Inversion thermique et Neige industrielle sur le Nord-Est

Quand les températures chutent, l’air devient vif et l’on pourrait croire que sa qualité s’améliore. En réalité, c’est plutôt l’inverse. En cause, un phénomène bien connu appelé « inversion thermique. ». Une conséquence qui peut contribuer à la formation du phénomène de "neige industrielle".

L'inversion thermique, comment ça marche ?

En effet; quand les températures sont basses, le sol refroidit et les masses d'airs s'alourdissent à son contact. Les polluants sont alors plus difficilement dispersés. Leur concentration augmente et on respire alors d’avantage de particules potentiellement nocives pour la santé.

Crédit :Hydrometeo

 

 

En cas de fort pic de pollution, un autre phénomène peut apparaitre comme celui de la neige industrielle. Explication




Satellite le 5 décembre 2016 en mi-journée (neige en rouge) - NASA

La météo est un facteur déterminant quand il s’agit de qualité de l’air. Une fois que des substances polluantes sont émises dans l’atmosphère, ce sont le vent, la pluie, les températures influent très largement sur leur concentration.

Le phénomène de neige industrielle (qui a été parfois observées le 05 décembre, sur Metz en journée (>>) ou encore à Strasbourg en soirée) se produit sous un brouillard bas ou sous la limite supérieure du stratus par une forte inversion de température. La vapeur d’eau et les fines particules rejetées par les secteurs industriels favorisent un phénomène de condensation retombant au sol sous forme de neige fine. On parle aussi de "neige de pollution". Ces chutes de neige sont généralement faibles (du moins en France) mais tombent par températures négatives et, de fait, tiennent au sol et peuvent perturber la circulation. La couche peut néanmoins dépasser 5 cm lorsque le phénomène se prolonge.


 

 

(Le Blog d'Alexis avec Météo Paris et Air Lorraine)