Bassin de Longwy : un mois de juillet orageux

La chaleur en déclin et de nombreux orages ont caractérisé le mois de juillet, après un début d’été très chaud. L’ensemble est resté néanmoins agréable pour les juillettistes restés dans le Pays-Haut.

On craignait de nouveaux excès de températures en juillet, même si les modèles de prévisions à long terme s’accordaient pour un temps moins chaud et plus contrasté. Et la météo ne s’est guère trompée, le temps se montrant très incertain, souvent orageux, rarement très chaud et parfois même un peu frais.

La surprise est venue du côté des précipitations, abondantes sur certains secteurs exposés aux orages, troublant quelque peu les moissons. La station relève 98,8 mm soit 146 % de plus que la moyenne. On n’avait plus vu de telles précipitations depuis l’exécrable mois de juin 2016. Les 11 et 24 juillet furent particulièrement arrosés avec 15,7 mm et 23,6 mm, avec des orages très électriques et parfois accompagnés de grêle comme le 31 juillet au soir au sud du secteur.

La succession de fronts orageux par le nord-ouest a terni l’ambiance générale. La nébulosité a souvent accroché sur le Pays-Haut, limitant l’ensoleillement. Le capteur de rayonnement solaire n’enregistre que 197 heures, soit 90 % des normales saisonnières. Un déficit malvenu en plein été, surtout après l’excellent printemps qu’il y a eu. En regardant dans le rétroviseur climatique local, on constate souvent un léger tassement de l’ensoleillement durant l’été, à l’inverse du printemps ces dernières années.

Réchauffement climatique ou variabilité plus naturelle ? La question reste posée.

Par contre l’ensoleillement plus faible agit bel et bien sur les températures nocturnes et diurnes. Sans grosse chaleur durable, la moyenne mensuelle est de -1,97 °C par rapport à la normale habituelle. Elle s’établit à 19,52 °C, très loin des records du mois de juillet 2006 (moyenne 23 °C).

L’écart est plus net la nuit (moyenne 14 °C, écart de -2,3 °C) que la journée (moyenne 24,7 °C, écart de -1,3 °C) du fait de la nébulosité souvent importante. On relève 14 jours à plus de 25 °C, et seulement 5 jours avec plus de 30 °C. La maximale de 33,1 °C est atteinte le 6.

Le contraste de juillet s’est manifesté par les deux belles périodes bien estivales (du 4 au 9 puis du 16 au 22 juillet) entrecoupées d’orages et de rafraîchissements sévères où le mercure n’atteignait pas 20 °C. Il a fait 15,4 °C le 1er juillet.

La suite s’avère contrastée depuis début août, sans grande évolution à venir d’ici le 20 août au moins.

Le régime imposé par les basses pressions du nord ouest de l’Europe limite partiellement l’embellie promise du 15 août.

 

(Républicain Lorrain)