Juillet 2018 : 3e mois de juillet le plus chaud depuis 1900

(Bilan définitif au 1er août 2018)
Ce mois de juillet 2018 a été marqué par des conditions le plus souvent anticycloniques. La moitié nord du pays a bénéficié d'un temps estival, ensoleillé, chaud et généralement peu arrosé. En revanche, les épisodes orageux ont été fréquents sur le Sud-Ouest et les régions méditerranéennes avec localement des pluies diluviennes et de la grêle.
 
Depuis fin juin, les températures sont restées chaudes sur l'ensemble du pays, notamment sur la moitié nord de l'Hexagone où elles ont été en moyenne 2 à 4 °C au-dessus des valeurs de saison. Du 24 au 27 juillet, la France a connu un pic de chaleur qui a touché plus particulièrement le nord et l'est du pays. Après un bref refroidissement les 28 et 29, un nouvel épisode caniculaire a débuté le 30 et se poursuit début août. Sur la France et sur le mois, la température moyenne de 23,2 °C est supérieure à la normale de 2,5 °C. Juillet 2018 se classe ainsi au 3e rang des mois de juillet les plus chauds depuis 1900, derrière juillet 2006 (+3,6 °C) et juillet 1983 (+2,6 °C).
Cliquer sur le graphique pour l'agrandir
 
Les précipitations ont été très contrastées. Elles ont été très faibles de la Normandie aux frontières du Nord et du Nord-Est où le déficit pluviométrique a souvent dépassé 60 % avec des cumuls de moins de 30 mm sur l'est de l'Île-de-France, ainsi que de la Lorraine aux Hauts-de-France. Les épisodes pluvio-orageux ont en revanche été très fréquents au sud de la Garonne et se sont accompagnés de pluies abondantes et localement de grêle. L'excédent a souvent atteint 1,5 à 3 fois la normale voire localement plus avec des cumuls pluviométriques dépassant 200 mm comme à Palaminy (Haute-Garonne) ou à Capbreton (Landes). Sur le sud-ouest de la Bretagne, les cumuls ont atteint 1,5 à 2,5 fois la normale. Sur le pourtour méditerranéen et la majeure partie de la Corse qui ont également connu quelques épisodes de pluies intenses, les cumuls de pluie sont excédentaires.
Sur le mois et la France, la pluviométrie moyenne est déficitaire de plus de 20 %.
 
L'ensoleillement a été supérieur à la normale de plus de 20 % sur une grande partie du pays, atteignant souvent des valeurs remarquables, localement records. L'excédent a même dépassé 40 % le long des côtes de la Manche et du plateau de Langres (Haute-Marne) aux frontières du Nord. L'ensoleillement a été plus conforme à la saison en Provence-Alpes-Côte d'Azur et en Corse.

           

        

        

Cliquer sur les cartes pour les agrandir
 

Faits marquants

Records mensuels d'ensoleillement en juillet 2018 (depuis l'ouverture de la station) :

 

Poste (département)

Nb heures insolation

Rapport à la normale

Précédent record

Date ouverture de la station

Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor)

298 heures

160 %

279 heures

Décembre 1985

Gonneville (Manche)

323 heures

150 %

310 heures

Janvier 1967

Aurillac (Cantal)

333 heures

124 %

331 heures

Septembre 1945

Brive-la-Gaillarde (Corrèze)

337 heures

131 %

334 heures

Septembre 1987

Carcassonne (Aude)

345 heures

125 %

344 heures

Juillet 1966

Grenoble (Isère)

352 heures

122 %

352 heures

Janvier 1968

Ambérieu (Ain)

355 heures

125 %

350 heures

Juillet 1949

 

(Météo France)