Le Blog d'Alexis

jeudi 24 mai 2018

Météo/Orages/Lorraine: Prévisions du risque orageux en Lorraine: Journée du 24 Mai et nuit suivante

Prévisions du risque orageux en Lorraine: Journée du 24 Mai et nuit suivante

 

Bulletin Grand Public :

Émis le Jeudi 24 Mai à 09h00

Echéance: Du Jeudi 24 Mai 2018 à 09h00 au Vendredi 25 Mai 2018 à 09h00.

 

Risque d'orages modérés localement fort mais isolés.

 

Risque orageux isolés mais localement fort entre la fin de matinée et le début de soirée. Fortes pluies (orage peu mobile) et grêle localement. Le risque orageux devient nul peu avant minuit.

 


Bulletin pour les professionnels :

Émis le Jeudi 24 Mai à 09h00

Echéance: Du Jeudi 24 Mai 2018 à 09h00 au Vendredi 25 Mai 2018 à 09h00.

 

Risque d'orages modérés localement fort mais isolés.

 

Risque orageux isolés mais localement fort entre la fin de matinée et le début de soirée. Fortes pluies (orage peu mobile) et grêle localement. Le risque orageux devient nul peu avant minuit.

 

On conserve une situation semblable aux jours précédents. En altitude, la goutte froide de la veille ne concerne plus que le nord du pays. Le forçage associé remonte vers îles britanniques. Il réagit sur l'air chaud de basses couches et organise un système pluvio-instable qui remonte vers le nord. Sur le reste de la moitié nord, on assiste à la reprise de l'instabilité par évolution diurne. Les averses et/ou orages débutent classiquement sur le relief en cours de matinée, mais peuvent s'étendre à toutes les zones à partir de la mi-journée ou le début d'après-midi. Des foyers orageux se développent de manière désordonnée. L'activité s'atténue au coucher du soleil, même si des averses orageuses peuvent persister par endroit jusqu'en début de nuit. Températures maximales comprises entre 23 et 26°C en plaine, 18°C sur les sommets. Iso 0°C : entre 3000 et 3200m.

> démarrage de la convection entre 09 et 10HUTC rapidement accompagnée de cumulus dont les bases se situent vers 1000m puis vers 1500m au maximum de la convection attendu autour de 16hUTC. Sur le relief, la convection s'accentue plus facilement, et les premières averses et orages se déclenchent dès la fin de matinée. L'après-midi, les cumulus deviennent nombreux (5 à 7/8) en prenant de l'ampleur. Ils se développent facilement jusqu'au TCU et Cb, y compris en zone de plaine. Fin de la convection vers 19h UTC

 

Cette prévision ne justifie pas de prévision spécifique car le risque reste localisé et que cette situation reste classique pour la saison, la prudence reste de mise. La fiabilité est Moyenne à Bonne.

 

> Echéance la plus active: 

> Risque de Tornade estimé à 15%

> Risque de Tuba ou autres phénomènes venteux estimé à 40%

> Risque de Grêle d'un diamètre supérieur à 2cm estimé à 01% sur la région.

> Activité éléctrique: Modérée à soutenu

>

 

Demain: RAS. 

 

Cette prévision ne justifie pas de prévision spécifique car le risque reste localisé et que cette situation reste classique pour la saison, la prudence reste de mise. 

 

 

Le Blog d'alexis

 

 

Posté par meterologue à 09:52:19 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


vendredi 18 mai 2018

Info/Météo/Climat: Début mai plus ensoleillé au nord qu’au sud

Début mai plus ensoleillé au nord qu’au sud

La première quinzaine de mai a été contrastée sur le pays. Le temps a souvent été frais et agité sur la moitié sud, alors que la moitié nord a bénéficié de conditions souvent anticycloniques, favorisant un bon ensoleillement. Cette situation atypique, particulièrement dans le sud-est, n'est pas exceptionnelle en mai, car le printemps est une saison propice à la circulation de gouttes froides (air froid d'altitude), contribuant à rendre la masse d'air instable.

Carte de la durée d'ensoleillement en France métropolitaine du 1er au 15 mai 2018
Durée d'ensoleillement en France métropolitaine du 1er au 15 mai 2018 © Météo-France
Cliquer sur la carte pour l'agrandir

 

L'ensoleillement a été largement excédentaire dans le nord. Les plus fortes anomalies positives se rencontrent du côté de la Basse-Normandie ou encore de la Champagne-Ardenne.

Ainsi les stations du réseau principal les plus ensoleillées de ce début mai sont Reims (148h d'ensoleillement), Cherbourg (148h), Caen (146h) et Le Touquet (145h). À Caen, cela représente un excédent de 56 % par rapport aux normales.

Les stations les moins ensoleillées se situent dans la moitié sud, avec en tête Saint-Girons (Ariège), qui a enregistré seulement 48h d'ensoleillement, soit un déficit de 45 % par rapport aux normales. Les déficits sont marqués dans le Sud-Ouest, comme à Albi (54h, -49%/normales), Toulouse (61h, -40 %/normales), mais aussi dans le Sud-est, comme à Le Luc (69h, -48 %/normales), dans le Var, ou Ajaccio (72h, -48 %/normales). Les déficits d'ensoleillement dépassent même les 50 % localement, notamment en Corse. À Bastia, on a mesuré seulement 54 heures d'ensoleillement, ce qui représente un déficit de 58 %. Il s'agit d'un record de faible ensoleillement battant celui de mai 1984 (56 heures).

Rapport à la moyenne de référence 1991-2010 de la durée d'ensoleillement - Mai 2018
Rapport à la moyenne de référence 1991-2010 de la durée d'ensoleillement en France métropolitaine du 1er au 15 mai 2018 © Météo-France
Cliquer sur la carte pour l'agrandir

 

En termes de précipitations, on enregistre un net excédent en Occitanie et dans le Sud-Est. L'anomalie la plus forte a été mesurée au Cap Pertusato, au sud de la Corse, avec 107mm de pluie, soit plus de 5 fois la normale. Il est tombé 133 mm à Saint-Girons et 102 mm à Rodez, soit des excédents de respectivement 70 % et 16 % par rapport à la normale d'un mois entier.

À l'opposé, les villes de Charleville Mézières et de Lille, où on a relevé respectivement 3,8 et 4 mm,  (ce qui équivaut à seulement 12 % du cumul de précipitations des 15 premiers jours de mai) ont été très peu arrosées.

Carte d'anomalie de cumul des précipitations en France métropolitaine du 1er au 15 mai 2018
Anomalie de cumul des précipitations en France métropolitaine du 1er au 15 mai 2018 © Météo-France
Cliquer sur la carte pour l'agrandir

 

(Météo France)

 

 

Posté par meterologue à 10:32:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Info/Climat/Environnement: État de la banquise au 04 Mai 2018

État de la banquise au 04 Mai 2018

En avril, l'extension moyenne de la banquise du bassin arctique est restée particulièrement basse, proche du record mensuel. En effet, la glace qui recouvre le bassin arctique en ce printemps est une glace de première année, donc peu épaisse, susceptible de fondre rapidement.

Avril 2018 au niveau du record d'avril 2016

Carte de l'extension moyenne de la banquise durant le mois d'avril 2018

Extension moyenne de la banquise durant le mois d'avril 2018 © NSIDC
(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

 

L'extension moyenne des glaces de mer arctiques a atteint 13,7 millions de km² en avril, une valeur très proche d'avril 2016 qui détenait le record de plus basse extension pour ce mois (cf. figure 2). 

Comme après l'hiver 2017, l'extension de la banquise était particulièrement basse en mer de Barent et de Béring (cf. figure 1). La mer de Béring bat tous les records d'extension minimale de banquise depuis cet automne. La banquise fond de plus en plus tôt, de plus en plus fort, et de plus en plus vite, formule qui pourrait résumer l'évolution de la banquise en mer de Béring ces dernières années.  
Évolution de l'extension moyenne des glaces de mer dans le bassin arctique
Figure 2 : évolution de l'extension moyenne des glaces de mer dans le bassin arctique © NSIDC
 

Une banquise plus jeune donc plus fine

Début mars 2018, il n'y avait pratiquement aucune glace de plusieurs années en mer de Beaufort, des Tchouktches, de Sibérie de l'est, de Laptev, de Kara de Barent (cf. figure b). On ne constate qu'une fine langue de glaces pluri-annuelles de l'archipel canadien jusqu'à la région du pôle nord. La situation est comparable à celle de 1984 (cf. figure a). En moyenne sur l'Arctique (cf. figure c), la proportion de glace pluri-annuelle a décliné de 61% en 1984 à 14% en 2018, une proportion record.
 
Par ailleurs, on ne compte cette année qu'1% de glaces d'âge supérieur à cinq ans, ce qui constitue également un record. Ce fait est plutôt étonnant car il n'y a pas eu de record d'extension basse en septembre 2017, on pouvait donc s'attendre à une proportion de glaces pluri-annuelles plus importante en mars.
En fait, cet hiver, une grande partie de ces glaces "moins jeunes" a été exportée hors du détroit de Fram*, par l'effet mécanique des courants. 
L'âge de la banquise étant fortement corrélée à son épaisseur (plus la banquise est jeune, moins elle est épaisse), tout laisse à penser qu'une fonte de grande ampleur et précoce pourrait s'opérer cet été, si les conditions météorologiques sont favorables.
 
répartition de la banquise durant les neuf premières semaines de l'année selon l'âge de la glace (glace d'1 an, de 2 ans, de 3 ans, de 4 ans, et d'au moins 5 ans) en 1984
Figures 3 : répartition de la banquise durant les 9 premières semaines de l'année selon l'âge de la glace (glace d'1 an, glace de 2 ans, de 3 ans, de 4 ans, et d'au moins 5 ans) en 1984 (figure a), en 2018 (figure b), et évolution des différentes catégories de glace depuis 1984 (figure c). La figure d représente simplement le domaine d'étude du bassin arctique © NSIDC
(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)
 

* Le détroit de Fram est un détroit séparant le Groenland et l'archipel du Svalbard dans la mer du Groenland.

 

(Météo France)

 

Posté par meterologue à 10:30:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Info/Météo: Enneigement en montagne au 02 Mai 2018

Enneigement en montagne au 02 Mai 2018

Des conditions printanières s'étaient enfin établies sur l'ensemble des massifs à partir de mi-avril. À cette époque, la neige, si elle avait déjà disparu dans les massifs de moyenne montagne, était au contraire encore présente en très grande abondance dans les autres massifs, au sortir d'un hiver à l'enneigement exceptionnel. Le manteau neigeux a alors entamé sa transformation printanière, y compris dans les versants ensoleillés de haute montagne, avec une humidification en profondeur et une fonte régulière et importante. En conséquence, les limites d'enneigement sont remontées, mais elles restent basses pour la saison, et les épaisseurs de neige encore présentes au-dessus, même si elles se sont très nettement réduites, restent particulièrement importantes pour cette époque de l'année.

Le retour à un temps plus frais depuis le 29 ou 30 avril, souvent accompagné de chutes de neige en altitude, notamment dans les Pyrénées, a interrompu la fonte printanière.
 
Col du Lautaret : à gauche, le 13 avril le dépôt de sable est masqué par de la neige fraîche ; à droite, le 17 avril, il réapparaît en surface.

 

Pour les Vosges: Dans les Vosges, il ne reste plus de neige.

 

Les autres massifs: Cliquez ici

 

(Météo France)

 

Posté par meterologue à 10:28:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Info/Météo/Climat: Avril 2018 : 3e mois d’avril le plus chaud depuis 1900

Avril 2018 : 3e mois d’avril le plus chaud depuis 1900

Bilan définitif le 3 mai 2018
 
La douceur a dominé durant ce mois d'avril avec un épisode de chaleur exceptionnelle du 18 au 22. En revanche, la fin du mois a été très agitée avec une baisse marquée des températures. 
Les températures ont été remarquablement chaudes pour la saison, notamment sur l'est du pays, avec des maximales dépassant souvent les normales de plus de 4 °C du Grand-Est à Rhône-Alpes. Les 20 et 21 avril ont été les journées les plus chaudes à l'échelle de la France avec une température maximale moyenne sur la France de 27 °C le 21.
La température moyenne de 13,8 °C sur la France a été 2,7 °C au-dessus de la normale malgré un rafraîchissement marqué en toute fin de mois. Avril 2018 se classe ainsi au 3e rang des mois d'avril les plus chauds depuis 1900, derrière avril 2007 (anomalie de +3,6 °C) et avril 2011 (anomalie de +3,3 °C).
La pluviométrie a été hétérogène avec des cumuls très excédentaires de la Normandie au Pas-de-Calais ainsi que sur le pourtour méditerranéen d'une part, et un déficit marqué de l'Alsace au nord de Rhône-Alpes d'autre part. En moyenne sur le pays, la pluviométrie a été proche de la normale.
La France a bénéficié d'un soleil très généreux du 17 au 21. L'ensoleillement a été proche de la normale** sur la majeure partie du pays. Il a toutefois été déficitaire de 10 à 20 % sur la côte atlantique et excédentaire de 10 à 30 % du Grand-Est au nord des Alpes ainsi que sur la Corse.  
 
Faits marquants :
- Épisode de chaleur exceptionnelle du 18 au 22 avril 2018.
- Épisode méditerranéen des 11 et 12 avril 2018.
 
* Moyenne sur la période 1981-2010.
** Moyenne sur la période 1991-2010.
© Météo-France
Cliquer sur le graphe pour l'agrandir
 
 

 

© Météo-france
Cliquer sur les cartes pour les agrandir
(Météo France)

Posté par meterologue à 10:27:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Info/Météo/Climat: Europe : un mois d’avril parfois estival

Europe : un mois d’avril parfois estival
Malgré un 30 avril frais, voire froid sur les régions du Nord-ouest, ce mois d'avril 2018 est le 3e mois d'avril le plus chaud en France depuis 1900 (derrière 2007 et 2001), avec une température moyenne de 13, 8 °C et une anomalie de +2,7 °C. 
 
La chaleur a également touché une grande partie de l'Europe et certains pays ont vécu le mois d'avril le plus chaud depuis le début des mesures.
 

Situation générale

Ce mois d'avril a été marqué par des basses pressions sur le proche Atlantique et un axe de hautes pressions sur l'Europe centrale. Ces pressions élevées ont favorisé l'apport d'air très chaud sur une grande partie du continent. L'anomalie de température à 2 mètres est particulièrement remarquable.
 
Anomalie mensuelle de température à 2 mètres en Europe - avril 2018
Anomalie mensuelle de température à 2 mètres - avril 2018 © Météo-France
(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)
 
Le mois d'avril a donc été chaud sur de nombreux pays européens. Seuls le Nord-ouest des îles Britanniques, le Portugal et le sud de l'Espagne ont connu des valeurs un peu fraîches.
 

Quelques valeurs records

L'Allemagne a vécu son mois d'avril le plus chaud depuis le début des relevés en 1881. La température moyenne nationale est de 12,4 °C (soit 4 degrés au-dessus de la normale) battant les 11,8 °C d'avril 2009.
 
Mois d'avril record également pour la Pologne avec une anomalie de 4,8 °C, +0,6 °C par rapport au très ancien record d'avril 1800.
 
Anomalie mensuelle de température en Pologne de 1781 à 2018
Anomalie mensuelle de température en Pologne de 1781 à 2018 © meteomodel.pl
(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

 

Avec une anomalie de +4,6 °C en Autriche, avril 2018 est le second mois d'avril le plus chaud derrière avril 1800 (+5,7 °C).
 
Il a aussi fait exceptionnellement chaud sur les pays de l'ex-Yougoslavie comme en Slovénie, en Croatie, au Monténégro ou en Serbie avec des températures moyennes records. À Belgrade par exemple, la température moyenne est de 18,2 °C, soit près de 4 °C au-dessus des normales.
 
Ces fortes chaleurs ont également touché la Hongrie, la République Tchèque, la Slovaquie, la Roumanie, l'Ukraine…
 

Quelques journées particulièrement chaudes

On a connu quelques journées avec des températures très élevées sur une grande partie du continent, notamment du 19 au 22 avril, avec des valeurs estivales.
 
En fin de mois, de l'air un peu plus frais a gagné l'ouest du continent mais les températures sont restées exceptionnelles sur l'Europe centrale, avec des valeurs dépassant parfois le seuil des 30 °C.
 
Températures maximales en Europe relevées samedi 21 avril 2018
Températures maximales relevées en Europe samedi 21 avril 2018 © Météociel
(Cliquer sur la carte pour l'agrandir)
(Météo France)

Posté par meterologue à 10:26:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Info/Météo: Point sur la situation hydrologique au 01 Mai 2018 en France

Point sur la situation hydrologique au 01 Mai 2018 en France

 

> Le Bilan

Avril 2018: Après un mois de mars très arrosé sur l’ensemble du territoire, la pluviométrie du mois d’avril 2018 a été très hétérogène. Les cumuls de précipitations ont été très excédentaires de la Normandie au Pas-de-Calais ainsi que sur le pourtour méditerranéen tandis que le déficit a été marqué du Grand-Est au nord d’Auvergne – Rhône-Alpes et en Corse. En moyenne sur la France, la pluviométrie a été proche de la normale. Cependant, Avril 2018 se classe parmi les 10 mois d’avril les plus arrosés depuis 60 ans sur le Languedoc et le Roussillon.
Par ailleurs, les températures ont été remarquablement chaudes pour la saison, notamment sur l’est du pays avec des maximales dépassant souvent les normales de plus de 4 °C du GrandEst à Rhône-Alpes. La température moyenne de 13.8 °C sur la France a été supérieure à la normale de 2.7 °C plaçant avril 2018 au 3ème rang des mois d’avril les plus chauds depuis 1900. Ces températures élevées ont favorisé l’assèchement des sols.

 

* : normales concernant température et précipitations : moyenne de référence 1981-2010

 

Consulter le bilan de suivi hydrologique 

 

 

> Nappes d'eau souterraine

Carte de la situation des nappes d'eau au 1er mai 2018

Au 01er Mai 2018: Le niveau des nappes au 1er Mai 2018 est hétérogène d’une région à l’autre.

Près des deux-tiers des nappes (60%) affichent un niveau modérément haut à très haut et moins d’un quart d’entre elles (21%) affichent un niveau modérément bas à très bas. Un cinquième (19%) se situe dans la moyenne. Cette situation confirme l’incidence notable des pluies de ce début d’année et une recharge hivernale conséquente. A l’exception de quelques rares secteurs, on note, sur la plus grande partie du territoire, que les précipitations du début d’année ont été significatives en termes de recharge des aquifères

La tendance d'évolution du niveau des nappes traduit une phase de recharge hivernale qui se termine. On se situe désormais, avec seulement 41 % des points encore orientés à la hausse, sur la période ou la plus grande majorité des points tend à se stabiliser. Le nombre de points dont la tendance d’évolution est à la baisse augmente de manière significative (39%) par rapport au mois précédent (25% fin mars). Cette situation traduit la période de bascule entre hautes eaux et baisse progressive des niveaux vers les basses eaux. La fin de la recharge hivernale semble désormais actée.

La situation des nappes au 1er mai 2018 traduit la bascule entre hautes eaux et la période de basses eaux à venir.

 

Lire la suite...

 

(Météo France et BRGM)

 

 

Posté par meterologue à 10:22:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 12 mai 2018

Météo/Orages/Lorraine : Prévisions du risque orageux en Lorraine: Journée du Samedi 12 Mai 2018

 Prévisions du risque orageux en Lorraine: Journée du Samedi 12 Mai 2018 

 

Risque d'orages forts et d'inondation local, Prudence.

 

Prévisions n°89

 

Emis le Samedi 12 Mai 2018 à 08h50

Echéance du Samedi 12 Mai 2018 09h00 jusqu'au Dimanche 13 Mai 2018 à 09h00.

 

Bulletin Grand Public :

- Vigilance:

 A l'heure de l'enregistrement de ce bulletin, la couleur de la vigilance est Jaune pour "Orages" sur la Lorraine 

Soyez attentif si vous pratiquez des activités sensibles au risque météorologique ou à proximité d′un rivage ou d′un cours d′eau; des phénomènes habituels dans la région mais occasionnellement et localement dangereux sont en effet prévus; tenez-vous au courant de l’évolution de la situation.           

 

Prévisions

  Après une journée globalement calme mais très voilée et nuageuses, un risque orageux important est d'actualités à partir de la fin d'après-midi jusqu'en seconde partie de nuit sur la Lorraine. Risque orageux sous forme d'averses orageuses diffus et localisées. Localement de la grêle et des rafales entre 60 et 80 km/h. Fortes pluies en peu de temps localement.

                                        __________________________________________

 

Bulletin pour les professionnel :

 

Emis le Samedi 12 Mai 2018 à 08h50

Echéance du Samedi 12 Mai 2018 09h00 jusqu'au Dimanche 13 Mai 2018 à 09h00.



- Vigilance :

A l'heure de l'enregistrement de ce bulletin, la couleur de la vigilance est Jaune pour "Orages" sur la Lorraine.

Soyez attentif si vous pratiquez des activités sensibles au risque météorologique ou à proximité d′un rivage ou d′un cours d′eau; des phénomènes habituels dans la région mais occasionnellement et localement dangereux sont en effet prévus; tenez-vous au courant de l’évolution de la situation.           

 

- Qualification du Phénomènes :

Risque orageux localement fort, avec grêle, pluies soutenues et rafales > 70 km/h.

 

- Situation:

Arrivée d'une perturbation qui se matérialise dans un premier temps par la progression de nuages élevés épais. L'activité pluvio-instable débute en début d'après-midi par la Bourgogne pour gagner ensuite tout d'abord l'Ouest de notre zone et par la suite la plaine alsacienne en début de soirée. L'activité orageuse est associée à des rafales de l'ordre de 60-80 km/h ainsi que d'un risque de grêles.  

 

- Types de phénomènes et chronologie :

 

Orages modérée 

Début de l’événement: Samedi 12 Mai 2018 à 19h00 

Maximum estimé : Dimanche 13 Mai 2018 à 01h00 (trés approximative)

Fin de l'événement: Dimanche 13 Mai 2018 à 06h00 

 

- Localisation :

 

Ensemble de la région.

 

- Fait nouveaux:

 

Néant

 

- Observation :

 

A 09h00: Ciel voilé. Vent faible d'Est/Nord Est en général. Température entre 11 et 16°C.

 

Meuse: Ciel voilé. Vent faible d'Est en général. Température entre 13 et 16°C.

 

Meurthe et Moselle: Ciel voilé. Vent faible d'Est en général. Température entre 13 et 16°C.

 

Moselle: Ciel voilé. Vent faible d'Est en général. Température entre 11 et 16°C.

 

Vosges: Ciel voilé. Vent faible d'Est en général. Température entre 11 et 16°C en plaine.

 

Prévisions:

 

- Intensité et type de structure :

 

Orages modéré, MULTI et SUP

 

- Précipitations estimé sur la région:

 

Quantité attendu(quantité très variable en fonction des endroits): 10 à 25 mm en général trés localement 30mm en 1h. 

Caractéristique: Précipitation soutenu. Développement mal organisé. Risque d'inondation localement. 

 

- Vent :

 

Des rafales autour de 60 km/h à 80 km/h localement plus. Pas de dominance clairement établie. 

 

- Grêle :

 

Petite chute de grêle ou grésil inférieur à 2 cm de diamètre risque estimé à 70%.  

Chute de grêle supérieur à 2 cm de diamètre risque estimé à: 04% 

 

- Tornades/Tuba :

 

Risque estimé à 15% pour le risque de Tornades. Risque estimé de 60% pour le risque de Tuba. 

 

- Foudre et activité électrique :

 

Localement Soutenu 

 

- Autres phénomènes :

 

Micro/Macro rafale autre phénomène de même type : risque estimé à 50% 

Risque d'arrcus ou de phénomène de type rotatif: risque estimé à 60% 

Risque cependant localisé.

 

- Fiabilité :

 

Moyenne. 

 

- Commentaire:

 Des phénomènes violent ne sont pas exclus. Le risque d'Inondation est important localement. La prudence est recommandée.

 

Prévisions pour les prochains jours:

Perturbation pluvio orageuses pour dimanche soir. 

 

 

 

Le Blog d'alexis

 

Posté par meterologue à 09:35:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

vendredi 4 mai 2018

Info/Météo: Bilan de l'activité orageuses du 29 avril 2018 dans le Grand Est

Bilan de l'activité orageuse du 29 avril 2018 dans le Grand Est. 

 

Bilan provisoire au 04 Mai à 13h50.

 

tornade marne 29 avril 2018

(Photo: Tornade dans la Marne près de Bussy-le-Repos (à l'Est de Chalons en Champagne) le 29 Avril 2018. (Photo: Christophe Asselin)) 

 

Situation: Un forçage dynamique piloté par un vaste thalweg d’altitude a permis le déclenchement de la convection entre la Bourgogne-Franche-Comté et Lorraine dans le cours de la journée et en soirée.

A l'avant d'un front froid circulant du sud-ouest vers le nord-est (donnant de fortes pluies sur le sud-est de la France), des orages se sont développés sur la Bourgogne puis ont gagné une grande partie du nord-est de la France. 
Deux axes orageux sont parvenus à s'organiser :
- l'un sous la forme d'un écho en arc bien structuré entre Nièvre et Ardennes,  
- un second sous la forme de supercellules isolées et actives entre Franche-Comté et Lorraine.
 
L'animation satellite vapeur d'eau colorée ci-dessous montre l'évolution du forçage d'altitude sur le sud-ouest du pays, remontant vers le nord-est et favorisant le déclenchement de la convection profonde :

 

Animation satellite du 29 avril 2018

Confirmer par l'image radar (image: Météo France).

 

Image radar 29 avril 2018

 

Observations: En fin d'après-midi et jusqu'en soirée de dimanche 29 avril, au passage d'un orage particulièrement virulent dont les rafales de vent ont pu atteindre les 100 à 130 km/h (112 km/h relevés à Celles-sur-Ource (10), 127 km/h à Charleville-Mézières (08),  113km/h au ballon de Servance (88), 93 km/h à Buhl-Lorraine (57), 90 km/h à Vagney (88)), de nombreux et importants dégâts venteux, parfois très étendus, ont été observés de la Nièvre aux Ardennes (arbres arrachés et tailladés, toitures endommagées, coupures d'électricité...). Une probable tornade a été rapportée non loin des communes de Vendeuvre-sur-Barse (10) puis Châlons-en-Champagne (51).

(Vidéo ci dessous d'une tornade dans la Marne près de Bussy-le-Repos à l'Est de Chalons en Champagne (vidéo ChroniquesChaotiques))

 

 

Il est déjà acquis qu'au moins une tornade s'est formée durant cet épisode orageux. Celle-ci a été observée et filmée par Christophe Asselin dans les environs de Vitry-le-François dans la Marne. L'enquête de terrain a permis de retrouver le sillon laissé par cette tornade dans un champ; cette tornade a pour l'essentiel évolué sur la commune de Vanault-le-Châtel (Marne), en causant des dommages à la végétation. La distance parcourue au sol par cette tornade est d'au moins 3 kilomètres.
Par ailleurs, contrairement à ce qui a pu être indiqué sur une multitude de sites, il est désormais certain que cette tornade n'est pas à l'origine des dégâts observés dans les communes d'Outrepont, Cloyes-sur-Marne ou encore Vauclerc. Celles-ci sont certes situées à proximité de cette tornade, mais elles sont restées à l'écart de son couloir de dégâts.

 

L'activité éléctrique bien présente aussi. 

Plus de 67 000 éclairs détectés hier dimanche 29 avril 2018 selon Météorage. Plus de 7.000 impacts de foudre en Meurthe-et-Moselle et dans les Vosges. 4.316 impacts de foudre ont été relevés en Meurthe-et-Moselle principalement dans le centre du département, de l'est de Lunéville au Grand Nancy avant de remonter vers Pont-à-Mousson. Dans les Vosges, c'est la plaine qui été frappée avec 3.323 impacts. 

 

 

Dans cet orage et les orages qui se sont déclenchés de la Haute-Saône à la Lorraine, des cumuls de 10 à 20mm voire plus ont été relevés en à peine 1 heure (24mm à Rocroi (08) et 26mm à Metz (57)). (Image ci dessous: Météo France)

 

cumuls de précipitation 29 avril 2018

 

Enfin nombreuses ont été les observations à avoir confirmé des chutes de grêlons de 1 à 3cm de diamètre dans les orages les plus violents en Champagne et Lorraine.

Exemple ici à Heillicourt en Meurthe et Moselle. (Photo de Josiane Perrin)

 

Grêle 29 avril 2018

 

Dégats:

Dans le détail en Champagne Ardenne:

> Marne: A Cloyes-sur-Marne, Vauclerc et Outrepont, le même paysage désolant. Des tuiles éparpillées dans les jardins. Des tôles qui jonchent le sol. Des arbres arrachés et des lignes électriques à terre. L’orage qui a éclaté hier soir dans ces communes proches de Vitry-le-François a été sans commune mesure. «  Même lors de la tempête de 1999 cela n’avait pas pris cette ampleur  », a assuré Jean-Louis Royer, maire de la commune de Cloyes, certainement la plus touchée des trois. Une voiture avec quatre passagers à bord a même pris un arbre alors qu’elle arrivait de Neuville-sous-Arzillières via une route bordée de peupliers. Trois personnes ont été légèrement blessées. La quatrième a dû être extraite de son véhicule et a été transportée au centre hospitalier de Vitry. Son état n’inspirait pas de craintes. Les pompiers étaient au four et au moulin. L’électricité a été coupée dans tout le village. Une des maisons de la rue du Louvent est même inhabitable en l’état. Partout, les gens étaient dans la rue, le regard hagard. Incrédules. En moins de cinq minutes, la nature a parfois anéanti des années de travail.  >>> Lire la suite sur le site de l'Union

 

> ArdenneBref, mais intense, l’épisode orageux a provoqué, dimanche, de nombreux dégâts partout dans le département, entre inondations, toitures arrachées et coulées de boue. D'autres dégâts venteux sont signalés près de Vouziers. >>> Lire la suite sur le site de l'Ardennais

 

> Aube: Dimanche, en fin d’après-midi, un orage a fait d'importants dégâts dans le Barséquanais et le Barsuraubois. De nombreux arbres sont tombés sur les axes routiers en coupant partiellement ou totalement la circulation des automobilistes. Plusieurs toitures ont été endommagées. De la grêle est aussi tombée ce qui inquiète les vignerons locaux.  A Vendeuvre-sur-Base, de nombreux dégâts sont recensés. «Le vent s’est engouffré dans un couloir inhabituel, dans le bas de la commune», témoigne Jean-Pierre Richard, adjoint au maire de Vendeuvre-sur-Barse. «Dans la zone industrielle, les dégâts sont importants, notamment pour les entreprises Nodimat et Baroclem. Des toitures se sont envolées, des arbres sont par terre. Des lignes électriques et téléphoniques ont été arrachées.». Dans le Briennois, des lignes électriques sont coupées. Sur la D69, entre Brienne et Maizières-les-Brienne, les arbres ont été arrachés. La commune de Brienne-la-Vieille a également beaucoup souffert du coup de vent et d’une forte pluie de grêlons, qui a aussi touché Dienville et le port, causant notamment des dégâts sur les véhicules. À Port-Dienville, les rafales de vent ont emporté les chapiteaux des terrasses. >>> Photos et vidéos sur le site de L'Est Eclair

 

 

Dans le détail en Lorraine:

 

Région: Des orages accompagnés de grêle se sont abattus dans la nuit du dimanche 29 au lundi 30 avril.
Une parcelle de mirabelle du réseau (de la chambre d'agriculture du Grand Est) a été fortement touchée avec 20 à 100% de fruits grêlés sur les arbres. Cette parcelle comptabilise une moyenne de 41% de fruits grêlés. La grêle a provoqué des dégâts sur les jeunes fruits ainsi que sur les feuilles. 
Une parcelle de poires ne faisant pas partie du réseau relève 70% de fruits touchés.  Une parcelle de pommes du réseau située sur le même secteur présente uniquement des dégâts sur feuilles (feuilles déchiquetées par les impacts de grêle).  

 

VosgesAverses et éclairs se sont invités dans le ciel romarimontain, sous le grondement du tonnerre.

 

 

Vidéo Julia MARITON (Vosges Matin) 

 

D'une manière générale, cette situation a été plutôt conforme en Lorraine à la situation prévu hier matin par les prévisionnistes. On peut juste remarquer que le risque de grêle supérieure à 2 cm à peut-être légèrement était sous-estimé.

 

(Avec Keraunos et Météo France) 

 

 

Posté par meterologue à 13:52:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

vendredi 27 avril 2018

Info/Monde/Météo/Climat: Saison cyclonique 2017 : l’OMM fait le bilan pour l’Atlantique

Saison cyclonique 2017 : l’OMM fait le bilan pour l’Atlantique

Le Comité des ouragans de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) s'est réuni du 9 au 13 avril en Martinique pour dresser le bilan de la saison cyclonique 2017 dans l'Atlantique, qui s'est révélée particulièrement dévastatrice. Il s'est aussi coordonné et préparé au niveau régional pour assurer la protection des personnes et des biens pendant la prochaine saison.


Harvey, Irma et Maria, les plus dévastateurs

Trois ouragans particulièrement destructeurs se sont succédé à un rythme rapide dans l'Atlantique Nord à la fin du mois d'août et en septembre.

Harvey, qui a touché terre en tant qu'ouragan de catégorie 4, est resté quatre jours au-dessus ou à proximité des côtes du Texas à la fin du mois d'août, donnant lieu à des précipitations record (plus de 1 500 mm) dans le sud-est du Texas et provoquant des inondations catastrophiques dans plusieurs grandes villes, dont Houston.

Irma a gardé une intensité de catégorie 5 pendant 60 heures au début du mois de septembre, semant la destruction dans de nombreuses îles des Caraïbes. L'île de Barbuda a été presque entièrement détruite, et des dégâts très importants ont été infligés à Saint-Martin, à Anguilla, à Saint‑Kitts‑et‑Nevis, aux îles Turques et Caïques, aux îles Vierges et à la partie sud des Bahamas. Il a suivi une trajectoire longeant la côte nord de Cuba et a été le premier ouragan de catégorie 5 à toucher terre à Cuba depuis 1932, y faisant de gros dégâts. Cet ouragan a ensuite touché terre dans le sud-ouest de la Floride avec une intensité de catégorie 4, provoquant l'évacuation d'environ 6 millions d'habitants et causant de graves inondations.

Maria s'est transformée rapidement en ouragan 24 heures après avoir atteint le stade de la tempête tropicale, puis a gagné en intensité pour devenir un ouragan de catégorie 5. Cet ouragan s'est abattu sur la Dominique le 19 septembre, avec la plus forte intensité jamais enregistrée, occasionnant des dégâts très importants. Il était encore de catégorie 4 lorsqu'il a atteint Porto-Rico; il s'agissait d'ailleurs de la plus forte tempête à s'abattre sur l'île depuis 1928, et de loin la plus destructrice.

Deux autres ouragans importants ont marqué la saison 2017 dans l'Atlantique, tous deux au mois d'octobre, à savoir Nate, qui a provoqué de graves inondations en Amérique centrale (particulièrement au Costa Rica et au Nicaragua), et Ophelia, qui est devenu l'ouragan le plus à l'est jamais observé à atteindre une telle intensité (catégorie 3), avant de traverser l'Irlande pendant sa phase de transition extratropicale en y faisant des dommages considérables.

Bilan de la saison cyclonique

Pour la première fois depuis le début des relevés, trois ouragans de la catégorie 4 (Harvey, Irma et Maria) ont atteint les côtes des États-Unis, et les ouragans Irma et Maria ont touché terre à six reprises dans le bassin des Caraïbes alors qu'ils étaient encore classés en catégorie 5.

Selon un rapport du Centre météorologique régional spécialisé (CMRS) de l'OMM à Miami, qui relève du Centre national des ouragans des États-Unis, sur les 17 tempêtes tropicales ayant reçu un nom qui se sont formées en 2017, 10 se sont transformées en ouragans et 6 sont devenues des ouragans majeurs (catégorie 3 ou supérieure sur l'échelle Saffir-Simpson). En comparaison, les moyennes pour la période 1981-2010 sont de 12 tempêtes tropicales, 6 ouragans et 3 ouragans majeurs.

Conséquence sur la liste des noms

Les noms Harvey, Irma, Maria et Nate ont ainsi été retirés de la liste de noms utilisés par rotation. Ils seront remplacés par Harold, Idalia, Margot et Nigel.

L'OMM tient à jour des listes de noms utilisés par rotation, qui sont propres à chacun des bassins cycloniques. Dans l'Atlantique et le nord-est du Pacifique, les noms masculins et féminins alternent par ordre alphabétique, et les listes sont utilisées tous les six ans. Si un ouragan est particulièrement meurtrier ou dévastateur, son nom est retiré de la liste et remplacé par un autre. Les quatre nouveaux noms seront utilisés pour la saison 2023.

La saison 2005, pendant laquelle des ouragans particulièrement dévastateurs ont sévi, détient le record du nombre de noms supprimés : Dennis, Katrina, Rita, Stan et Wilma avaient ainsi été rayés de la liste.

 

(Météo France)

 

Posté par meterologue à 17:22:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,