Passage de la dépression Fabienne

Dans le sillage de la tempête Bronagh qui a concerné les îles britanniques puis la Norvège en fin de semaine passée, une autre dépression atlantique, dénommée Fabienne*, a concerné la moitié nord de la France ce week-end, plus particulièrement dimanche. Issue en partie des résidus de l'ex-ouragan Florence repris dans la circulation atmosphérique de l'Atlantique nord, elle a été à l'origine de phénomènes météorologiques parfois violents, essentiellement au passage de son front froid (violentes rafales de vent, fortes intensités de pluie et localement orages). Avec la migration et le creusement du cœur dépressionnaire vers l'Allemagne puis la Pologne, ces conditions se sont également généralisées au sud de ces deux pays ainsi qu'aux pays limitrophes.

Evolution des champs de réflectivité radar, des échos de foudre et des rafales de vents supérieures à 80 km/h (rouge) et 100 km/h (violet) relevées dimanche 23 septembre 2018 entre 12h et 19h. 
Évolution des champs de réflectivité radar, des échos de foudre et des rafales de vents supérieures à 80 km/h (rouge) et 100 km/h (violet) relevées dimanche 23 septembre 2018 entre 12h et 19h. - © Météo-France.
(Cliquer sur l'animation pour l'agrandir)

Un fort coup de vent pour un début d'automne

Dimanche, les conditions météorologiques se sont brusquement dégradées sur le nord du pays avec l'enfoncement par la Manche du front froid de la dépression Fabienne, puis sa circulation vers le sud et l'est. Au-delà des pluies qui ont été passagèrement soutenues, notamment sur le Grand-Est où elles furent régulièrement accompagnées d'orages,le passage du front a été associé à un net renforcement du vent (de sud-ouest au passage du front avant un brutal basculement au secteur nord-ouest à l'arrière). Dans le courant de l'après-midi, les rafales ont ainsi le plus souvent atteint 70 à 90 km/h des Hauts-de-France à l'Île-de-France et à la région Grand-Est**. Il s'agit de valeurs peu fréquentes en septembre, preuve que ce coup de vent reste assez précoce dans la saison. Localement, le vent a soufflé encore plus fort : à la station de Nancy-Ochey (ouverte en 1963), un record mensuel pour septembre a d'ailleurs été établi ce dimanche avec une rafale à 98 km/h.

On a également relevé quelques rafales au-delà de 100 km/h : 103 km/h près de Compiègne (Oise), 107 km/h à Vervins dans l'Aisne, 114 km/h à Douzy dans les Ardennes et plus encore sur les crêtes vosgiennes (141 km/h à la station de sport d'hiver du Markstein, 1184 m d'altitude).

Un arrosage bienvenu

Samedi, les pluies ont surtout touché les abords de la Manche mais également l'intérieur des départements du Nord et du Pas-de-Calais. Elles furent plus généralisées dimanche. Elles ont constitué un arrosage bienfaiteur sur une zone particulièrement éprouvée par une sécheresse des sols, et aggravée par un début de mois à la pluviométrie très déficitaire. Ainsi, alors qu'il n'avait que très peu plu depuis le début du mois, des cumuls de 20 à 40 mm ont été enregistrés des Hauts-de-France au quart nord-est en passant par les Ardennes. À Lille notamment, où il n'avait plu que 3,8 mm les deux premières décades du mois, il est tombé 38,6 mm depuis samedi matin.

Hors de nos frontières

Fabienne s'est montrée très active en poursuivant sa route vers l'est de nos frontières. Sur le sud de l'Allemagne, de fortes pluies et orages ont accompagné les plus fortes rafales, de l'ordre de 90 à 110 km/h généralement en plaine, même si une rafale plus exceptionnelle de 137 km/h a été relevée à Wuerzburg. De la Suisse à l'Autriche les rafales furent également particulièrement violentes (de 90 à 100 km/h à Vienne), ayant gagné en soirée l'extrême sud de la Pologne et le nord de la République tchèque.

* d'après l'Institut de Météorologie de l'Université de Berlin

** autres valeurs de rafales relevées dimanche 23 septembre :

98 km/h à Nancy-Ochez
97 km/h à Luxeuil (Haute-Saône)
93 km/h à Chouilly (Marne)
92 km/h à Septsarges (Meuse)
88 km/h à Orly
86 km/h à Mulhouse
84 km/h à Dijon

 

(Météo France)