Point sur la situation hydrologique au 01 Mai 2017 en France

> Le Bilan

Les passages pluvieux ont été quasi absents en avril hormis en tout début et toute fin de mois. Ainsi, la pluviométrie du mois d’avril a été très déficitaire sur l’ensemble du pays. En moyenne sur la France, le déficit pluviométrique a été supérieur à 50 %. Les cumuls ont été extrêmement faibles le long des frontières du Nord et du Nord-Est. Le déficit a souvent dépassé 70 % sur la moitié nord ainsi qu’en Corse et de la Gironde au golfe du Lion.


Le déficit des précipitations cumulées depuis septembre reste le plus souvent supérieur à 25 % sur la moitié nord du pays. Au Sud, il s’accentue des Landes à l’ouest de l’Aude, tandis que l’excédent diminue sur l’Hérault, les Cévennes, le sud des Alpes et la Haute-Corse.


Les températures, souvent estivales pendant la première quinzaine, ont ensuite nettement fraîchi avec de nombreuses gelées tardives en fin de mois. Moyennée sur le pays et sur le mois, la température a été conforme aux valeurs de saison.

Suite aux faibles précipitations du mois d’avril et aux températures élevées du début du mois, la sécheresse des sols s’est généralisée et s’est accentuée au cours du mois sur l’ensemble du pays.

 



* : normales concernant température et précipitations : moyenne de référence 1981-2010

 

Consulter le bilan de suivi hydrologique complet 

 

> Les nappes souterraines

Le niveau des nappes au 1er mai 2017 est hétérogène d’une région à l’autre.

Les deux tiers des nappes (67%) affichent un niveau modérément bas à très bas. La situation montre qu’un tiers seulement du territoire a, à ce jour, bénéficié de la recharge hivernale habituellement observée à cette période de l’année. Seuls quelques rares secteurs présentent des niveaux autour de la moyenne voire modérément hauts comme certains secteurs est et sud du bassin parisien et amont du bassin Adour-Garonne ainsi qu’une partie du pourtour méditerranéen. Le reste du territoire présente des niveaux modérément bas voire très bas.

La tendance d'évolution du niveau des nappes traduit la fin de la période de recharge hivernale avec près des deux-tiers des points (59%) désormais orientés à la baisse. Le phénomène s’est fortement accéléré en avril puisqu’au 1er mai seuls 24% des points sont en hausse alors qu’ils étaient 66% au 1er avril. Le nombre de points stables (17%) est constant par rapport au mois précédent. Cette situation n’est pas habituelle pour cette période de l’année. L’incidence marquée de la recharge hivernale que l’on devrait mesurer à cette période de l’année n’est pas observée.

La situation des nappes au 1er mai 2017 traduit clairement le déficit de recharge hivernale de cette année.

 

Télécharger la carte

 

Lire la suite

 

(Météo France et BRGM)