Vosges: les communes font face à la sécheresse

Les nappes phréatiques sont appauvries et la pluie ne tombe toujours pas. Dans les Vosges, certaines communes ont été forcées de mettre en place des dispositions spéciales pour faire face à la sécheresse.

EPINAL

Coupure d’eau ou approvisionnement assuré par les communes avoisinantes. En cette période de sécheresse, il faut savoir faire face à la carence d’eau. Avec des températures toujours élevées et le manque de pluie, les nappes phréatiques restent appauvries. Plusieurs initiatives ont été prises.

A Fontenay, qui compte désormais un peu plus de 500 habitants, la municipalité a décidé de couper l’eau trois nuits par semaine. Une décision exceptionnelle, prise par prévention : « C’est la première fois que l’on arrive à ce niveau », indique Krista Fonstad-Milion, maire de la commune. « Pour l’heure, nous anticipons avant de manquer d’eau ». Les lundi, mercredi et jeudi, les habitants de Fontenay devront ainsi se passer d’eau entre 22 h et 5 h. « Nous avons préféré fermer en semaine afin de minimiser l’impact dans la vie de nos concitoyens ». La solution a été prise pour trois semaines, « et ça pourrait perdurer en cas de besoin » , complète Philippe Hollard, référent technique à la municipalité. Équipée d’un réservoir de deux fois 500m3 , la commune, qui s’approvisionne en eau sur le plateau de Champdray, réfléchit à investir dans une cuve possédant une capacité trois fois supérieure. « Même en période normale, nous rencontrons des soucis. Nous réalisons des recherches afin de trouver d’éventuelles fuites » , ajoute l’élue. Une chose est sûre, hors de question d’utiliser la réserve incendie : « Nous avons eu un feu il y a quelques semaines. Nous avons pris conscience des risques. L’eau est vitale et importante pour notre commune. Nous ne jouons pas avec cela ».

Approvisionnement chez le voisin

Si certains préfèrent les solutions internes, d’autres comptent sur les communes limitrophes. Depuis la fin du mois de juin, le Tholy a été raccordé à Gérardmer. « Nous avons pris nos précautions en amont puisque nos ressources se vidaient à vitesse grand V » , indique François Nourry, maire du Tholy. « Nous recherchons également des sources privées mais ça ne se fait pas aussi facilement. Il faut les trouver avant. »

Entre les deux municipalités, une convention a été signée il y a plusieurs années déjà. « A l’origine, il s’agissait de leur fournir 100 m³, aujourd’hui, nous leur en fournissons 200m³ » , complète Jean-Luc Perrot, adjoint à Gérardmer. « C’est une alternative rare qui intervient en cas de sécheresse. ». Pour la perle des Vosges, le manque d’eau semble inimaginable : « Nous possédons deux sources et ne manquons pas d’eau » , note l’adjoint. « Et puis, en cas d’extrême coup dur, nous avons une pompe à 35 mètres de profondeur dans le lac ». De quoi rassurer les habitants de Xonrupt et bientôt ceux de Liézey, qui connaissent également un approvisionnement géromois.

Tous espèrent bientôt voir arriver la pluie tant attendue. « La baisse des lits des rivières est si inquiétante » , note le maire de Ventron, préoccupé, lui aussi, par une pérennisation de la sécheresse.

Audrey FISNÉ

(Vosges Matin)