Point sur la situation hydrologique au 01 Janvier 2018 en France

 

> Le Bilan

Décembre 2017: En moyenne sur la France et sur le mois, la pluviométrie a été excédentaire* de 30 %, après un déficit persistant depuis décembre 2016. Seul le mois de mars avait connu un excédent de l’ordre de 25 %. Les passages perturbés ont été fréquents durant ce mois de décembre et la pluviométrie a été excédentaire du Sud-Ouest au sud de la Bourgogne – Franche-Comté, de la Bretagne à l’Île-de-France et aux Hauts-de-France, sur la majeure partie de la Corse et surtout sur les Alpes. À l’inverse, l’important déficit présent le mois dernier autour du golfe du Lion s’étend à la quasi-totalité du Languedoc-Roussillon, au sud de l’Ardèche et au delta du Rhône.

Les sols superficiels se sont humidifiés sur la quasi-totalité du pays. Sur le Sud-Est, la sécheresse des sols, qui a débuté au printemps, s’est nettement atténuée. Les sols restent toutefois assez secs sur le pourtour du golfe du Lion, la basse vallée du Rhône et le littoral provençal. Depuis le début de la période de recharge, les pluies efficaces ont retrouvé des valeurs conformes aux normales sur la majorité du pays. Seul le pourtour méditerranéen et la vallée du Rhône sont marqués par un déficit de plus de 50 %.

 

* : normales concernant température et précipitations : moyenne de référence 1981-2010

 

Consulter le bilan de suivi hydrologique 

 

> Nappes d'eau souterraine

La carte de France de l'état des nappes d'eau au 1er janvier 2018

Près des deux tiers des nappes (64%) affichent un niveau modérément bas à très bas. Une situation de basses eaux qui se prolonge jusqu’en fin d’année n’est pas habituelle. Elle traduit l’absence d’incidence notable des premières pluies automnales qui sont très attendues pour assurer la recharge des aquifères. À l’exception de quelques secteurs assez peu nombreux, on note, sur la plus grande partie du territoire, que les niveaux de nappes traduisent un déficit de recharge, en l’absence de précipitations notables. 

La tendance d'évolution du niveau des nappes traduit une nette tendance à une recharge qui devient active avec près des deux-tiers des points (63%) désormais orientés à la hausse. La tendance d’évolution à la baisse du niveau des nappes est faible (12%) et le nombre de point dont le niveau est stable augmente (25%). Cette situation montre que la bascule entre basses eaux et reprise d’une recharge des nappes est amorcée et que l’on s’oriente progressivement vers une recharge hivernale qui devient efficace.

La situation des nappes au 1er janvier 2018 traduit un début assez timide de recharge hivernale mais une tendance qui semble se confirmer malgré tout.

 

Lire la suite...

 

(Météo France et BRGM)