anomalies de l'ordre de +1 °C à +2° C. C'est un marqueur du phénomène El Niño © Météo-France)

 

Tendance à l'échelle de la France:

Tendance Hiver 2018- 2019 / Printemps 2019 :

Pour la tendance de Janvier à Mars 2019. Des précipitations supérieur à la normale

 

Janvier, Février et Mars, des mois différents mais avec un point commun. Une tendance météo, plus incertaine. Les modèles de prévision ne s'accordent pas sur une tendance suffisamment claire pour les températures. Cependant on peut supposer que les températures seront proches de la normale voir même un peu en dessous notamment à partir de fin Janvier. Au niveau du ciel, Janvier devrait être dominé par des conditions anticycloniques, on distingue une anomalie négative de précipitation avec une anomalie positive de pression. Par la suite sans doute à partir de la fin Janvier, changement de régime, avec un excédent de précipitation important. Toutes les régions semblent être concernées mais peut être un peu plus pour les Alpes et le Sud Est. Un régime plus zonal semble à envisager (Ouest). Dans ce type de situation on ne peut exclure, le risque de vague de Froid, de fortes chutes de neige (+ le risque d'avalanche associé) pour les Alpes et de nouveau en fin de période des risques d'épisodes méditerranéens. Le risque d'inondation pourrais être élevé sur ces régions. Ce type de temps est une bonne nouvelle aussi pour nos nappes qui devraient profiter de ces perturbations si cela se réalise.
 

 

Avril et Mai : Toujours pour ces 2 mois des désaccords sur la tendance des températures. Des températures proches de la normale voire en léger excédent sont supposées. Pour les précipitations il semble qu'un excédent important soit d'actualités. Les régions du Nord (en particulier bassin Parisien et bassin de la Marne) et les régions Méditerranéennes semblent plus impactées par cet excédent. À noter un temps peut être plus sec à partir du milieu voir fin du mois d'avril sur les régions du Nord Est. On peut donc supposer des précipitations abondantes avec un risque d'inondation sur certaines régions. Étant donnée que les températures semblent être proche de la normale, on peut supposer qu'il neigera abondamment en montage en particulier sur les Alpes.
 
Il semble que la neige soit moins au rendez-vous pour cet hiver 2018/2019 sur les Pyrénées. Elle arrivera sans doute plus tardivement pour les autres massifs pour cet hiver 2018/2019.
 

 

Tendance Été 2019 :

Juin, Juillet et Août : On se dirige sans doute vers des températures normales voire légèrement en dessous nottament pour août. Côté précipitation, après un mois de juin qui pourrait s'annoncer plus sec, les 2 mois suivants s'annoncent selon certaines modélisations particulièrement humide (beaucoup de précipitations) en particulier sur un axe Sud Ouest/Nord Est et Pyrénes/Alpes. Ce qui fait supposé que ces précipitations prennent le plus souvent un caractère orageux. Des séquences chaudes ne sont pas exclues non plus.
 

 

Tendance Automne/ Hiver 2019 :

Plus on s'éloigne, plus c'est compliquer d’effectuer une tendance qui " tient la route"', on peut supposer la continuité d'une certaine « normalité » ou de mois plus froide que la normale. En matière de précipitation même observation avec sans doute des mois plus arrosés que la normale. Des risques d'intempéries majeurs, style épisode cévenol, inondation ou coup vent (isolément de tempête) ne sont exclus. Le risque d'avoir de la neige sur les massifs pour la fin d'année est jugé normal dans ce cas de figure. Difficile de se prononcer sur les éventualités de vague de froid.

 

 

Conclusion :

L'année 2019 pourrait être proche voir légèrement inférieur à la normale pour les températures mais supérieur nettement pour les précipitations. Le risque d'une vague de froid est assez élevé pour les premiers mois de l'année. Le risque de vague de chaleur (canicule) est possible pour les mois d'été. Toujours une observation de 2 saisons, l'une plus froide et plus humide et l'autre plus chaude et un peu plus sèche (hors orages) avec des intermèdes de plus en plus réduits.
 

 

Note :

Bien évidemment ces projections ou tendance sont données à titre indicatif et sont à prendre avec des pincettes. Ces tendances constituent une moyenne sur le temps probable, des périodes plus douces ou plus froid son possible. Je me mouille un peu.
Je pourrais bien sur avoirs totalement faux sur ce que j'ai dit ici mais j'en prends le risque.

 

Alexis

Météorologue amateur

 

 

Posté par meterologue à 12:00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Info/Météo/Climat: Bilan de l'année 2018 en Lorraine: L'une des années les plus chauds jamais enregistrés en Lorraine

Bilan de l'année 2018 en Lorraine: L'une des années les plus chauds jamais enregistrés en Lorraine.

 

Bilan provisoire de l'année 2018 en Lorraine au 29 Décembre 2018. 

 

 Températures

 Précipitation

 Ensoleillement

 Vent

 EXCEDENTAIRE - Température moyenne sur la région supérieur à +1,4°C

 DEFICITAIRE – Déficit de -25% en moyenne

 EXCEDENTAIRE – Excédent moyens proche de 20%

 Nord / Sud

 

Coté Précipitations: Cette année 2018 marque un déficit de précipitation important de -25% en moyenne. Des problèmes de sécheresse on clairement était d'actualités entre la fin du printemps et jusqu'au 20 décembre environ. Des restrictions d'usage de l'eau de niveau orange rarement prolongé depuis que ce dispositif existe jusqu'au 01er décembre d'une année sur certain département. La situation de recharges des nappes débute seulement en ce moment mais l'hiver sera déterminant si une situation similaire voire pire se reproduit l'année prochaine. Cette situation nous interroge sur l'économie d'eau et sur le futur plus moins proche du risque de pénurie d'eau. Au 23 décembre, les précipitations du mois ont permis de retrouver une certaine stabilité et retour à la normale concernant les eaux superficielles. Cela prendra un peu plus de temps pour les nappes souterraines.

Pour les températures moyennes, la lorraine a clairement connu l'une de ses années les plus chauds jamais enregistrés avec un excédent de plus +1,4°C en moyenne sur la région. C'est remarquable. Les températures maximales, supérieures aux normales de 1 à 2°c en France, ont été particulièrement élevées sur le quart nord-est du pays où elles ont été en moyenne plus de 2°c au-dessus de la normale. Avril, Juillet, Août, Octobre et novembre a été des mois particulièrement chaud en Lorraine avec des températures mensuelles proche des records voir même des records battus.

Au niveau de l'ensoleillement, celui ci est excédentaire. La durée d'ensoleillement a été remarquable près des frontières du Nord et du Nord-Est et en particulier en Lorraine avec un excédent proche de 20 %, voire localement supérieur. Juillet se classant au second rang des plus ensoleillés depuis 1950.

Quant au vent il n'y a pas de régime clairement établie, un signe d'une certaine instabilité. Le régime de nord comme celui de sud se partage plus ou moins équitablement sur l'année. Au niveau de la vitesse du vent hormis le passage d'une tempête en début d'année et de passages orageux, le vent est assez discret.

Côté Orages: En France au 07 novembre 2018: Avec plus de 9 306 987 Décharges électriques (il s'agit de toutes les décharges individuelles détectés lors d'un orage et qui composent un éclair. On retrouve tous les arcs y compris les arcs subséquents mais aussi les intra-nuages) dont plus de 700 000 éclairs nuage -sol (foudre), 2018 l’année la plus foudroyée en France depuis la création de réseau de détection de la foudre de Météorage il y a 30 ans.

Le mois de mai a été le plus foudroyé depuis 30 ans, suivi d’un été à l’activité foudre dépassant les moyennes saisonnières et se classant à la 4ème place des étés les plus foudroyés depuis 30 ans après 1995, 1994 et 2006.

L’année 2018 se distingue pour le moment par une anomalie instable exceptionnellement forte et durable sur le sud du pays en général, et près de la Méditerranée en particulier. Celle-ci tire vers le haut la moyenne nationale, alors même que les régions du nord-ouest et du nord présentent cette année une instabilité normale voire déficitaire. Cette faible instabilité dans le nord du pays ne devrait toutefois pas permettre de modérer suffisamment la moyenne nationale pour la contenir sous les niveaux de 2014.

En lorraine l'écart à la normale de l'instabilité calculé par rapport au paramètre "MUCAPE" dépasse les 50% voire même 60% d'excédent sur les Vosges par rapport à la normale. Cela signifie que cette année a été particulièrement instable et orageuse.

Neige sur les Vosges: Au 27 décembre 2018 :Dans les Vosges, la pluie durant le week-end précédant Noël et la douceur ont eu raison du peu de neige qu'il y avait jusque-là. Il n'y a donc plus de neige dans le massif, hormis quelques plaques résiduelles dans les pentes nord des plus hauts sommets.



 

Dans le détail:

 

Janvier: 

 

 Températures

 Précipitations

 Ensoleillement

 Vent

 TRES FORT EXCEDENT. Elles affichent un excédent moyens supérieur proche de 04°C.

TRES FORT EXCEDENT - Elle atteint souvent le niveau des records, en étant deux fois supérieure à la normale dans l'ensemble.

 DEFICITAIRE -  L'insolation accuse un déficit de 40 à 50%, qui atteint 60% sur l'ouest de la région et en direction du Pays de Bitche.

 Sud Ouest - Passage de la tempête Eleanor le 03

> Sous l'influence du flux océanique, des perturbations bien actives défilent tout au long du mois. Dans une ambiance agitée plus automnale qu'hivernale, le manteau neigeux est malmené en montagne.

 

Février: 

 

 Températures

 Précipitations

 Ensoleillement

 Vent

 DEFICITAIRE -  Elles affichent un déficit moyens proche de 02°C.

 DEFICITAIRE - La pluviométrie connaît un déficit proche de 50%, qui atteint 70% en Moselle, comme sur le Pays-Haut et le massif vosgien.

 EXCÉDENTAIRE -  Il est plus généreux au nord où l'excédent atteint 50 à 60%, pour s'abaisser à 30% dans le centre de la région, en devenant conforme à la normale sur le massif des Vosges.

 Est / Nord Est

> A l'opposé de janvier, les conditions sont franchement hivernales avec des chutes de neige à basse altitude et du froid intense en fin de mois, conduisant à une période sans dégel.

 

Mars: 

 

 Températures

 Précipitations

 Ensoleillement

 Vent

 DEFICITAIRE – Elles affichent un déficit moyens proche de 01,2°C.

 LEGER EXCEDENT. la pluviométrie est déficitaire d'environ 20% sur l'est de la région et parfois au Nord, l'ouest meusien et vosgien affiche un excédent de 20 à 40%, voire de 80% par endroits.

 DEFICITAIRE - Il manque un tiers de l'insolation sur une partie nord-ouest de la région, sinon un quart à l'est et au sud.

Sud / Sud Ouest

> Un temps maussade et perturbé domine, l'hiver jouant les prolongations avec du verglas en début de mois et un épisode de neige tardif blanchissant les sols à basse altitude.

 

Avril: 

 

 Températures

 Précipitations

 Ensoleillement

 Vent

 FORT EXCEDENT -  Elles affichent un excédent moyens proche de +04°C. Ce mois d'avril se classe dans le trio de tête des plus chauds depuis 1946.

 DEFICITAIRE. En général, on constate un déficit de 20 à 40%, qui atteint 50 à 60% sur l'Est voire l'Ouest de la région, alors que l'ouest de la Moselle est en excédent de 20 à 50%.

 EXCEDENT -  excédent de 15 à 20%.

 Sud / Sud Ouest

 

> D'abord hésitant, le temps devient de plus en plus printanier, voire estival en seconde partie de mois, avant une fin de mois perturbée par des orages violents par endroits.

 

Mai: 

 

 Températures

 Précipitations

 Ensoleillement

 Vent

 EXCEDENT - Elles affichent un excédent moyens proche de +02,4°C. Souvent des records sont battus.

 EXCÉDENTAIRE - dépassant parfois le double de la normale dans le centre de la région, mais par endroits, le nord-ouest lorrain accuse un déficit de 30 à 50%.

 EXCEDENT - l'insolation dépasse la normale de 30%, pour avoisiner 15% en direction des Vosges.

 Nord / Nord Est

 > Toujours bien avance pour la saison, le temps souvent ensoleillé et chaud mais instable, occasionne des orages parfois virulents, circulant dans un flux de Sud à Est.

 

Juin: 

 

 Températures

 Précipitations

 Ensoleillement

 Vent

 EXCEDENT - Elles affichent un excédent moyens proche de +01,8°C.

 DEFICITAIRE - En général, la pluviométrie est en déficit de 20 à 50%, voire de 75%, mais le nordouest meusien et le nord-est mosellan touchés par 1 ou 2 orages très pluvieux sont excédentaires.

EXCEDENT - excédent proche de 10%.

 Nord / Nord Est

> Dans le prolongement du mois de mai, des conditions estivales se maintiennent avec des orages fréquents jusqu'au 12, la seconde partie de mois étant clémente.

 

Juillet: 

 

 Températures

 Précipitations

 Ensoleillement

 Vent

 EXCEDENT -  Elles affichent un excédent moyens proche de +02°C.

 DEFICITAIRE - Déficit marqué qui atteint souvent 60 à 90%, sinon 20 à 50% pour les zones les plus arrosées.

 EXCEDENT RECORD - se classant au second rang des plus ensoleillés depuis 1950

 Nord/ Nord Ouest à Nord/Nord Est

> Sous un soleil ardent, les conditions estivales s'accentuent pour déboucher sur une période de canicule en fin de mois, la sécheresse des sols devenant préoccupante.

 

Août: 

 

 Températures

 Précipitations

 Ensoleillement

 Vent

 EXCEDENT - Elles affichent un excédent moyens proche de +02°C

 PROCHE DE LA NORMALE - Certains secteurs sont en déficit de 30 à 50% et d'autres en excédent avec le même écart. .

 EXCÉDENTAIRE -  excédentaire, de 20% à 30% .

 Ouest / Sud Ouest (rafales parfois fortes sous orages)

> Un temps bien estival se poursuit, avec des périodes de chaleur débouchant sur des passages orageux bien marqués par endroits, avant une fin de mois fraîche.

 

Septembre: 

 

 Températures

 Précipitations

 Ensoleillement

 Vent

 EXCÉDENTAIRE - Elles affichent un excédent moyens proche de +0,7°C

 DEFICITAIRE - Déficit de 40 à 70%, voire de 80% se constate. Proche de la normale sur l'est de la région.

 DEFICITAIRE -  on constate un manque de 10 à 20%

 Nord/ Nord ouest et Ouest / Sud Ouest

> Avec la poursuite de conditions estivales, la sécheresse s'accentue et si la fin de mois voit le retour des premières gelées, les journées restent agréables.  

 

Octobre: 

 

 Températures

 Précipitations

 Ensoleillement

 Vent

 EXCEDENT - Elles affichent un excédent moyens proche de +01,2°C

 DEFICITAIRE - Déficit sévère de 80 à 90%, ou de 60 à 70% tout au nord.

 EXCEDENT -  Excédent mensuel de 50 à 70% sur le nord et l'ouest lorrain et de 20 à 30% au sud-est.

 Nord Est (Vent de Nord et de Sud sur le massif)

 > Dans la continuité de septembre, un temps sec et bien ensoleillé continue d'assécher les sols, même si le début et la fin de mois s'avèrent humides. .

 

Novembre: 

 

 Températures

 Précipitations

 Ensoleillement

 Vent

 EXCEDENT – Elles affichent un excédent moyens proche de +01,1°C

 DEFICITAIRE -  La pluviométrie reste souvent déficitaire avec des écarts de l'ordre de 20 à 40% en général, mais atteignant encore 60 à 70% sur l'Est de la région.

 EXCEDENT -  De 30 à 50%

 Nord Est à Est et Sud à Sud Ouest

> Contrairement à la façade ouest de la lorraine, le temps n'est que faiblement perturbé vers l'Est, mais partout une ambiance assez douce et lumineuse pour la saison règne.

 

Décembre (provisoire): 

 

 Températures

 Précipitations

 Ensoleillement

 Vent

 EXCEDENT - Elles affichent un excédent moyens proche de +01,5°C

 LEGER EXCEDENT

 DEFICITAIRE (LEGER)

 Ouest / Sud Ouest

> De nombreux passages pluvieux avant un temps plus sec et frais voire froid avec des journées sans dégel en fin de mois.

 

Faits marquants:

 

Janvier: En 5 jours, la normale d'un mois de janvier est parfois dépassée avec des cumuls atteignant 109 mm à Gondrexange (normale de 80 mm), 133 mm à Bains-Les-Bains (121 mm) et 168 mm à Remiremont (162 mm).

Exceptionnel pour un mois janvier, pas la moindre gelée à Mouzay ou Malancourt-La-Montagne

Températures : La moyenne de 6.5°C à Nancy et 6.4°C à Metz est la plus élevée depuis 1946, avec 6.3°C à Roville-Aux-Chênes et 5.7° C à Erneville-Aux-Bois, janvier 2018 est le plus doux depuis 1993.

 

Février: Des gelées sévères Le 28, on relève: -16.4°C à Turquestein-Blancrupt -16.1°C à Vagney -15.8°C à Bonzee
-15.1°C à Epinal et Rollainville -14.6°C à Ommeray -14.0°C à Badonviller -13.4°C à Nancy -12.3°C à Metz -10.1°C à Mouzay

La neige Du 1er au 17, des cumuls de neige fraîche de 20 à 30 cm en montagne vers 1000 m. Sur le Pays-Haut, le 11 au matin, la couche de neige atteint 8 cm.

 

Mars: Bilan hydrique: Pour la période dite de recharge (d'octobre à mars), la pluviométrie est proche de la normale à Etain (492 mm) ou Ligneville (630 mm), mais souvent on relève un excédent de 10 à 20%, atteignant 45% à Bazincourt (1075 mm) et Dieuze (741 mm), voire 55% à Bains-Les-Bains (1278 mm) et Remiremont (1540 mm).

Neige tardive et froid: Le 18 au matin, la couche de neige atteint 5 à 10 cm sur le sud de la région, et 1 à 3 cm tout au nord. En plafonnant à -2.3°C à ErnevilleAux-Bois, -0.8°C à Nancy et -0.7°C à Metz, les maximales du 18 sont les plus basses relevées (depuis 1947) après un 10 mars.



Avril : Ce mois d'avril se classe dans le trio de tête des plus chauds depuis 1946.

Températures remarquables : Avec une température moyenne de 13°C à Nancy, 2018 se classe en 1ère position à égalité avec 2007, des moins d'avril les plus chauds depuis 1946. A Metz, la moyenne qui affiche aussi 13°C, arrive en 3ème position après 2011 (13.4°C) et 2007 (14.1°C).

 

Mai: Pour Erneville-Aux-Bois qui cumule 165.1 mm et Nancy 163.7 mm, 2018 se classe au second rang des mois de mai les plus arrosés depuis 1946. Des records de températures: depuis 1946, c'est la moyenne la plus élevée d'un mois de mai pour Metz (16.6°C), Nancy (16.3°C) ou ErnevilleAux-Bois (14.9°C).

Activité orageuse intense: les 21, 28 et 31, des chutes de grêle touchent le secteur de Badonviler.

 

Juin: Orages violents: le 4 : forte averse orageuse à Deyvillers touché par la grêle et des inondations, le 9 : nombreux dégâts liés aux inondations, suite à des orages à Saint-Avold ainsi que dans l'agglomération messine. le 11 : inondations suite aux orages à Villerupt et Jarny.

 

Juillet: Des températures élevées: Elles arrivent souvent au 4ème rang des plus élevées depuis 1946, comme à Metz où la moyenne affiche 22.5°C, à Epinal avec 21.4°C et à Erneville-Aux-Bois avec 20.8°C. (le record de 2006 étant de 24.2°C à Metz, 22.6°C à Epinal et 20.8°C à Erneville). A Nancy, la moyenne de 22.5°C se classe en 2ème position des mois de juillet les plus chauds depuis 1946 (à égalité avec 2015), mais devancé par 2006 avec 23.6°C.

Second rang des plus ensoleillés depuis 1950 avec 323 h à Nancy.

 

Août: Des températures élevées: A Nancy, la moyenne de 21.2°C se classe en 3ème position depuis 1946, loin du record de 23.7°C en 2003, 2015 avec 21.7°C étant 2ème. Les moyennes de 19.4°C à Erneville Aux-Bois et de 20.8°C Metz arrivent au 5ème rang des plus chaudes depuis 1947. La période de canicule s'achève le 7 avec le mercure qui atteint 39.5°C à Vassincourt, 37.8°C à Bonzée, 37.4° C à Doncourt-Les-Conflans, 36.9°C à Mouzay, 36.6°C à Metz, 36.5°C à Nancy et 35.6°C à Epinal.

 

Septembre: Premières gelées automnales

 

Octobre : La sécheresse : A Nancy, octobre 2018 se classe au 3ème rang des plus secs depuis 1946 (record en 1969 avec 2.4 mm).

 

Sur la période agricole de mars à octobre, partout la pluviométrie est déficitaire: -de 8% à Nancy (468 mm), Futeau (555 mm) et Porcelette (514 mm), -de 20% à Châtenois (493 mm), -de 22% à Boulay (402 mm), -de 24% à Cheniménil (585 mm), -de 30% à Epinal (455 mm) et Grand (472 mm), -de 35% à Remiremont (605 mm) et Xonrupt-Longemer (744 mm) -de 37% à St-Quirin (496 mm), -de 39% à Villette (377 mm), -de 42% à Benney (336 mm), Lunéville et Volmunster (331 mm), -de 44% à Triaucourt (343 mm), Le Ménil (681 mm) et Behonne (372).

 

Des températures proches des records absolus le 13: 28.8°C à Aubreville, 27.5°C à Mouterhouse (record de 2011 égalé), 27.4°C à Vassincourt, 27.2°C à Mouzay, 27.1°C à Nancy (record de 27.2°C le 3/10/1985), 27.0°C à Badonviller.

 

Novembre: Douceur remarquable: Le 12, la température maximale de 21.2°C à Nancy est la seule valeur depuis 1946 qui dépasse les 20°C après un 8 novembre, date du record absolu de 22.1°C en 2015. A Metz, la valeur de 20.5°C relevée le 8 arrive en 3ème position des plus douces depuis 1946, le record étant de 22.3°C le 7 novembre 2015.

La neige: le 20 au matin, on relève: 1 cm à Badonviller et Bussang 2 cm à Ban-de-Sapt et XonruptLongemer

 

Décembre: Des journées sans dégel. Au moins 6 jours sans dégel à Nancy et au moins 7 jours sans dégel à Metz pour l'année 2018 dont quelqu’un en décembre. La normale annuelle du nombre de jour sans dégel à Nancy est de 13 jours, et de 11,5 jours à Metz.

 

(Avec Météo France)

 

 

Posté par meterologue à 10:00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

dimanche 23 décembre 2018

Info/Météo/Climat: 2018 : l’année la plus chaude en France

2018 : l’année la plus chaude en France

La température moyennée sur l'année, proche de 14 °C, devrait se situer 1,4 °C au-dessus de la moyenne de référence 1981-2010. Un tel écart positionne 2018 au premier rang des années les plus chaudes depuis le début du XXe siècle, devant 2014 (+1,2 °C) et 2011 (+1,1 °C). On a aussi connu cette année une séquence de 9 mois consécutifs au-dessus des normales ; ce qui n'était non plus jamais arrivé depuis le début des mesures.


 

En Allemagne, en Autriche et en Suisse, 2018 est également l'année la plus chaude enregistrée depuis le début des relevés météorologiques. Il est possible que ce soit aussi le cas à l'échelle de l'Europe.

Deux causes principales expliquent cette année exceptionnellement chaude :

Des configurations météorologiques propices à la chaleur

Depuis la fin du printemps, on a vécu de fréquentes situations de type « régime scandinave », c'est-à-dire des hautes pressions centrées sur la Scandinavie. Ce type de temps favorise l'apport d'air continental particulièrement chaud durant la période estivale. L'été 2018 est d'ailleurs le second été le plus chaud depuis le début des mesures (derrière 2003).

Le changement climatique

Les situations météorologiques ne peuvent expliquer à elles seules une année aussi chaude. Dans le cadre du changement climatique la température moyenne sur la France augmente régulièrement depuis plusieurs décennies. Sur les 10 années les plus chaudes, 9 se sont produites après l'an 2000 !

Ce réchauffement climatique a déjà de nombreuses conséquences : des vagues de chaleur plus fréquentes, moins de neige l'hiver en moyenne montagne, plus de surfaces impactées par la sécheresse… On peut retrouver des explications détaillées dans la vidéo suivante.

Retrouver le bilan provisoire plus complet de l'année 2018.

 

(Météo France)

 

Posté par meterologue à 10:59:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Info/Météo: Point sur la situation Hydrologique en France et en Lorraine au 01er Décembre 2018

 

Point sur la situation Hydrologique en France et en Lorraine au 01er Décembre 2018

 

> En France

Novembre 2018: Les précipitations, très contrastées, ont été déficitaires de 20 à 60 % du Sud-Ouest au NordEst ainsi que le long des côtes de la Manche et sur les Alpes du Nord. Elles ont en revanche été excédentaires dans le Nord-Ouest et le Sud-Est. Les cumuls mensuels ont localement dépassé deux fois la normale en région PACA et en Languedoc. En moyenne sur la France et sur le mois, la pluviométrie a été légèrement déficitaire .
La sécheresse a débuté en juillet sur le flanc est du pays puis s’est étendue à un large quart nord-est en se renforçant au fil des mois. Pour cette période de l’année, la sécheresse présente d’ores et déjà un caractère très exceptionnel sur les régions Grand-Est, Bourgogne-FrancheComté et Auvergne-Rhône-Alpes. 

 

* : normales concernant température et précipitations : moyenne de référence 1981-2010

 

> En Lorraine

Précipitations:

Sur le bassin Rhin-Meuse, le déficit pluviométrique marqué (de l’ordre de 60% pour l’Alsace et 40% pour la Lorraine) qui s’est encore prolongé en novembre continue à impacter très fortement la situation hydrologique générale. Au mois de novembre, la pluviométrie est proche de la normale sur les départements de l’Aube et de la Marne. Les Ardennes et la Haute-Marne sont en grande partie déficitaires. Pour ces 2 départements, seule une bande à l’est des Ardennes est proche de la normale.

- Le cumul mensuel de précipitations agrégées pour la Lorraine est de 54.3 mm soit un déficit global de 39%. Les cumuls sont compris entre 30 mm et 75 mm voire 100 mm au nord-ouest de la Meuse.

- Le bilan par rapport à la normale est :

* pour la Moselle, le déficit s’étage de 10% sur la moitié ouest à 75% sur l’extrême sud-est

* en Meurthe-et-Moselle, le bilan déficitaire est compris entre 10% et 25% sur la moitié nord et entre 25% et 50% sur la moitié sud voire 75% à l’extrême sud-est

* pour la Meuse, le déficit, majoritairement compris entre 25% et 50% voire localement 75%, ne dépasse pas 25% au nord-ouest du département

* dans le département des Vosges, le déficit passe, de 25% à 50% sur la moitié ouest, à 50% et 75% sur l’Est du département.

 

- Pluviométrie de septembre à novembre 2018

Pour cette période, le bilan est déficitaire sur tout le Grand Est :

* pour la Lorraine : compris entre 50% et 75% à l’exception d’une bande à l’extrême ouest de la Moselle et du nord-ouest de la Meuse où il est moins accentué, de 25% à 50%

L’indice d’humidité des sols au 01/12/2018 est compris entre 0.20 (Bas-Rhin) et 0.55 (Meuse, Haute-Marne et sud de l’Aube), voire 0.65 (relief vosgien et nord des Ardennes).
Cela génère un écart pondéré à la normale négatif et compris globalement entre -70% et -30%, sur la Lorraine et l’Alsace, mais moins accentué sur la Champagne-Ardenne, de -50% à -20%.

 

en grand format (nouvelle fenêtre)

 

en grand format (nouvelle fenêtre)

Légende: Cumul de précipitation et indice d'humidité des sols (Carte: Météo France).

 

Côté hydrologique:

En cette période normalement très humide, le manque de précipitations accentue encore un peu plus l’écart aux valeurs de saison, tant pour les débits minimaux que pour l’hydraulicité mensuelle qui affiche des écoulements représentant globalement moins de 20% de la normale pour un mois de novembreLes débits des cours d’eau restent encore à un niveau très bas pour la période et ils sont globalement inférieurs au débit médian d’un mois de novembre.

 

en grand format (nouvelle fenêtre)

  

> En Meuse (au 23 Novembre 2018):  08 rivières indiquent un écoulement visible faible. 03 rivières indiquent un écoulement non visible. 04 rivières Assec. Le reste (15) des rivières la situation est normal.

> En Meurthe et Mosselle (au 26 Novembre 2018): 21 rivières indiquent un écoulement visible faible. 08 rivières indiquent un écoulement non visible. 07 rivières Assec. Le reste (02) des rivières la situation est normal mais les niveaux sont en baisse. 

> En Moselle (au 25 Octobre 2018): 10 rivières indiquent un écoulement visible faible. 01 rivière indique un écoulement non visible. 7 rivières Assec. Le reste (22) des rivières la situation est normal mais les niveaux sont en baisse(A noter: Absence de donnée pour 40 rivières)

> Dans les Vosges (au 25 Septembre 2018): 1 rivière indique un écoulement non visible. 7 rivières indiquent un écoulement visible faible. 2 rivières Assec. Le reste (21) des rivières la situation est normal mais les niveaux sont en baisse.


 
Remplissage des lacs-réservoirs de la région Lorraine:

Pour les réservoirs et barrages de la région Grand Est, la tendance à la baisse constatée le mois dernier se poursuit, cependant il est constaté la remontée du niveau de certains ouvrages (Mouche et Bouzey), en réaction aux pluies tombées pendant le mois de novembre.
Le niveau de remplissage global est de l’ordre de 15% pour les retenues destinées au soutien de l’étiage et de l’ordre de 25% pour les retenues destinées à la navigation. Pour les retenues destinées à l’alimentation en eau potable, le réservoir de Madine affiche un taux de remplissage de 81% et la retenue de Michelbach de 11%.
Pour rappel, pour répondre à la double mission de soutien des étiages et de lutte contre les crues, les lacs-réservoirs Marne, Seine et Aube sont en théorie remplis du 1er novembre au 30 juin puis vidangés du 1er juillet au 31 octobre, la vidange pouvant être prolongée en cas d’étiage sévère jusqu’à début décembre. Fin septembre, les taux de remplissage des trois lacs sont proches de leur objectif de gestion.

 

Nappes Souterraines:

L’état du niveau des nappes est comparable à celle des mois précédents, à savoir une situation de basses eaux. Certaines nappes parmi les plus réactives ont vu leurs niveaux réagir aux pluies tombées en fin de mois, signe de l’amorce de la recharge. Cependant les niveaux restent inférieurs aux normales d’un mois de novembre et atteignent des niveaux modérément bas, bas à très bas, ce qui s’explique par le fait que la période de recharge devrait être débutée depuis le mois dernier.

La situation météorologique déficitaire du mois de novembre a entrainé une prolongation de la période de basses eaux que l’on retrouve habituellement en fin d’étiage. Du fait de cette prolongation des basses eaux et alors que la période de recharge devrait être commencée, les niveaux des nappes s’éloignent des normales d’un mois de novembre et atteignent des niveaux modérément bas, bas à très bas (11 piézomètres sont à des niveaux très bas). Certains piézomètres parmi ceux qui sont les plus réactifs, réagissent aux pluies tombées en novembre et leur niveau moyen mensuel est en hausse, signe de l’amorçage de la recharge. Pour les autres, le niveau se stabilise ou reste à la baisse.

Dans l'ouest Meuse, la situation des nappes en Champagne-Ardenne est dans la continuité des tendances observées du mois d’octobre avec une poursuite de la décharge généralisée des niveaux de nappe vers des niveaux très bas sur les premières semaines du mois de novembre avec une tendance à la stabilisation. On constate néanmoins que la fin du mois de novembre marque clairement le début de la remontée des niveaux et d’une recharge des nappes.

 

en grand format (nouvelle fenêtre)

 

Ailleurs en France:

Le niveau des nappes au 1er Octobre 2018 est hétérogène d’une région à l’autre.

Un tiers des nappes (33%) affichent un niveau modérément haut à très haut mais près de la moitié (45%) affiche un niveau modérément bas à très bas. Le cinquième restant (22%) se situe dans la moyenne. Cette situation n’est pas très anormale pour cette époque de début d’automne mais elle traduit tout de même une période de basses eaux qui se prolonge un peu, en l’absence de précipitations en septembre. La période de recharge hivernale n’est, pour l’instant, pas encore active

La tendance d'évolution du niveau des nappes traduit encore, ce mois-ci, la période des basses eaux avec, toujours seulement 11% des points encore stables. La situation a très peu évolué par rapport au mois dernier. Le nombre de points en hausse (8%) reste faible. Le nombre de points dont la tendance d’évolution est orientée à la hausse ou à la baisse (81%) est resté stable sur le mois de septembre. Cette situation traduit une période de recharge qui n’est pas encore réellement amorcée.

La situation des nappes au 1er octobre 2018 traduit la poursuite de la période de basses eaux et une reprise de la recharge hivernale qui se fait attendre. Cette situation, liée au déficit pluviométrique de septembre, n’est pas très habituelle pour cette époque de l’année, généralement plus arrosée.

 

Côté Sécheresse:

Au 01er Décembre 2018: 10 départements en France ont pris au moins une restriction d'usages de l'eau sur leur territoire.

Au 01er Décembre 2018 en Lorraine: Seul la Meuse est en restriction de niveau orange.

> /.
 

 

Analyse (au 23 Décembre 2018) pour la Lorraine:

Les derniers mois voire quasiment une bonne partie de l'année a été marquée par un déficit pluviométrique parfois très important voire même inhabituel.
Un déficit qui s'est renforcé et a duré dans le temps au moins jusqu'à début décembre avec des conséquences de sécheresse importantes.
Des restrictions d'eau de niveau orange rarement prolongé depuis que ce dispositif existe jusqu'au 01er décembre d'une année sur certain département.
La situation de recharges des nappes débute seulement en ce moment mais l'hiver sera déterminant si une situation similaire voire pire se reproduit l'année prochaine.
Cette situation nous interroge sur l'économie d'eau et sur le futur plus moins proche du risque de pénurie d'eau.
Au 23 décembre, les précipitations du mois ont permis de retrouver une certaine stabilité et retour à la normale concernant les eaux superficielles.  Cela prendra un peu plus de temps pour les nappes souterraines.


Prochain point vers la mi Janvier.

 

 

*On distingue plusieurs types de sécheresses :

- La sécheresse météorologique correspond à un déficit prolongé de précipitations.
- La sécheresse des sols, dite « agricole », se caractérise par un déficit en eau des sols superficiels (entre 1 et 2 m de profondeur), suffisant pour altérer le bon développement de la végétation. Elle dépend des précipitations et de l'évapotranspiration des plantes. Cette notion tient compte de l'évaporation des sols et de la transpiration des plantes (l'eau puisée par les racines est évaporée au niveau des feuilles). La sécheresse agricole est donc sensible aux précipitations, à l'humidité et à la température de l'air, au vent mais aussi à la nature des plantes et des sols.
- La sécheresse hydrologique se manifeste enfin lorsque les lacs, rivières ou nappes souterraines montrent des niveaux anormalement bas. Elle dépend des précipitations mais aussi de l'état du sol influant sur le ruissellement et l'infiltration. Le réseau hydrographique et les caractéristiques des nappes déterminent les temps de réponse aux déficits de précipitations observés sur différentes périodes.
Ces « différentes » sécheresses peuvent intervenir à divers moments, non forcément concomitants et ne sont pas forcément systématiques.

 

(Avec Météo France, BRGM, Eau France et Dreal Grand Est)

 

Posté par meterologue à 10:57:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

vendredi 21 décembre 2018

Evénement Météo: Météo à la Carte: Retrouvez le direct de ce 20 Décembre 2018 ici même !!

 Alexis Jannot : Observateur Officiel de "Météo à la Carte"!

 

Retrouvez le direct de ce 20 Décembre 2018 ici même !!

 

<< Météo à la carte » est une émission interactive, informative, divertissante et réactive en fonction des événements météorologiques.
Chaque jour, l’émission propose aux téléspectateurs un contenu varié, pour comprendre l’impact de la météo sur la santé, la nature, l’histoire et certains métiers… « Météo à la carte » proposera des points météo détaillés, des reportages dans les régions et des rubriques en plateau…

 

Présenté par Laurent Romejko ; Marine Vignes diffusé du lundi au vendredi à 12h55 et Alexis Jannot à était officiellement nommé observateur officiel de "Météo à la Carte" sur France 3 dit par Laurent Romejko qui a était complètement scotché par Alexis par ses connaissance, ses relevées et ses observation  météo.

 

 

Powered by Dailymotion

 

 En cas de Probléme : Cliquez ici

Pour revoirs la Vidéo  du 05 septembre 2012 c'est ici  : Cliquez ici

Le site de l'émission : Cliquez ici

 

Avec l'Aide de Fabrice Gillant

 

 

Posté par meterologue à 21:35:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


mercredi 19 décembre 2018

Info/Météo/Sécheresse/Lorraine: Point de Suivi d'Etiage en Lorraine au 11 Décembre 2018

 

Point de Suivi d'Etiage en Lorraine au 11 Décembre 2018

 

> En Lorraine

Au vu de la situation au 9 décembre, ce bulletin sera le dernier bulletin et clôturera le suivi de la saison d'étiage 2018.

Sur les bassins de la Meuse et de la Moselle, les précipitations abondantes de la première décade de décembre ont nettement amélioré les écoulements dans les cours d'eau. Grâce à ces apports, la situation hydrologique générale évolue très favorablement, même si l'amélioration est plus mesurée sur quelques petits bassins amont moins arrosés que les autres. En conséquence, toutes les unités passent en bleu. Sur le bassin du Rhin et de la Sarre, on observe également que les niveaux sont remontés sur toutes les zones, y compris le Rhin. En conséquences, toutes les unités hydrologiques sont en bleu. Pour les aquifères du bassin Rhin-Meuse, la presque intégralité des nappes a réagi aux précipitations et on note donc une recharge, plus ou moins importante selon la réactivité des nappes. Cependant, les niveaux restent inférieurs aux normales de saison, ce qui explique que les couleurs jaune, orange et même rouge soient encore présentes sur la carte, d'autant plus qu'il s'agit d'une situation moyenne sur 30 jours.

Ouest Meuse: Sur le bassin Seine-Normandie en région Grand-Est, les pluies importantes observées au début du mois de décembre améliorent nettement la situation hydrologique. Les bassins crayeux sont les moins réactifs aux pluies et de ce fait, l'unité hydrologique "Affluents crayeux Marne et Aisne aval" reste en jaune et l'unité "Affluents crayeux Aube et Seine" passe de jaune à gris. Sur les bassins non crayeux, les réactions aux pluies sont plus importantes et toutes les autres unités hydrologiques et les trois corridors Marne, Seine et Aube sont maintenant en bleu. Pour les aquifères du bassin Seine-Normandie, la situation est similaire à celle décrite pour les aquifères du bassin Rhin-Meuse, mais avec un impact plus léger des précipitations sur la nappe de la craie, du fait d'une inertie très forte de cet aquifère. Cependant, on note malgré tout des hausses des niveaux d'eau dans certains secteurs de cette nappe.


Pour les réservoirs et barrages de la région Grand Est, la plupart des soutiens a été arrêtée et ceux-ci entament enfin leur remplissage.

 
 

 

*On distingue plusieurs types de sécheresses :

- La sécheresse météorologique correspond à un déficit prolongé de précipitations.
- La sécheresse des sols, dite « agricole », se caractérise par un déficit en eau des sols superficiels (entre 1 et 2 m de profondeur), suffisant pour altérer le bon développement de la végétation. Elle dépend des précipitations et de l'évapotranspiration des plantes. Cette notion tient compte de l'évaporation des sols et de la transpiration des plantes (l'eau puisée par les racines est évaporée au niveau des feuilles). La sécheresse agricole est donc sensible aux précipitations, à l'humidité et à la température de l'air, au vent mais aussi à la nature des plantes et des sols.
- La sécheresse hydrologique se manifeste enfin lorsque les lacs, rivières ou nappes souterraines montrent des niveaux anormalement bas. Elle dépend des précipitations mais aussi de l'état du sol influant sur le ruissellement et l'infiltration. Le réseau hydrographique et les caractéristiques des nappes déterminent les temps de réponse aux déficits de précipitations observés sur différentes périodes.
Ces « différentes » sécheresses peuvent intervenir à divers moments, non forcément concomitants et ne sont pas forcément systématiques.

 

(Avec Météo France et Dreal Grand Est)

 

 

Posté par meterologue à 16:36:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Info/Météo/France: Point sur la sécheresse des sols

Point sur la sécheresse des sols

Depuis le début du mois de décembre, la configuration météorologique est caractérisée par un régime NAO+(*). Cette configuration, à l'opposé de celle qui a dominé tout au long de l'automne météorologique, a permis à la fois un recul de la sécheresse des sols dans les régions de l'est mais aussi une accalmie bienvenue près de la Méditerranée après plusieurs épisodes pluvieux intenses. 
 
Champ de pression mer en Europe du 1er au 11 décembre 2018 © Modèle du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme, développé en partenariat avec Météo-France
Champ de pression mer en Europe du 1er au 11 décembre 2018 © Modèle du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme, développé en partenariat avec Météo-France
(Cliquer sur l'image pour l'agrandir) 
 

Dans l'est, situation en voie d'amélioration

Les régions de l'est de la France, Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté et Grand Est, ont bien profité des passages pluvieux et venteux qui se sont succédé ces derniers jours. Certaines villes ont même déjà atteint le cumul normal d'un mois de décembre entier. C'est le cas de Dijon avec 61 mm du 1er au 11 décembre 2018 (normale de décembre : 63), Langres avec 90 mm (normale de décembre : 88) ou Le Mont-Dore dans le Puy-de-Dôme à 1220 m avec 204 mm (normale de décembre : 189). Les pluies ont logiquement amélioré la situation superficielle des sols dans ces régions même si un déficit persiste sur une partie du territoire, notamment en Alsace.  
Écart pondéré à la moyenne quotidienne de référence 1981-2010 de l'indice d'humidité des sols en France métropolitaine le 11 décembre 2018
 
Ces précipitations ont eu lieu sous forme de neige en moyenne montagne sur les massifs de l'est, où l'enneigement est parfois important pour cette époque de l'année. Comme sur une grande partie nord des Alpes, notamment sur les massifs de la Haute-Maurienne (162 cm de neige relevés ce mercredi matin à la station nivôse Bonneval à 2720 m). L'enneigement est souvent présent dès 1000 m d'altitude avec 31 cm au Col de Porte à 1325 m en Isère mais aussi dans le massif du Jura (26 cm à La Boissaude Rochejean dans le Doubs à 1220 m)  ou des Vosges (20 cm au Markstein à 1180 m).
 
Évolution des conditions météo (vent et température) et de l'enneigement à la station Bonneval (massif de la Haute-Maurienne) du 5 au 11 décembre 2018
Évolution des conditions météo (vent et température) et de l'enneigement à la station Bonneval (massif de la Haute-Maurienne) du 5 au 11 décembre 2018 
(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)
 

Sur l'année, des niveaux parfois records

Malgré la sécheresse estivale, la pluviométrie sur l'année 2018 est souvent proche de la normale en raison des précipitations abondantes les premiers mois de l'année et ces derniers jours. Certaines régions connaissent même une pluviométrie largement excédentaire, entre +50 et +100 % par rapport aux moyennes 1981-2010, c'est le cas principalement des régions méditerranéennes et très localement du reste du pays (plateau de Langres) :
 
Tableau des valeurs de pluviométrie du 1er janvier au 11 décembre 2018 sur Langres, l'Île du Levant, Béziers et le Luc-en-Provence
 
 
(*) NAO: Lorsque la différence de pression entre les Açores et l'Islande diminue voire s'inverse, on parle de régime NAO (North Atlantic Oscillation) négative. Lorsqu'elle est plus élevée que d'habitude, on parle de NAO positive (cette situation engendre un flux d'ouest rapide générateur de dépressions porteuses de passages pluvieux sur le nord-ouest du continent et en particulier sur une large partie nord de la France).
(Météo France)

Posté par meterologue à 16:31:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Info/Météo: Point sur la situation hydrologique au 01 Décembre 2018 en France

 

Point sur la situation hydrologique au 01er Décembre 2018 en France

 

> Le Bilan

Novembre 2018: Les précipitations, très contrastées, ont été déficitaires de 20 à 60 % du Sud-Ouest au NordEst ainsi que le long des côtes de la Manche et sur les Alpes du Nord. Elles ont en revanche été excédentaires dans le Nord-Ouest et le Sud-Est. Les cumuls mensuels ont localement dépassé deux fois la normale en région PACA et en Languedoc. En moyenne sur la France et sur le mois, la pluviométrie a été légèrement déficitaire .
La sécheresse a débuté en juillet sur le flanc est du pays puis s’est étendue à un large quart nord-est en se renforçant au fil des mois. Pour cette période de l’année, la sécheresse présente d’ores et déjà un caractère très exceptionnel sur les régions Grand-Est, Bourgogne-FrancheComté et Auvergne-Rhône-Alpes.

 

* : normales concernant température et précipitations : moyenne de référence 1981-2010

 

Consulter le bilan de suivi hydrologique 

 

 

> Nappes d'eau souterraine

carte de France de l'état des nappes d'eau au 1er octobre 2018

Au 01er Octobre 2018:

Le niveau des nappes au 1er Octobre 2018 est hétérogène d’une région à l’autre.

Un tiers des nappes (33%) affichent un niveau modérément haut à très haut mais près de la moitié (45%) affiche un niveau modérément bas à très bas. Le cinquième restant (22%) se situe dans la moyenne. Cette situation n’est pas très anormale pour cette époque de début d’automne mais elle traduit tout de même une période de basses eaux qui se prolonge un peu, en l’absence de précipitations en septembre. La période de recharge hivernale n’est, pour l’instant, pas encore active

La tendance d'évolution du niveau des nappes traduit encore, ce mois-ci, la période des basses eaux avec, toujours seulement 11% des points encore stables. La situation a très peu évolué par rapport au mois dernier. Le nombre de points en hausse (8%) reste faible. Le nombre de points dont la tendance d’évolution est orientée à la hausse ou à la baisse (81%) est resté stable sur le mois de septembre. Cette situation traduit une période de recharge qui n’est pas encore réellement amorcée.

La situation des nappes au 1er octobre 2018 traduit la poursuite de la période de basses eaux et une reprise de la recharge hivernale qui se fait attendre. Cette situation, liée au déficit pluviométrique de septembre, n’est pas très habituelle pour cette époque de l’année, généralement plus arrosée.

 

Lire la suite...

 

(Météo France et BRGM)

 

Posté par meterologue à 16:29:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 5 décembre 2018

Info/Météo: Automne 2018 : doux et ensoleillé

Automne 2018 : doux et ensoleillé

Bilan provisoire au 27 novembre 2018

(Automne météorologique : septembre - octobre - novembre)

Durant l'automne 2018, les conditions anticycloniques ont été prédominantes excepté sur le Sud-Est et la Corse qui ont été touchés par de fréquents épisodes méditerranéens. Le nord du pays, très peu arrosé, a connu un ensoleillement remarquable.

Hormis deux pics de froid du 26 au 31 octobre et du 18 au 22 novembre, les températures sont souvent restées supérieures aux valeurs saisonnières tout au long de l'automne. En moyenne proches des normales* sur les côtes de la Manche et de l'Atlantique ainsi qu'au pied des Pyrénées, elles ont été 1 à 2 °C au-dessus sur le reste du pays.

En moyenne sur la saison et sur la France, la température devrait être supérieure à la normale de 1 °C, plaçant 2018 au 4e rang des automnes les plus chauds, derrière 2006 (+2,4 °C), 2014 (+2,3 °C) et 2011 (+ 1,7 °C).

Evolution de la température moyenne quotidienne par rapport à la normale - France - 1er septembre au 26 novembre 2018 
Evolution de la température moyenne quotidienne par rapport à la normale - France - 1er septembre au 26 novembre 2018 - © Météo-France
(Cliquer sur le graphe pour l'agrandir)

La pluviométrie, géographiquement très contrastée, a été déficitaire sur la majeure partie du pays à l'exception des régions méridionales. Le déficit a dépassé 50 % sur l'Alsace, la Lorraine et la Franche-Comté, contribuant à la poursuite de l'assèchement des sols superficiels sur le quart nord-est de l'Hexagone. Les régions méditerranéennes, en revanche, ont été frappées par plusieurs épisodes pluvio-orageux intenses en octobre et novembre avec des pluies localement diluviennes sur les Cévennes, le Var et la Corse, ainsi que les 14 et 15 octobre dans l'Aude. Les cumuls de précipitations y sont 1,5 à 2 fois supérieurs à la normale.

En moyenne, sur la France et sur la saison, la pluviométrie est à ce jour déficitaire* de près de 30 %.

Rapport à la normale des cumuls saisonniers de précipitations agrégées - France - automne 2018 
Rapport à la normale des cumuls saisonniers de précipitations agrégées - France - automne 2018 - © Météo-France
(Cliquer sur la carte pour l'agrandir)

L'ensoleillement, conforme à la saison sur les régions méditerranéennes, a été remarquable sur le reste du pays, excédentaire** de plus de 30 % au nord de la Loire, voire de plus de 50 % près des frontières du Nord et du Nord-Est.

 

* moyenne de référence 1981-2010
** moyenne de référence 1991-2010

(Météo France)

 

Posté par meterologue à 10:20:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Info/Météo: Climat Monde : 2018, encore une année parmi les plus chaudes jamais observées

Climat Monde : 2018, encore une année parmi les plus chaudes jamais observées

Jeudi 29 novembre, à quasiment un mois de la fin d'une année 2018 encore marquée par de nombreux phénomènes climatiques extrêmes, l'Organisation météorologique mondiale (OMM) a publié sa déclaration annuelle provisoire sur l'état du climat mondial. 

L'OMM indique que la tendance au réchauffement sur le long terme s'est poursuivie cette année. La température moyenne à la surface du globe devrait faire de 2018 la 4e année la plus chaude depuis le début des mesures, après 2016, 2015 et 2017, soit ces 4 dernières années. En outre, les 20 années les plus chaudes jamais enregistrées se situent toutes parmi les 22 dernières années.

Anomalie de température de l'air à la surface du globe sur la période janvier - octobre 2018

Hausse de la température et des gaz à effet de serre au niveau mondial

De janvier à octobre 2018, la température moyenne à la surface du globe a été supérieure de quasiment 1 °C aux valeurs de l'époque préindustrielle (1850-1900). Ces résultats ont été obtenus à partir de cinq jeux mondiaux de données de température tenus à jour indépendamment les uns des autres.

D'après le Secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas, « les objectifs fixés dans le contexte du changement climatique (endiguer la hausse de la température à +1,5 °C) ne sont pas en voie d'être atteints. Avec les concentrations de gaz à effet de serre qui ont encore une fois atteint des niveaux records, et si la tendance se poursuit, la température risque d'augmenter de 3 à 5 °C d'ici à la fin du siècle. Nous sommes la première génération à bien comprendre les changements climatiques et la dernière à pouvoir en contrer les conséquences ».

La température n'est pas le seul paramètre à varier sous les effets des changements climatiques. Sécheresses et inondations, tempêtes et cyclones tropicaux ont touché de nombreuses parties du globe cette année. Le niveau moyen de la mer de janvier à juillet 2018 était par exemple supérieur d'environ 2 à 3 mm par rapport à ce qu'il était durant la même période en 2017. L'étendue de la banquise arctique a été bien inférieure à la normale depuis le début de l'année, affichant des records à la baisse en janvier et février. Le maximum annuel, observé à la mi-mars, figure au troisième rang des plus faibles jamais enregistrés. Quant au minimum saisonnier de septembre, il se place au sixième rang des plus faibles jamais constatés, et les 12 minimums saisonniers les plus faibles coïncident avec ceux des 12 dernières années. Les concentrations en gaz à effet de serre ont atteint de nouveaux pics en 2017 et ont continué d'augmenter cette année.

Pour en savoir plus sur l'état du climat mondial en 2018, consulter l'intégralité de la déclaration de l'OMM (en anglais).

Une année particulièrement chaude sur l'Hexagone

En France métropolitaine, 2018 pourrait être l'année la plus chaude. Sur les 11 premiers mois la température moyenne a dépassé de plus de 1,2 °C la normale de référence calculée sur 1981-2010. Les régions du nord et de l'est du pays ont connu un déficit de précipitations important (entre 10 et 30 %) occasionnant la sécheresse cet été et cet automne. À l'opposé, sur le pourtour méditerranéen un fort excédent pluviométrique (jusqu'à 70%) a provoqué de graves inondations. 

(Avec Météo France)

 

Posté par meterologue à 10:19:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,