Pays-Haut : en mai, une météo ensoleillée, chaude et trop sèche

Après une première décade fraîche, les températures ont entamé une hausse progressive pour atteindre des sommets, l’ensoleillement se montrant très généreux en mai. La pluviométrie reste par contre trop faible dans la région.

Mai 2017 a été un mois bien chaud avec neuf journées à plus de 25 °C. Photo RL

Le bilan comptable de la météorologie du mois de mai fait encore la part belle aux excès de températures et d’ensoleillement. Maintenant, on parle de sécheresse des sols du Pays-Haut comme sur la Lorraine en général.

La chaleur a commencé à s’installer à partir du 10 mai, après une première partie de mois fraîche et plus arrosée que le mois précédent. Le flux continental très sec, est devenu plus chaud pour atteindre un premier sommet vers le 17. Le mercure flirtant avec les 30 °C provoquant quelques orages, bienvenus sur le front de la sécheresse le 12 mai.

Flambée du mercure

Nouvelle flambée du mercure, à la suite d’une journée bien pluvieuse le 18, débouchant sur une petite canicule le week-end de l’Ascension. Les températures atteignent alors plusieurs jours 30 °C avec des maximales de 32.1 ° le samedi 27, 33,1 °C le 28 et 32,1 °C enfin lundi 29 mai. La transition océanique en fin de mois a chassé progressivement l’air chaud sans conséquence orageuse.

Les chiffres affichés par la station à Saint-Jean-lès-Longuyon corroborent l’impression générale. La moyenne des températures s’élève à 15,66 °C soit un excédent remarquable de +3,16 °C par rapport aux années 1971-2000. Cet écart serait moins important en considérant la décennie 2000/2010 dans ces calculs. Il faut remonter à mai 2008 pour retrouver une chaleur aussi précoce et intense. On relevait alors 16,08 °C de moyenne.

Pas de froid aux saints de glace

La moyenne des températures maximales à 22 °C témoigne de belles journées en mai. La moyenne nocturne est de 8,90 °C. Il faut nuancer tout de même et noter une faible gelée au sol le 2 mai. Petit non-événement, l’absence totale de froid durant la période des saints de glace. En effet, le régime de flux de sud du moment a repoussé toute velléité du froid et de la croyance populaire.

Coté ciel, l’astre du jour, le soleil, s’est montré le plus généreux au détriment des perturbations. La pluie s’est illustrée la première semaine par petites touches dans une ambiance fraîche.

De nouvelles pluies, orageuses cette fois, arroseront irrégulièrement le Pays-Haut. À ce petit jeu, l’ouest du Longuyonnais est un peu plus protégé des phénomènes violents. La station affiche des cumuls moyens en dessous de 10 mm par jour d’orage.

Le cumul du mois atteint 45,2 mm soit un déficit de 43 % qui s’ajoutent à ceux des mois précédents.

L’an dernier, alors sous les eaux, on relevait 115 mm. Le soleil plus régulier et aidé par des hautes pressions bien situées en Europe affiche 228 heures. Ce niveau d’été se rapproche de 2011 avec un record de 264 heures.

Depuis début juin, une dépression bien plus active et venteuse a bien arrosé la région. La tendance des modèles de prévisions va vers un flux oscillant, hésitant entre coups de chaleur et rapide dégradation orageuse par le sud-ouest. Ce week-end semble promis à de bonnes sensations estivales.

 

(Le Républicain Lorrain)