Août : fortes chaleurs et épisode de pollution à l'ozone

En août, la Lorraine a connu une vague de chaleur du 23 au 28 août. Cette période caniculaire a engendré une augmentation des niveaux d’ozone, avec déclenchement de la procédure d’information et de recommandations en Moselle et en Meurthe-et-Moselle.

En août 2016, la qualité de l’air du mois s’est avérée moyenne à médiocre plus de 2 jours sur 5, sur l’ensemble des agglomérations de Lorraine.

A partir de la mi-août, le retour d’un temps anticyclonique accompagné d’une hausse des températures a favorisé la formation d’ozone. Les niveaux observés ont entraîné des indices moyens à médiocres.

Cette augmentation des concentrations d’ozone est caractéristique des périodes estivales. Il faut en effet rappeler que ce polluant secondaire se forme quand les températures s’élèvent et que des polluants primaires, tels que les oxydes d’azote et les composés organiques volatils, sont soumis au rayonnement solaire et à la chaleur.

Ainsi, à partir du 23 août, la période caniculaire qu’a connu la Lorraine, avec un vent très faible, un fort ensoleillement et des températures élevées, a favorisé une augmentation importante des niveaux en ozone. La procédure d’information et de recommandations a été déclenchée le 26 août, en Moselle. Pour la Meurthe-et-Moselle, la procédure a été déclenchée le 27 août.

A partir du 28 août, les conditions météorologiques ont changé, avec le retour de passages nuageux et une baisse des températures. La procédure d’information et de recommandations a donc été levée.

Nombre de jours associés aux différents indicesNombre de jours associés aux différents indices

Nombre de jours associés aux différents indicesNombre de jours associés aux différents indices

Les indices de la qualité de l’air en milieu urbain sont calculés grâce aux résultats de stations de mesures fixes. En revanche, pour obtenir un indice départemental, il est fait appel au logiciel de modélisation Prév’Est, lequel permet d’estimer la qualité de l’air sur l’ensemble d’un territoire, même là où cette qualité n’est pas mesurée à proprement parler.

En l’occurrence, la qualité de l’air estimée est moyenne à médiocre plus de 2 jours sur 5 sur les départements de la Meuse et des Vosges.

Sur les départements de la Meurthe-et-Moselle et de la Moselle, les indices estimés sont moyens à mauvais plus de 2 jours sur 4. Ceci s’explique par des émissions plus importantes en polluants précurseurs de l’ozone (tels que les oxydes d’azote et les composés organiques volatils).

 

(Air Lorraine)