Glace Arctique : extension basse record en avril

Selon le NSIDC (National Snow & Ice data Center), l'extension de l'Arctique a atteint un niveau record en moyenne sur le mois avril 2019, avec seulement 13,45 millions de km², soit 230 000 km² de moins que lors du précédent record d'avril en 2016, et 1,24 millions de km² sous la moyenne d'avril calculée sur 1981-2010.

Extension des glaces en Arctique en avril 2019, par rapport à la médiane sur 1981-2010 représentée par une ligne magenta
Extension des glaces en Arctique en avril 2019, par rapport à la médiane sur 1981-2010 représentée par une ligne magenta - © NSIDC
(Cliquer sur la carte pour l'agrandir)

Fortes anomalies en mer de Béring et mer de Barents

Les plus fortes anomalies sont observées en mer de Béring, entre l'Alaska et la Sibérie orientale, mais aussi en mer de Barents à l'ouest de la Nouvelle-Zemble. Ces régions ont connu des températures bien plus douces que la moyenne climatologique d'avril. Elles s'expliquent par la circulation atmosphérique de grande échelle, mais aussi par la réponse de l'air au-dessus d'une mer sans glace relativement douce, par rapport à de la glace de mer.

Anomalies de l'extension des glaces par rapport à la moyenne 1981-2010 d'avril
Anomalies de la température de l'air en surface par rapport à la moyenne 1981-2010 d'avril
Anomalies de l'extension des glaces par rapport à la moyenne 1981-2010 d'avril (en haut) et anomalies de la température de l'air en surface par rapport à la moyenne 1981-2010 d'avril (en bas), selon Copernicus.
(Cliquer sur chaque carte pour l'agrandir)

Les records de l'Arctique

En Arctique, l'extension maximale des glaces de mer se produit habituellement en mars, mais peut être également observée en février. Le record bas d'extension maximale a d'ailleurs été enregistré en février 2015.

Le minimum d'extension des glaces arrive généralement en septembre, mais peut survenir en août. L'extension minimale la plus basse de la glace arctique a été observée en septembre 2012.

Extension des glaces en Arctique en 2019 (en orange), 2016 (en jaune), 2015 l'année du record bas de l'extension maximale (en vert), 2012 l'année du record bas de l'extension minimale (en pointillés verts), et extension médiane sur 1981-2010 (en gris)
Extension des glaces en Arctique en 2019 (en orange), 2016 (en jaune), 2015 l'année du record bas de l'extension maximale (en vert), 2012 l'année du record bas de l'extension minimale (en pointillés verts), et extension médiane sur 1981-2010 (en gris) 
- © NSIDC
(Cliquer sur  le graphe pour l'agrandir)

Les observations de l'ère satellitaire montrent un net recul des glaces en Arctique depuis 1979, l'extension minimale de fin d'été diminuant plus vite que l'extension maximale de fin d'hiver. 

 

(Météo France)