Le Blog d'Alexis

mercredi 17 décembre 2014

Info/Météo/Vosges: Enneigement dans le massif des Vosges au 16 décembre 2014

Enneigement dans le massif des Vosges au 16 décembre 2014

 

Depuis le début du mois de décembre, le temps est régulièrement doux et humide, en conséquence la neige n'a fait que des apparitions éphémères sur ces massifs.
Le 16 décembre, il ne reste presque plus de neige, seules quelques plaques persistent encore au-dessus de 1200 à 1300m.
Les débuts d'hiver souvent plus précoces ces dernières années font oublier que le très faible enneigement observé actuellement jusque vers 1800m n'est pas rare. C'est plus en altitude, en particulier en Savoie et Haute-Savoie que l'on peut souligner le caractère remarquable pour une mi-décembre. Un enneigement aussi faible se rencontre en moyenne tous les 5 à 10 ans selon les massifs et ne s'était pas vu depuis décembre 2006.

Dans les prochains jours, malgré un temps perturbé, la douceur sera souvent présente et les faibles chutes de neige attendues ne devraient pas beaucoup modifier les conditions d'enneigement.

Et pour le reste de l'hiver ? Il n'existe pas d'outil efficace pour prévoir ce que sera l'enneigement en février par exemple. Au vu des années passées, un faible enneigement mi-décembre n'est pas un bon indicateur pour la suite de la saison. De même, les prévisions saisonnières ne sont pas suffisamment fiables à l'échelle des massifs pour en tirer des conclusions sur l'enneigement.
(Météo France)

 

Information pour les randonneurs

Un enneigement faible n'est pas un gage de stabilité du manteau neigeux.

 

Lire le point complet sur l'enneigement dans les massifs français au 16 décembre 2014.

 

Posté par meterologue à 21:43:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Info/Météo/Climat: 2014 : année la plus chaude en France depuis 1900 ?

2014 : année la plus chaude en France depuis 1900 ?

L'année 2014 est en passe de devenir l'année la plus chaude jamais observée en France métropolitaine depuis le début du XXe siècle.

Depuis le début de l'année, les températures ont été remarquablement chaudes sur le pays. Elles ont été nettement supérieures aux normales sur la plupart des mois de l'année, exceptions faites de mai et juillet qui ont connu des valeurs proches des normales et d'août qui a été particulièrement frais.

La température moyenne annuelle en 2014 sur la France devrait dépasser de plus de 1,2 °C la normale (période de référence 1981-2010), positionnant vraisemblablement l'année 2014 au premier rang des années les plus chaudes depuis 1900, devant 2011 (+ 1.1 °C au-dessus de la normale) et 2003 (+ 1.0 °C).


Évolution des températures moyennes quotidiennes en France en 2014

Indicateur quotidien de température moyenne - Zone climatique : France - du 1er janvier au 15 décembre 2014


Lire le bilan provisoire complet 2014 établi le 16 décembre.


Vers une année record

Il faudrait une dernière quinzaine de décembre 2014 particulièrement froide avec des températures largement inférieures à la normale pour qu'il en soit autrement. À  ce stade, selon les dernières prévisions, ce scénario serait exclu.

Les températures exceptionnelles relevées en 2014 s'inscrivent dans la tendance observée au cours des dernières décennies : les quinze années les plus chaudes observées à ce jour en France depuis le début du XXe siècle l'ont toutes été au cours des vingt-cinq dernières années.
 


Écart à la moyenne annuelle de référence 1981-2010 de l
Ecart à la moyenne annuelle de référence 1981 - 2010 de l'indicateur de température moyenne
Zone climatique : France - 1900 à 2013

 


Un constat similaire à l'échelle européenne

Le diagnostic établi en France rejoint celui établi à l'échelle du continent par le service météorologique néerlandais, sous l'égide de l'Organisation météorologique mondiale (OMM).  Les estimations montrent que 2014 pourrait devenir l'année la plus chaude jamais observée en Europe, devant 2007.
À l'échelle continentale, les températures exceptionnelles relevées cette année s'inscrivent là encore dans la tendance observée au cours de la dernière décennie : exception faite de 1989, les dix années les plus chaudes observées à ce jour en Europe depuis le début du XXe siècle sont toutes postérieures à 2000.
 

Anomalie de température moyenne entre janvier et novembre en Europe depuis 1950
Anomalies de températures moyennes sur la période janvier-novembre, par rapport à la normale calculée sur la période 1981-2010. En bleu, les années froides, en rouge les années chaudes. © KNMI


Une tendance globale

D'après l'OMM, l'année 2014 pourrait également devenir l'une des plus chaudes, si ce n'est la plus chaude, jamais observée, à l'échelle du globe. Dans un communiqué de presse publié le 3, l'organisation indiquait en effet que la température moyenne de l'air à la surface du globe avait dépassé de près de 0,6 °C la moyenne de référence (normale 1961-1990) sur la période de janvier à octobre 2014. 2014 pourrait devenir l'année la plus chaude jamais enregistrée, devant 2010, 2005 et 1998. (lire notre actualité sur le sujet).

Les dernières projections réalisées par la NOAA à l'échelle planétaire vont dans le même sens : elles montrent que 2014 pourrait devenir l'année la plus chaude de la période 1880 à nos jours, devant 2010.

(Météo France)

Posté par meterologue à 21:36:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Info/Météo: Point sur la situation hydrologique au 01 Décembre 2014 en France

Point sur la situation hydrologique au 01 Décembre 2014 en France

La persistance d’un flux de sud qui a dominé tout au long du mois de novembre a favorisé des températures élevées sur la France. Ces conditions ont engendré une succession d‘épisodes méditerranéens particulièrement intenses avec des cumuls de pluie exceptionnels.

Les précipitations ont été très abondantes du Cotentin au Pays basque ainsi que sur un large quart sud-est du pays et en Corse. Les cumuls ont atteint une à deux fois la normale* sur la façade atlantique et l’ouest du Cotentin. Du sud de la Champagne au nord du Massif central, ils ont dépassé une fois et demie à trois fois la normale. Du Languedoc-Roussillon à l’Ardèche et à la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur ainsi que sur le nord-est de la Corse, l’excédent a atteint deux à quatre fois la normale jusqu’à localement plus de cinq fois dans les Alpes-Maritimes et le Var. Ainsi, les départements des Bouches-du-Rhône, des Alpes-Maritimes, du Var, du Vaucluse et de l’Ardèche ont connu leur mois de novembre le plus arrosé depuis 1959.

Seules les régions s’étendant du Calvados et du Centre à la frontière belge ainsi que le massif vosgien ont connu un déficit dépassant généralement 20 %. En moyenne sur la France, la pluviométrie est excédentaire de plus de 40 %.

La succession de dix épisodes méditerranéens depuis mi-septembre revêt cette année un caractère remarquable tant par sa fréquence que par l’intensité des précipitations.

Les températures ont été en moyenne supérieures à la normale de 2.8 °C, plaçant ce mois de novembre au second rang des mois de novembre les plus chauds de puis 1900, derrière 1994.

 

* : normales concernant température et précipitations : moyenne de référence 1981-2010



Consulter le bilan de suivi hydrologique complet

 

(Météo France)

Posté par meterologue à 15:34:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Info/Lorraine/Météo/Sécheresse: Point sur la situation hydrologique au 1er Décembre 2014 en Lorraine

Point sur la situation hydrologique au 1er Décembre 2014 en Lorraine

Dans la continuité d’un mois d’octobre relativement humide et en dépit de leur caractère hétérogène, les précipitations observées en novembre ont confirmé une amélioration générale de la situation hydrologique du bassin Rhin-Meuse.

Les débits minimaux sur trois jours consécutifs (VCN3) et les débits moyens mensuels observés durant ce mois sont partout orientés à la hausse par rapport au mois précédent. Les têtes des bassins vosgiens ont nettement réagi aux précipitations de la première décade et une crue de la Meuse a notamment été observée à Neufchâteau (88) le 05 Novembre.

png - 199 ko

 

png - 196.2 ko

 

Crue du 05 novembre 2014 sur la Meuse Amont:

png - 24.6 ko
Limnigramme de la meuse à la station de Neufchâteau - Crue du 05 Novembre 2014
Ces graphiques superposés permettent de visualiser les températures, le cumul des précipitations reçues, leur intensité ainsi que leur effet sur la hauteur de la Meuse à Neufchâteau (88).

 

Les niveaux piézométriques des nappes de Lorraine affichent quasiment tous une évolution en hausse par rapport au mois précédent et atteignent majoritairement des valeurs supérieures aux normales de saison.

png - 1.8 Mo

Le taux de remplissage global observé fin novembre sur les retenues du bassin Rhin-Meuse est de 70% de la capacité totale, soit 115 millions de mètres cube.

Après un mois d’octobre humide, et dans un contexte automnal avec des sols saturés (voir indice d'humidité des sols), les précipitations efficaces observées en novembre ont généré un apport conséquent pour les masses d’eau du bassin Rhin-Meuse. Les eaux de surface affichent une nette hausse par rapport au mois précédent et les eaux souterraines ont amorcé leur recharge hivernale.

Attention ce bulletin ne prend pas en compte les précipitations du 01 au 17 Décembre 2014

 

Graphique de Erneville aux Bois (55):

http://www.meuse.chambagri.fr/fileadmin/templates/images/internet/m%C3%A9t%C3%A9o/bilanmeteo_1411.jpg

 

 

Plus d'info : Cliquez ici / Bulletin complémentaire pour Le Sud ouest de la Meuse (Etat des cours d'eau): Cliquez ici

 

 Avec Météo France, Dreal de Lorraine et Le Blog d'alexis

 

Posté par meterologue à 15:28:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Info/Météo/Lorraine: (MAJ: 17/12) Tendance météo pour Noël en Lorraine.

Tendance météo pour Noël en Lorraine.

Le 24 Décembre 2014: L'hiver n'est pas au rendez-vous du calendrier. Nous nous acheminons vers un réveillon de Noël bien arrosé, et dans le mauvais sens du terme. Une nouvelle perturbation océanique nous apporte des pluies régulières. Le père Noël s'acquittera donc cette année, de sa tâche à pédalos. Le parapluie reste d'ailleurs un accessoire bien plus utile que les gants. Les températures, comprises entre 4 et 9°C (2 à 5°C le matin), nous privent également de neige. Orienté au Sud-Ouest, le vent est faible à modéré.

Le 25 Décembre 2014: Pas de neige en vue pour Noël et la Saint-Étienne. C'est un temps nuageux et passagèrement pluvieux, qui se poursuit durant les fêtes. Les températures sont à la baisse.

 

France:  Le temps devrait être assez doux et de plus en plus humide sur la majeure partie du pays. Les régions méridionales devraient bénéficier d'un temps plus sec.(Météo France)

 

Prochaine mise à jour le 18/12/2014 vers 12h

Posté par meterologue à 15:02:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,



Météo/Orages/Lorraine: Prévisions du risque orageux en Lorraine: Journées du 17 et 18 Décembre 2014 et nuit suivante

Prévisions du risque orageux en Lorraine: Journées du 17 et 18 Décembre 2014 et nuit suivante

 

Bulletin Grand Public :

Émis le Mercredi 17 Décembre 2014 à 09h00

Echéance: Du Mercredi 17 Décembre 2014 à 09h00 au Vendredi 19 Décembre 2014 à 09h00.

 

Pas de risque d'orages.

 

//

 

Bulletin pour les professionnels :

Émis le Mercredi 17 Décembre 2014 à 09h00

Echéance: Du Mercredi 17 Décembre 2014 à 09h00 au Vendredi 19 Décembre 2014 à 09h00.

 

Pas de risque d'orages.

 

//

 

Le Blog d'alexis

 

Posté par meterologue à 15:02:16 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

lundi 15 décembre 2014

Info/Météo/Monde: Intempéries en Californie

Intempéries en Californie

La Californie est touchée par une succession de perturbations qui affectent la côte ouest des États-Unis depuis la fin novembre. Une situation qui est en train de résorber la situation de sécheresse exceptionnelle qui dure depuis de longs mois dans l'état. Une première période très perturbée, du 29 novembre au 3 décembre, a apporté d'abondantes précipitations. La nouvelle perturbation qui a atteint la côte ouest mercredi 10 décembre, et particulièrement la Californie depuis jeudi 11, occasionne à nouveau de fortes pluies, et cette fois des chutes de neige conséquentes sur la Sierra Nevada.
 

Image satellitaire du 11 décembre 2014 à 21h UTC actu

Image satellitaire (canal visible) du 11 décembre 2014 à 21h UTC  © Météo-France. (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Une sécheresse encore critique début décembre

Une première période  pluvieuse (29 novembre au 3 décembre) a permis aux collines de reverdir pour la première fois de l'année : on a relevé souvent 25 à 50 mm* sur l'état, localement jusqu'à 300 mm à Fairfax et 94 mm à San Francisco. Ce dernier cumul représente à lui seul davantage que le cumul annuel record de l'année 2013, exceptionnellement sèche. Il n'était alors tombé sur San Francisco que 86 mm, pour une normale annuelle de 525 mm.

Accompagnées d'air relativement chaud, ces pluies n'ont cependant pas permis de reconstituer le stock neigeux des montagnes de la Sierra Nevada, où la limite pluie-neige est restée située au-dessus de 2 300 m d'altitude. Mais la sécheresse de surface a connu un premier recul et les retenues d'eau ont commencé à se remplir à nouveau. Au 9 décembre, le niveau de sécheresse restait néanmoins exceptionnel sur 55% du territoire californien, extrême sur 80%, des valeurs inchangées depuis des mois (lire notre article du 31 octobre 2014).

Pluies, rafales de vent et chutes de neige

La sécheresse pourrait néanmoins subir un coup d'arrêt plus sévère suite au passage d'une nouvelle perturbation. Celle-ci a abordé la côte ouest mercredi 10, apportant des vents forts et des pluies soutenues jeudi 11 sur la partie nord et gagnant vendredi 12 le sud californien. Il s'agit de la plus forte tempête observée en Californie depuis au moins 3 ans.

Jeudi 11, on a relevé 87 mm à San Francisco (il s'agit du 3e jour le plus pluvieux depuis 1945) et 82 mm à San Jose (3e jour le plus pluvieux depuis 1893). Monterey, avec 98 mm, a connu son jour le plus pluvieux depuis l'ouverture de la station en 1949. On a également relevé jusqu'à 240 mm à Venado, au nord de la baie de San Francisco ce même jour.

Vendredi 12, le sud de l'état a été touché par de fortes pluies, des coulées de boues. Dans l'agglomération de Los Angeles on a relevé de 30 à 50 mm et jusqu'à 87 mm à Pasadena. Une petite tornade a même été observée au sud de Los Angeles. La neige est tombée localement en abondance sur la Sierra Nevada au dessus de 1 500 m d'altitude.

Cumuls de précipitations entre le 10 et le 12 décembre 2014

Cumuls de précipitations entre le 10 et le 12 décembre 2014 (1 inch correspond à 25,4 mm) © NOAA

Grâce à ces dernières pluies, la pluviométrie depuis le 1er octobre (début de la saison où les pluies reviennent sur l'état) est devenue excédentaire sur la plupart des régions californiennes, parfois nettement (plus du double de la normale à Monterey). Les retenues d'eau continuent de se remplir et la tendance devrait se poursuivre  : de nouvelles pluies se produisent ce lundi, et d'autres dépressions pluvieuses sont attendues dans la semaine.

* 1 mm = 1 L/m2

(Météo France)

Posté par meterologue à 19:01:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 14 décembre 2014

Info/Monde/Climat : accord à l'arrachée à Lima sur les engagements de réduction des émissions de CO2

Climat : accord à l'arrachée à Lima sur les engagements de réduction des émissions de CO2

Les 195 pays membres de la Convention des Nations unies sur le climat ont passé deux semaines au Pérou à discuter des bases d'un futur accord censé être conclu fin 2015 à Paris.

Un participant à la 20e conférence des parties de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, réunie à Lima au Pérou, baille de fatigue, le 13 décembre 2014.

Un participant à la 20e conférence des parties de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, réunie à Lima au Pérou, baille de fatigue, le 13 décembre 2014. (ENRIQUE CASTRO-MENDIVIL / REUTERS)

In extremis. La 20e conférence des parties de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, réunie à Lima au Pérou, a approuvé dans la nuit de samedi à dimanche 14 décembre les éléments de base d'un futur traité mondial sur le climat qui devra être conclu à la conférence de Paris fin 2015.

Les représentants des 195 pays négociant sous l'égide de l'ONU sont parvenus à un accord au terme de deux semaines de négociations marathon qui se sont achevées avec deux jours de retard sur la date prévue de fin de cette COP20. Le document final de quatre pages invite les pays participants à présenter au début de l'année prochaine leurs propres plans nationaux de lutte contre le réchauffement climatique. Ils constitueront une base pour un futur traité à conclure lors du sommet sur le climat prévu à Paris en décembre 2015.

Des engagements pas suffisants

Le texte final a apaisé les pays émergents, dont la Chine et l'Inde, qui craignaient que les esquisses précédentes n'imposent à leurs économies un fardeau trop lourd, par comparaison avec les pays riches, en matière d'efforts pour freiner le réchauffement mondial. "Nous avons obtenu ce que nous voulions", a déclaré le ministre indien de l'Environnement, Prakash Javedekar, satisfait de voir que le texte préserve l'idée que les pays riches doivent montrer l'exemple en matière de réduction des gaz à effet de serre. L'accord trouvé dit clairement que les pays riches devront fournir un soutien financier aux pays en développement, a-t-il ajouté.

Même ainsi, le secrétariat des Nations unies au changement climatique a indiqué que les engagements combinés de tous les pays, en vue de la conférence de Paris, ne suffiront pas pour atteindre l'objectif affiché, à savoir limiter le réchauffement à 2°C au-dessus de la température moyenne de l'ère pré-industrielle.

 

(AFP - REUTERS/ FRANCE TV INFO)

Posté par meterologue à 23:59:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Les Dossiers du Blog d'Alexis: Le ciel va-t-il nous tomber sur la tête ?

Les Dossiers du Blog d'Alexis

Le Blog d'alexis vous proposera régulièrement des dossiers sur des thémes de société français ou international précis.

 

Le ciel va-t-il nous tomber sur la tête ?

 

Des précipitations inhabituelles se sont abattues sur le sud de la France, comme ici à Sigean, dans l’Aude. Photo MAXPPP

Des précipitations inhabituelles se sont abattues sur le sud de la France, comme ici à Sigean, dans l’Aude. Photo MAXPPP 

Les températures relevées entre janvier et octobre autour du globe pourraient faire de 2014 l’année la plus chaude depuis 1880. Une hausse du mercure qui explique en partie des pluies et inondations exceptionnelles.

L’année 2014 devrait être la plus chaude depuis 1880, selon l’Organisation météorologique mondiale (OMM). « Si novembre et décembre maintiennent la même tendance, alors 2014 sera probablement l’année la plus chaude jamais enregistrée, devant 2010, 2005 et 1998 », annonce l’OMM, organisme des Nations unies. Sur les dix premiers mois de l’année, la température moyenne de la Terre a été supérieure de 0,57°C à la moyenne de 14°C de la période 1961-1990.

« Le temps ne joue pas en notre faveur », a déclaré Michel Jarraud, secrétaire général de l’OMM. « Plus nous attendrons, plus il sera difficile de maintenir ce réchauffement climatique au-dessous des deux degrés », seuil au-delà duquel les experts prédisent des impacts irréversibles et dramatiques dans de nombreuses régions, a-t-il prévenu.

Le record possible pour l’année 2014 « est largement dû aux températures record à la surface des océans, qui vont très probablement rester supérieures à la normale jusqu’à la fin de l’année », précise l’OMM.

« Des températures élevées à la surface des océans, combinées à d’autres facteurs, ont contribué à des pluies et des inondations exceptionnelles dans plusieurs pays et à des sécheresses extrêmes dans d’autres », explique l’agence onusienne.

L’OMM souligne que ces températures ont été enregistrées en l’absence du phénomène El Nino, un réchauffement cyclique des eaux du Pacifique tropical, qui perturbe le cycle habituel des précipitations.

En janvier et février 2014, rappellent les experts de l’organisation, douze grosses tempêtes ont touché le Royaume Uni : l’hiver britannique a été le plus pluvieux jamais enregistré, avec des précipitations correspondant à 177 % de la moyenne.

Un avenir plus inhospitalier

En mai, des inondations dévastatrices ont frappé la Serbie, la Bosnie-Herzégovine et la Croatie, touchant plus de deux millions de personnes ; en septembre, le sud des Balkans a enregistré 250 % de la moyenne mensuelle des précipitations, et certaines parties de la Turquie 500 %. Des précipitations inhabituelles se sont également abattues mi-septembre sur le sud de la France et le Maroc en novembre, provoquant des inondations

« Ce que nous avons vu en 2014 est cohérent avec ce que nous attendons d’un climat en train de changer », a indiqué Michel Jarraud. « Les émissions de gaz à effet de serre record, et les concentrations atmosphériques qui vont avec, engagent la planète vers un futur plus incertain et inhospitalier », a-t-il poursuivi.

Selon le dernier rapport du groupe intergouvernemental d’experts sur le climat (Giec), publié en début novembre, les concentrations de gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère sont les plus élevées depuis 800 000 ans.

A noter néanmoins que le nombre de cyclones est lui plutôt en baisse depuis janvier. L’OMM a recensé 72 tempêtes tropicales (dont les vents dépassent 63 km/h), un chiffre inférieur à la moyenne de 1989-2010 (89 tempêtes).

 

(Source: Républicain Lorrain)

 

Les autres Dossiers:

- Va-t-on enfin découvrir la matière noire? : http://alexismeteo.canalblog.com/archives/2013/04/04/26831032.html 

- Réchauffement climatique. Quel impact en Bretagne ? : http://alexismeteo.canalblog.com/archives/2013/02/17/26437760.html

- les séniors et Internet : http://alexismeteo.canalblog.com/archives/2012/09/26/25191110.html 

- le réchauffement climatique en France : http://alexismeteo.canalblog.com/archives/2012/09/21/25150388.html

 

 

Posté par meterologue à 00:54:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Info/Climat/Monde: Info Niño/Niña - Situation actuelle et perspectives

Info Niño/Niña - Situation actuelle et perspectives

En raison du réchauffement constant du Pacifique tropical ces deux derniers mois, les températures de surface de la mer ont atteint des niveaux correspondant à une anomalie ElNiño de faible intensité. Cependant, des signaux contradictoires émanent de l'atmosphère: certains indicateurs ont dépassé le seuil de manifestation du phénomène ElNiño mais d'autres sont restés neutres. Les prévisions des modèles et les avis des experts donnent à penser qu’un épisode El Niño de faible intensité pourrait s'installer avant la fin février 2015, avec une probabilité d’environ 70 %. Si cette hypothèse devait se confirmer, l'épisode serait très vraisemblablement de faible intensité et ne persisterait pas au-delà du premier trimestre. Des manifestations apparentées au phénomène ont déjà été observées dans plusieurs pays. Elles pourraient s'étendre à d'autres zones, qu'un véritable épisode survienne ou non. Les Services météorologiques et hydrologiques nationaux ainsi que d'autres organismes continueront de suivre de près la situation dans le Pacifique en vue de déceler l'apparition d'un épisode El Niño et d'en déterminer les manifestations les plus probables au plan local.

 

La situation et la prévision complète ici: http://www.wmo.int/pages/mediacentre/press_releases/documents/EL-NINO-LA-NINA-DEC-2014-142527_fr.pdf

 

Communiqué de OMM

 

 

Posté par meterologue à 00:47:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,



Fin »