Le Blog d'Alexis

Info Site

Info Site

 

L'équipe du Blog d'Alexis est en vacances, on revient des le lundi 01 Septembre 2014! (Sauf évolution majeur). Bonne vacances à tous et à toutes!

Pour les prévisions du risque orageux c'est François Novi qui prend le relais pendant l'absence du Blog d'Alexis.

 

Le Blog d'Alexis

Posté par meterologue à 22:46:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Info/Numérique/Moi: Séjours à Flaine

Séjours à Flaine

 

Le blog d'alexis prend quelques vacances en Haute Savoie du Samedi 23 Aout 2014 au Samedi 30 Aout 2014 à Flaine.

 

Station Météo:

 

A Thyez (Station Météo amateur): Cliquez ici

A Domancy (station météo amateur): Cliquez ici

A Chamonix Mont Blanc (Station météo pro) : Cliquez ici

 

Bulletins Météo (2 bulletins par jours):

Matin: Cliquez ici

Après Midi: Cliquez ici

 

Source: Chamonix-meteo.com

 

Webcam:

 

Webcam 1: Vue panoramique

 

Webcam Flaine - Station de ski de Flaine - webcam station de ski Haute Savoie
 
Webcam 2 : Secteur Platières


Webcam Flaine - Station de ski de Flaine - webcam station de ski Haute Savoie

Webcam 3 : Secteur Platé



Webcam Flaine - Station de ski de Flaine - webcam station de ski Haute Savoie

Webcam 4 : Secteur Aup de Veran


Webcam Flaine - Station de ski de Flaine - webcam station de ski Haute Savoie

Webcam 5: Secteur Aujon

 

Webcam 6: Arrivée du DMC

 

Webcam 7 : Ballacha

 

Source: Flaine.com

 

Autres Webcams: Cliquez ici

 

Posté par meterologue à 22:42:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Info/Histoire: 14-18. Il y a 100 ans, le jour le plus meurtrier de l’histoire de France

14-18. Il y a 100 ans, le jour le plus meurtrier de l’histoire de France

Il y a 100 ans, le jour le plus meurtrier de l’histoire de France.

Il y a 100 ans, le jour le plus meurtrier de l’histoire de France. | Crédit photo : AFP

Le 22 août 1914, 27 000 soldats français sont tués lors d'une bataille. On estime à environ 10 000 le nombre de soldats allemands décédés le même jour.

La date du 22 août 1914 a peu d'écho dans la mémoire collective et ne donne lieu qu'à une poignée de cérémonies, en comparaison avec Verdun ou la Bataille de la Marne. Elle marque pourtant le jour le plus meurtrier de l'histoire de l'armée française.

27 000 Français morts au combat

Dans les jours qui suivirent le déclenchement de la Première Guerre mondiale, fin juillet 1914, eut lieu sur le front Ouest la relativement méconnue Bataille des frontières qui fit, sur la seule journée du 22 août, 27 000 morts dans les rangs français.

Partis à l'offensive avec leurs baïonnettes et interdits de battre en retraite, les hommes qui gisent dans le village belge de Rossignol et les localités alentour périrent sous les feux des soldats allemands qui attendaient de cueillir l'ennemi.

« Ils se sont heurtés à la réalité »

Les raisons de ce désastre un peu occulté sont multiples. « Le commandement, la topographie, la tactique, tout », énumère Jean-Michel Steg, qui évoque cette quinzaine de fronts ouverts de l'Alsace à l'ouest de la Belgique dans un livre, Le jour le plus meurtrier de l'histoire de France.

« Ça a été une formation accélérée aux tactiques de combat du XXe siècle pour l'armée française », estime-t-il. « Ils rêvaient encore d'Austerlitz (une victoire de la cavalerie napoléonienne en 1805, ndlr) et ont trouvé un autre monde. Ils se sont heurtés à la réalité. »

« Taillés en pièces »

À Rossignol, village aux confins des frontières française et luxembourgeoise, considéré comme l'épicentre de cette bataille, deux régiments d'élite de l'infanterie coloniale lancés vers le nord pour percer les lignes allemandes furent décimés.

Engagés dans des charges désespérées, la plupart des soldats tombèrent sous les rafales de mitrailleuses allemandes. « Ils sont expérimentés, ils ont déjà été mis à l'épreuve et pourtant ils vont être taillés en pièces ici, dans la forêt. C'est pour ça que Rossignol est la bataille la plus marquante », rappelle Rémy Pierlot, de la fondation MERCi, qui œuvre pour la mémoire et organise des visites guidées dans la région.

Les pantalons rouges…

Les troupes françaises furent victimes d'une accumulation d'éléments contraires : d'abord la présence inattendue de régiments allemands censés ne pas arriver avant le lendemain et dont l'artillerie s'avère bien positionnée.

Ensuite un terrain forestier difficile et inconnu, au point que certains officiers n'avaient pas de carte des environs, un épais brouillard et des pantalons rouges qui faisaient des Français des cibles parfaites face aux Allemands camouflés.

« En retard d’une guerre »

Elles payèrent surtout le tribut de l'intransigeance de leur hiérarchie, partisane d'attaques à découvert déraisonnables. « Ces gens-là sont en retard d'une guerre », juge aujourd'hui Jean Dauphin, qui  s'occupe d'un musée sur la guerre dans la région à Latour, à quelques kilomètres.

« Il y avait aussi cet esprit d'offensive chez les Français, donc on avance et à un moment donné, (le général Joseph) Joffre a dit : ''il faut passer, quel que soit le prix''. Le prix, c'est une génération de Français, la fin d'une génération de jeunes  types de 20 ans. »

 

Il y a 100 ans, le jour le plus meurtrier de l’histoire de France.
Il y a 100 ans, le jour le plus meurtrier de l’histoire de France. | Crédit photo : Mémoire des hommes

Le site Mémoire des hommes permet de retrouver les Morts pour la France de la Première Guerre mondiale

« C’était l’enfer »

Après trois heures de combat, le champ de bataille était déjà couvert des corps sans vie de soldats de deux régiments, mais les assauts se poursuivaient, dit encore Jean-Michel Steg.

« À la quatrième ou cinquième tentative, vous deviez sans doute courir sur les corps de vos camarades. C'est incroyable ce qu'ont fait ces gars. C'était l'enfer. »

Les pertes françaises, ce jour-là, équivalent à la moitié du total des morts américains durant les seize années de la guerre du Vietnam. Elles sont aussi supérieures aux 20 000 Britanniques tués le 1er juillet 1916 dans la Bataille de la Somme.

Source: Ouest France

Posté par meterologue à 22:02:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Info/Moselle/Etrange: Amnéville : un "phénomène paranormal" dévaste un pavillon

Amnéville : un "phénomène paranormal" dévaste un pavillon

 Capture d'écran Dailymotion Républicain Lorrain

Capture d'écran vidéo Dailymotion, Républicain Lorrain

Vous ne croyez pas aux phénomènes paranormaux ? L’expérience vécue dans la nuit de mercredi à jeudi par un couple de retraités d’Amnéville va peut-être vous faire changer d’avis. Leur maison a été entièrement dévastée par des "forces inconnues". Meubles renversés, statues descellées, bibelots projetés à travers les pièces… nul n’est capable d’expliquer ce qui a pu se passer.

Mercredi après-midi, Dominique commence à constater des phénomènes plutôt étranges, et pour tout dire inhabituels.

Cela commence par des objets entreposés dans la buanderie, qui tombent à terre.
Ceux déposés sur la machine à laver et le sèche linge, et même des pots de confiture !

Mais, pour le malheur du couple, ce n'était que le début d'une après-midi plutôt éprouvante.
Des bruits étranges sont perceptibles, comme des coups de poing, des coups de feu, des "boum", des "bang", des "bam"...
Enfin, rien de trop rassurant en vérité.

Les occupants du pavillon n'y croient pas.
Et pourtant, c'est vrai.
Ils assistent au passage d'une véritable tornade : vitrages brisés, objets projetés au sol, -quelquefois d'une pièce à l'autre-, meubles et appareils renversés...
La maison ressemble vite à un véritable champ de bataille.

Tant et si bien que le couple fini par alerter le commissariat de police qui envoie une équipe "constater les dégâts".

Phénomène sismique ? Ondes électro-magnétiques ? Rien n'est à exclure, et l'enquête ne fait que commencer.

Quant à Dominique et son épouse, il ne leur reste plus qu'à nettoyer les lieux et à tout remettre en place, mais surtout à expliquer à leur compagnie d'assurance ce qui paraît pour l'heure inexplicable.

 


Un maison hantée à Amnéville ? par republicain-lorrain

 

 


Couple attaqué par les objets de sa maison : la... par republicain-lorrain

 

 

 (YOANN RODIER, FRANCOIS CARRETIER / FRANCE 3 LORRAINE)

 

Source: Le Républicain Lorrain, France 3 Lorraine

 

Posté par meterologue à 14:03:00 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

Info/Sécheresse: La sécheresse en Espagne menace de faire grimper le prix de l'huile d'olive

La sécheresse en Espagne menace de faire grimper le prix de l'huile d'olive

Les cours de l'huile d'olive vierge extra viennent de passer de 2,40 euros à 2,70 euros le kilo, selon la fédération espagnole des industriels producteurs d'huile d'olive Infaoliva, contre une moyenne de 2,45 euros sur les dix dernières années ( AFP/Archives / Cristina Quicler )

Les amateurs d'huile d'olive doivent se préparer à payer plus cher leurs bouteilles, à l'heure où le manque de pluie dans le sud de l'Espagne et une bactérie qui s'attaque aux oliviers italiens menacent la prochaine récolte.

Depuis plusieurs mois, une sécheresse exceptionnelle touche le sud de l'Espagne, affectant les alentours de Jaen et de Cordoue où s'étendent des oliveraies à perte de vue. L'Espagne est le premier producteur mondial d'huile d'olive, devant l'Italie, et la province andalouse assure à elle seule environ 45% de la production du pays.

Face au risque de voir la récolte profondément réduite cette année, le marché a déjà réagi: en seulement quelques semaines, les cours de l'huile d'olive vierge extra viennent de passer de 2,40 euros à 2,70 euros le kilo, selon la fédération espagnole des industriels producteurs d'huile d'olive Infaoliva, contre une moyenne de 2,45 euros sur les dix dernières années.

Et cette tendance va se poursuivre si la pluie se fait encore attendre.

En Italie, le danger vient de la bactérie "Xylella fastidiosa", qui s'attaque aux végétaux et les assèche. Elle a été repérée l'an dernier dans le sud du pays et s'en prend aux oliviers de la région des Pouilles.

"Il n'y a pas de remède, la seule solution c'est de brûler les arbres contaminés pour arrêter la diffusion rapide de cette bactérie", se désole Raffaele Piano, un producteur agricole du centre des Pouilles. "Il y aura une hausse des prix de 30-40% parce qu’il y aura moins d'olives, et donc moins d'huile produite", estime-t-il. "Mais la qualité ne sera pas affectée".

En Espagne aussi, producteurs et analystes du secteur tablent sur une augmentation des prix de l'"or jaune" dans les mois à venir, même s'ils se gardent pour l'instant de la chiffrer.

"C'est une bonne nouvelle pour les producteurs" qui travaillaient ces derniers temps à perte, relève Thomas Mielke de l'institut spécialisé Oil World, basé en Allemagne. La forte production de la saison passée avait en effet entraîné une chute des prix.

 

- Une petite récolte attendue -

 

Ce qui est certain, c'est que le volume de fruits récoltés va dégringoler alors que la consommation ne cesse d'augmenter dans le monde. Elle a bondi de près de 60% en vingt ans, tirée par des pays comme la Chine, les Etats-Unis, l'Australie ou encore le Canada, selon le Conseil oléicole international.

Lors de la saison dernière, qui s'est étalée d'octobre à juin, la production espagnole a été de 1,77 million de tonnes, selon les chiffres du ministère de l'Agriculture à Madrid.

"La campagne de l'année dernière a été exceptionnelle", de 40% supérieure à la moyenne des quatre dernières années, relève Cristobal Gallego, responsable du secteur au sein des coopératives agro-alimentaires d'Andalousie.

Mais l'exploit ne risque pas de se renouveler lors de la prochaine récolte. Elle devrait tourner "entre 800.000 et un million de tonnes", prédit Enrique Delgado, secrétaire général d'Infaoliva. Cela correspondrait à "une campagne limitée mais suffisante pour approvisionner les marchés aussi bien intérieur qu'internationaux".

Les prévisions d'Oil World sont similaires, avec un tonnage compris entre 900.000 et 1,1 million.

"On a souvent un recul de la production par arbre après une année de forte production" à cause du cycle de vie de l'olivier, indique à l'AFP Thomas Mielke, directeur de Oil World. A cela s'ajoute les conséquences de la sécheresse qui se traduiront par "une petite récolte".

Cristobal Gallego se montre plus alarmiste. "Tout montre que la campagne de l'année prochaine devrait être très proche du niveau de celle d'il y a deux ans", où seules 618.000 tonnes avaient été produites. Pour lui, l'irrigation des oliveraies ne permet pas de compenser l'absence de pluie.

Producteurs et observateurs attendent à présent de voir ce que réservera le ciel de septembre, avant la cueillette des fruits. Une pluie tardive permettrait de faire grossir les fruits existants, à défaut d'en faire pousser d'autres.

Source: AFP

Posté par meterologue à 12:59:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,



Info/Climat/Monde: Changement climatique : il faut se préparer au pire, selon les météorologues

Changement climatique : il faut se préparer au pire, selon les météorologues

Les spécialistes mondiaux du climat ont brossé un tableau apocalyptique de la météo des prochaines décennies lors d'un congrès international, qui s'est conclu jeudi à Montréal. Au programme : sécheresses, inondations et élévations du niveau des océans.

Le lac El Cisne, en Colombie, lors d'une sécheresse, le 31 juillet 2014. 

Le lac El Cisne, en Colombie, lors d'une sécheresse, le 31 juillet 2014.  (EITAN ABRAMOVICH / AFP)

Turbulences aériennes accrues, épisodes polaires et caniculaires toujours plus extrêmes, vagues géantes dans les océans : les spécialistes mondiaux du climat ont brossé un tableau apocalyptique de la météorologie des prochaines décennies lors d'un congrès international qui s'est conclu jeudi 21 août à Montréal (Canada).

A l'initiative de l'Organisation météorologique mondiale, agence des Nations unies, un millier de scientifiques ont débattu autour du thème, "la météo, quel avenir ?" à l'occasion de cette première conférence mondiale sur la météorologie. Près de dix ans après l'entrée en vigueur du Protocole de Kyoto qui visait à réduire les émissions de gaz à effet de serre, la question n'est plus de savoir si le réchauffement de la Terre va avoir lieu. "Il est irréversible et la population mondiale continue d'augmenter, il faut que l'on s'adapte", observe Jennifer Vanos, de l'université Texas Tech.

Davantage d'épisodes climatiques extrêmes

La première décennie du XXIe siècle a vu la température moyenne de la surface de la planète augmenter de 0,47 °C. Or une hausse de 1 °C génère 7% de vapeur d'eau en plus dans l'atmosphère, et comme l'évaporation est le moteur de la circulation des flux, une accélération des phénomènes météorologiques extrêmes est à prévoir. D'autant que les scénarios retenus par la communauté scientifique privilégient une hausse de 2 °C de la température moyenne à la surface de la Terre d'ici 2050.

"Les nuages vont se former plus facilement, plus rapidement et les pluies vont être plus fortes", engendrant notamment davantage d'inondations soudaines, note Simon Wang, de l'université Utah State. D'une manière générale, relève ce chercheur américain, la hausse des températures va avoir "un effet d'amplification sur le climat tel qu'on le connaît actuellement". Les épisodes de grand froid, tel le vortex polaire qui s'est abattu cet hiver sur une grande partie de l'Amérique du Nord, seront plus marqués, plus extrêmes, tout comme les vagues de chaleur et les périodes de sécheresse, ajoute-t-il.

"D'ici 2050, deux fois plus de temps en vol dans des turbulences"

Le défi pour les météorologues est donc désormais d'inclure la "force additionnelle" créée par le réchauffement climatique dans des modèles de prévision toujours plus complexes, explique Simon Wang. Pour ce faire, les météorologues des prochaines décennies auront besoin d'ordinateurs surpuissants, actuellement extrêmement peu nombreux.

Météorologue à l'université britannique de Reading, Paul Williams a par exemple dû recourir au superordinateur de l'université américaine de Princeton, l'un des plus puissants au monde, pour étudier les impacts du réchauffement climatique sur les jet streams, ces courants d'airs rapides situés à une dizaine de kilomètres d'altitude, où les avions de ligne évoluent.

Après des semaines de calculs, son verdict est sans appel : "Le changement climatique donne plus de force à ces courants. (...) D'ici 2050, vous passerez deux fois plus de temps en vol dans des turbulences." Tout en notant qu'actuellement, en moyenne, seulement 1% du temps de vol des avions commerciaux subit des turbulences, Paul Williams souligne que si la concentration de dioxyde de carbone augmente de façon exponentielle dans les prochaines années, "on ne sait pas comment les avions vont réagir" à ces masses d'air très agitées.

L'élévation du niveau des mers pourrait atteindre 6 m

Et pas question de se rabattre sur le transport maritime pour voyager en toute quiétude: il faut en effet s'attendre à des vagues monstrueuses dans les océans. "Les compagnies de transport maritime rencontrent toujours plus de vagues énormes", dont certaines font 40 mètres de hauteur, alors qu'auparavant une hauteur de 20 mètres était exceptionnelle, dit Simon Wang, de l'université Utah State. "Ce n'est que le début du changement climatique, car les océans auront beaucoup plus d'impact en libérant davantage de chaleur et davantage de vapeur", avertit-il.

D'autant que l'épaisse calotte glaciaire du Groenland a commencé à fondre et pourrait à terme – "pas avant le siècle prochain" – engendrer une hausse moyenne de six mètres du niveau des océans, rappelle Eric Brun, chercheur chez Météo France et auteur d'une récente étude sur le sujet. Face à tant de bouleversements, Jennifer Vanos, biométéorologue à l'université Texas Tech, estime qu'il y a urgence à modifier l'urbanisme des villes et les modes de vie en fonction de cette nouvelle réalité, afin de tenter de protéger les populations.

Source: AFP

Posté par meterologue à 12:17:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Info/Météo: Un mois d’août décidément bien frais

Un mois d’août décidément bien frais

À la faveur d'une masse d'air fraîche et d'un ciel généralement dégagé, les températures relevées ce jeudi 21 août au lever du jour étaient particulièrement basses, fréquemment sous les 5°C. Le thermomètre indiquait par exemple 4.5°C à Alençon, 4.4°C à Pontoise (record mensuel de froid égalé), 3°C à Romorantin et 0.9°C à Mourmelon-le-Grand, dans la Marne. À Paris, la température est descendue à 9°C. Depuis les 8.8°C relevés le 30 août 1986, on n'avait pas atteint une valeur aussi basse dans la capitale au mois d'août. En 65 ans, c'est seulement la 10è fois que l'on enregistre une température minimale inférieure ou égale à 9 °C à cette période de l'année. Pour trouver une température minimale comparable aussi précoce durant un mois d'août, il faut remonter au 13 août 1960 (9.1°C).

En Lorraine: A 06 h :

Meuse: 7°C à Bar-le-Duc, 6°C à Etain, seulement 5°C à Stenay, Clermont en Argonne et Rouvres, 8°C à Commercy.

Meurthe et Moselle: 8°C à Nancy, Longwy, Toul et Lunéville, 7°C à Badonviller, et seulement 5°C à Jarny.

Moselle: Vers 6h30 on relève de 6 à 8 degrés, localement 5 degrés dans les vallées des Vosges Mosellanes. 7°C à l'aéroport de Metz Nancy Lorraine 

Vosges: 6°C à Neufchâteau, 7°C à Vagney et Epinal, 8°C à Vittel, 9°C à Ban-de-Sapt. (Isotherme 0°C: 2300m), 3,7°c à Saint Ouen les Parey.

Température inhabituel pour la saison. Il fait jusqu'à deux fois moins chaud qu'en temps normal.



Cette fraîcheur matinale marquée fait suite à une journée de mercredi elle aussi globalement fraîche. Les températures maximales relevées hier après-midi étaient en effet plutôt basses, parfois presque automnales. En dehors de la Côte d'Azur et de la Corse, elles étaient largement en-dessous des normales de saisons.
Voici quelques exemples de températures maximales enregistrées mercredi 20 août :
17°C à Rouen (soit 5 degrés en-dessous des normales* de la 2è décade d'août)
18°C à Strasbourg (7 degrés en-dessous des normales)
18.5°C à Tarbes (6 degrés en-dessous des normales)
20°C à Rennes et Paris (5 degrés en-dessous des normales)
22°C à Toulouse (6 degrés en-dessous des normales)
et 23°C à Perpignan (6 degrés en-dessous des normales)

Animation Arpège du 20 août 2014

Pression au niveau de la mer et température à 850 h Pa (en bleu les masses d'air froid, en jaune les masses d'air chaud) du 20 août à 12 UTC au 21 août 2014 à 12 UTC - Modèle Arpège du 20 août 12 UTC © Météo-France  (Cliquez sur l'animation pour l'agrandir).

 

Une deuxième décade d'août remarquablement fraîche
Ces valeurs s'inscrivent dans la lignée de ce qui a été observé ces dix derniers jours sur une large partie de l'hexagone. Dans certaines villes, on n'avait pas connu une deuxième décade d'août aussi fraîche depuis 30 à 50 ans. À Paris, la température moyenne de la deuxième décade du mois n'excède pas 16.7°C. Il faut remonter aux 16°C enregistrés en 1963 pour retrouver une température moyenne aussi basse sur ces 10 jours. À Rennes, où l'on a enregistré cette année 15.6°C en moyenne entre le 11 et le 20 août, on n'avait pas connu une telle fraîcheur sur cette période depuis 1972. À Strasbourg, la température moyenne de la décade n'est que de 16.5°C, un record depuis les 16.3°C enregistrés en 1978.

Posté par meterologue à 10:53:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 21 août 2014

Astronomie/Info: La Nasa découvre une substance détruisant la couche d’ozone en quantité inexpliquée

La Nasa découvre une substance détruisant la couche d’ozone en quantité inexpliquée

La Nasa a détecté en quantité inexpliquée dans l'atmosphère du tétrachlorure de carbone(CC14), une substance chimique qui détruit la couche d'ozone et qui est proscrite dans le monde depuis près de 30 ans, a indiqué aujourd’hui l'agence spatiale.

Le CCl4, qui était utilisé dans les extincteurs ou par les pressings pour le nettoyage à sec, a été interdit en 1987 en même temps que les chlorofluorocarbones dans le cadre du Protocole de Montréal. Les pays membres de ce protocole n'ont annoncé aucune nouvelle émission de CC14 entre 2007 et 2012.
             
Mais l'étude de la Nasa montre que les émissions mondiales de ce polluant sont en moyenne de 39.000 tonnes par an, soit environ 30% du volume maximum jamais enregistré avant l'entrée en vigueur du Protocole international.
             
"Nous ne devrions pas avoir tout ce CC14", a lancé Qing Liang, un scientifique de la Nasa au Centre Goddard des vols spatiaux dans le Maryland (est) et principal auteur de cette recherche.
             
"Il est clair que nous sommes en présence soit de fuites industrielles non identifiées, soit d'émissions importantes de sites contaminés ou de sources inconnues de CCl4", a-t-il ajouté.
             
Les scientifiques et autorités règlementaires veulent savoir d'où vient ce CC14, qui comptait en 2008 pour environ 11% du chlore contribuant à la diminution de la couche d'ozone.
             
Depuis près de dix ans, les scientifiques s'interrogent sur les raisons pour lesquelles les niveaux observés de CCl4 dans l'atmosphère diminuent plus lentement qu'anticipé en fonction des processus naturels connu de sa destruction comme le rayonnement solaire.
             
"Existe-t-il un mécanisme de perte de CCl4 que nous ne comprenons pas ou y aurait-il des sources d'émission non signalées ou non identifiées", s'est interrogé Qing Liang.
             
Sans aucune émission de CCl4 signalée entre 2007 et 2012, les concentrations atmosphériques de cet agent chimique auraient dû diminuer de un à 4% par an, ont relevé les scientifiques, soulignant que des observations depuis le sol montrent une diminution de seulement 1% chaque année.
             
Source : AFP

Posté par meterologue à 09:08:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 20 août 2014

Info/Météo/Monde: Pénurie de noisettes : le Nutella en danger ?

Pénurie de noisettes : le Nutella en danger ?

 

Illustration -En raison d'une météo désastreuse, une très importante pénurie de noisettes frappe la Turquie, premier producteur mondial avec 70% des récoltes. JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Voilà une nouvelle qui pourrait plomber la journée des amateurs de Nutella (et des écureuils) du monde entier. En raison d'une météo désastreuse, une très importante pénurie de noisettes frappe actuellement la Turquie, premier producteur mondial avec 70% des récoltes. A l'autre bout de la chaîne, la compagnie Ferrero, qui utilise un quart des noisettes produites dans le monde pour produire le Nutella, les Ferrero Rocher ou encore les Kinder Bueno, pourrait bien augmenter ses prix.

Le prix de la tonne de noisettes a explosé en 6 mois

Ce sont les producteurs qui ont tiré la sonnette d'alarme, dans plusieurs médias anglo-saxons. En raison d'un sévère épisode de gel en mars dernier, plus des deux tiers des fleurs de noisetier poussant dans le nord de la Turquie ont été détruites. Les fournisseurs estiment qu’il pourrait y avoir un déficit de 260 000 tonnes de noisettes cette année, selon TechTimes. Logiquement, le cours de la tonne de noisettes a déjà explosé, passant de 5000 € à plus de 8500 €, en six mois.

Tous les yeux sont donc désormais braqués sur Ferrero, qui déjà vendu près de 300 pots dans le monde depuis que vous avez commencé à lire cet article, chaque pot contenant - selon le groupe - une cinquantaine de noisettes. Selon l'Agence italienne pour le commerce extérieur, Ferrero achète ainsi 25% des noisettes produites dans le monde. La compagnie, qui a acquis en juillet un des leaders de la production de noisettes en Turquie, n'a pas fait de commentaires pour l'instant.

En 2003 et en 2004, le gel avait également frappé les vergers de la mer noire, et le cours de la noisette turque avait également flambé, entraînant une légère augmentation du prix du Nutella.

Déjà menacée à long-terme par la pénurie mondiale de cacao annoncée d'ici une dizaine d'années, critiqué en France par une partie de la classe politique, désireuse de taxer l'huile de palme, le Nutella n'a jamais été autant en danger. Ironie du sort, la célèbre pâte avait été créée après la Seconde guerre mondiale...pour palier une pénurie de cacao.

 

Plus d'info: Cliquez ici

Source: Tanguy de l'Espinay / Le Parisiens.

Posté par meterologue à 20:55:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Météo/Orages/Lorraine: Prévisions du risque orageux en Lorraine: Journées du 21 et 22 Août 2014 et nuit suivante

Prévisions du risque orageux en Lorraine: Journées du 21 et 22 Août 2014 et nuit suivante

 

Bulletin Grand Public :

Émis le Mercredi 19 Août 2014 à 19h30

Echéance: Du Jeudi 20 Aout 2014 à 09h00 au Samedi 23 Août 2014 à 09h00.

 

Pas de risque d'orage sur la région.

 

 //

 

 

Bulletin pour les professionnel :

Émis le Mercredi 19 Août 2014 à 19h30

Echéance: Du Jeudi 20 Aout 2014 à 09h00 au Samedi 23 Août 2014 à 09h00.

 

Pas de risque d'orage sur la région.

 

 //

 

Pendant mon absence du 23 Aout 06h00 au 01 Septembre 2014 à 09h00, c'est François Novi qui reprend la mains sur la prévisions du risque orageux, en cas de phénomène violent le Blog d'Alexis sera bien sur mis à jour. Le Blog d'Alexis Reprend du service des le 01 Septembre 2014 des 09h00.

 

Le Blog d'alexis

 

Posté par meterologue à 19:33:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,



Fin »